Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
21 septembre 2019 6 21 /09 /septembre /2019 12:20

Rencontre d’échange et d’information familles-soignants du 20 septembre 2019 à l'EPS Barthélemy Durand

« La place des aidants dans l’alliance thérapeutique »

 

Discours introductif de M. Olivier SIGMAN,

Adjoint au directeur des relations avec les usagers

[sous réserve de prononcé]

 

Mesdames, Messieurs,

Je vous souhaite la bienvenue dans ce pavillon de l’horloge sur le site de Barthélemy Durand sur Orge de l’Etablissement public de santé Barthélemy Durand.

Je suis Olivier SIGMAN, attaché d'administration hospitalière, adjoint au directeur des relations avec les usagers et chargé à ce titre des rencontres labellisées par la CRSA Ile-de-France "droit des usagers de la santé".

Je suis ravi de vous accueillir ici pour la seconde fois dans le cadre des rencontres d’échanges et d’information familles-soignant de 2019 qui a pour fil rouge les aidants.
Après une première séance le 24 mai dernier ici-même autour de « 
Soutenir les aidants : quels outils ? » où nous avions pu aborder la loi 2019-485 tout juste publiée du 22 mai visant à favoriser la reconnaissance des proches aidants et une présentation de l’association essonnienne Espace Singulier, cette deuxième séance sera consacrée à la place des aidants dans l’alliance thérapeutique.

Avant de laisser la parole à l’éducation thérapeutique, à l’UNAFAM et au Dr Bouhlal, je souhaiterai pourvoir prendre un peu de hauteur et vous faire part des quelques articles et initiatives sur ce sujet qui ont été publiées ces derniers temps.

 

Dès 2009, dans le journal de l’UNAFAM, un article « la place de la famille dans le soin psychiatrique et dans la santé mentale » du Dr Chaltiel qui exerçait à Bondy mentionnait l’archaïsme dans le rejet de l’entourage. L’isolement des proches n’était pas approprié. Le vécu douloureux d’avoir dans la famille une personne avec un trouble psychiatrique ajouté à la détresse entraine l’agressivité envers les soignants. Ainsi, 3 idées étaient émises pour une meilleure relation : accompagner les familles, donner l’information et les connaissances aux familles individuellement et en groupes et accompagner socialement avec les conseils locaux de santé.

 

Depuis les années 1990, le code de la santé publique dispose, en son article L3211-1, que toute personne ou famille peut s’adresser au praticien ou à l’équipe publique ou privée de son choix tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de secteur psychiatrique de son lieu de résidence. Ainsi, la famille est par nature associée dans les liens avec les professionnels de santé mentale.

 

En 2012, un travail de fin d’étude d’une élève infirmière Mme Charline El Bour, à l’Institut de Formation en Soins Infirmiers d’Arras avait pour intitulé « prise en charge de la famille en psychiatrie pour améliorer la prise en charge des patients ». L’élève mentionnait les aidants comme soutien auprès de la personne hospitalisée et également comme source importante d’information des traitements en cours auprès des soignants. L’information des proches de l’évolution de l’état de santé et des thérapeutiques apportées diminue leur incompréhension de l’utilité de l’hospitalisation.

 

En 2015, dans l’information psychiatrique, un article « L’alliance thérapeutique avec les familles dans la cité : un exemple de coopération entre santé publique et santé mentale », rédigé par les Drs Leroux et Bantman des Hôpitaux de Saint-Maurice – que j’ai essayé de convier ici ce soir – énonce le terme de « alliance thérapeutique intégrant les proches ». Lors de l’admission, une présentation de l’équipe est faite aux proches avec explications sur le savoir médical et les possibilités. Un espace de parole existe également pour que les proches expriment ce qu’ils vivent et transmettent aux uns et aux autres les outils qu’ils ont.

Le Dr Bantman participe également en 2018-2019 à un groupe de travail associant la fédération française de psychiatrie et l’Agence régionale de santé pour des « recommandations à l’usage des équipes soignantes sur la place des familles ». Dans son projet déjà très abouti est évoquée « la triple alliance favorable au parcours de rétablissement du patient », la nécessité d’informer les proches sur les règles de fonctionnement du service, la remise du livret d’accueil et le recueil de l’histoire de la famille.

Cette expérience relatée dans l’article se poursuite toujours à l’actuelle sous une autre forme : l’éducation thérapeutique du patient « Alliance thérapeutique avec les familles » au secteur 94G16 associant les Hôpitaux de Saint-Maurice, la mairie d’Alfortville et l’UNAFAM. Dix séances le premier jeudi de chaque mois permettent l’accompagnement des aidants dans la compréhension de la maladie.

 

En 2018, un article intitulé « Collaborer avec les familles des jeunes adultes avec troubles psychotiques débutants : vers un dialogue réflexif » par les Drs Tettamanti et Chantraine dans les Annales médico-psychologiques relate une expérience à l’unité de psychiatrie du jeune adulte des hôpitaux universitaire de Genève avec des entretiens une fois par mois avec les familles, le médecin et l’infirmier référent.

 

L’arrêté du 31 juillet 2019 portant orientations nationales du développement professionnel continu (DPC) pour 2020-2022 pour l’ensemble des professionnels de santé (238 actions au total) mentionne le thème « Renforcer la place des usagers dans la prise en charge » avec 2 orientations générales : 19 « Prise en compte de l’expérience patient » et 21 « orientation et prise en charge des aidants ».

Pour les psychiatres, l’orientation 132 est « Prévention, repérage et prise en charge des pathologies et risques psychiatriques liés à l’environnement : familial, social, sociétal, professionnel ».

Pour les infirmiers, l’orientation 185 est « gestion de la violence et agressivité des patients et de leur entourage ». Toutes les actions d’amélioration des pratiques professionnelles doivent permettre d’amélioration les actions indiquées.

 

Enfin, à peine démarré mais encore possible de s’y inscrire gratuitement, un MOOC mis en ligne par France Université Numérique – dont je n’ai aucun intérêt - traite pendant 7 semaines par des psychiatres de l’université de Montpellier sous format de cours en ligne « Les conduites suicidaires ; les identifier et les prévenir ». Un autre qui commence en octobre s’intitule « comprendre les addictions » par des addictologues de Paris-Sud. Les familles peuvent ainsi y trouver quelques aides.

 

Je laisse maintenant la parole aux intervenants puis vous pourrez ensuite poser des questions sans toutefois que celles-ci n’aient pour conséquence de dévoiler ici des éléments confidentiels couverts par le secret médical.

Partager cet article
Repost0

commentaires