Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
4 mai 2007 5 04 /05 /mai /2007 13:00

Le suicide d'un employé du technocentre Renault de Guyancourt a été reconnu par la CPAM comme un accident du travail. 
L'ingénieur en informatique de 39 ans qui avait mis fin à ses jours le 20 octobre 2006 en se jetant du 5ème étage du bâtiment principal du Technocentre Renault de Guyancourt (Yvelines) avait été le premier d'une série de trois suicides sur le site de Renault Guyancourt
.

"Cette reconnaissance d'un lien avec le travail permettra à la famille de la victime, outre une reconnaissance morale, de bénéficier d'une rente viagère versée au conjoint et à son enfant", explique Maître Christophe Ricour, avocat spécialisé dans le droit du travail.
En conséquence, la CPAM versera à la femme de la victime 40 % du salaire de son mari jusqu'à un éventuel re-mariage. Quant à son fils il recevra une pension équivalent à 20 % du salaire de son père jusqu'à sa vingtième année.

D'après Maître Rachel Saada, l'avocate de la famille de la victime, cette décision de la CPAM est une étape nécessaire pour "tenter de faire reconnaître la faute inexcusable de Renault, qui avait une obligation d'assurer la sécurité et de protéger la santé physique et mentale de son salarié".

Quant au deuxième suicide, s'étant produit le 22 janvier dernier, ce cas n'a pas été reconnu comme accident du travail. Selon une source proche du dossier, cette décision résulte du fait que le corps avait été retrouvé aux limites du site et l'heure du décès n'étant pas précise, il pouvait se situer en dehors des horaires de travail.

Avant-hier, le PDG de Renault, Carlos Ghosn, a expliqué lors de l'assemblée générale du groupe que les trois suicides étaient dû  à "des tensions objectivement très fortes" pour les ingénieurs du groupe. Il faut "identifier les situations dans lesquelles nos collaborateurs sont seuls en face des difficultés", a-t-il estimé, rappelant la mise en place d'un plan de soutien aux personnels de Guyancourt après le dernier suicide, survenu le 16 février.

Voir l'article rédigé au moment du 3ème suicide d'un employé de Renault.

Partager cet article

Repost 0
publié par olivier - dans Droit médical
commenter cet article

commentaires

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles