Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 20:33

Selon les tout derniers chiffres avancés par les autorités sanitaires, présentant un rapport daté du 6 décembre 2006, la surmortalité provoquée par la vague de chaleur qui s'est abattue sur la France du 11 au 28 juillet 2006 atteindrait 2 065 décès et un total de 2 621 sur l'ensemble du mois de juillet 2006.
C'est très en deçà des 7 600 morts jusque-là anticipés par modélisation mathématique de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm)

La "prise de conscience générale des risques sanitaires liés aux chaleurs estivales extrêmes" depuis la canicule d'août 2003, et la mise en place de mesures de prévention, de surveillance et d'alerte pourraient, selon les chercheurs, expliquer "une telle réduction".

Le modèle de calcul de l'INSERM a été établi sur la période 1975-2002, en "mettant en relation les fluctuations quotidiennes de la mortalité et celles des températures sur les quatre mois d'été de juin à septembre", précisent-ils.
D'après ce modèle, la surmortalité aurait été de plus de 470 décès en juillet 2006 parmi les 55-74 ans et de près de 1.500 décès pour les 75 ans et plus, le total dépassant 2.600 tous âges confondus.
"Sur les trois mois de juin, août et septembre 2006, aucune sous ou surmortalité n'est observée", selon ce rapport remis par l'Inserm à l'InVS.

L'Institut de veille sanitaire (InVS) qui utilise un autre mode de calcul (à partir des moyennes pour les années 2001-2005 hors 2003), avait estimé à l'automne dernier à "1.388 décès supplémentaires" la surmortalité du 11 au 28 juillet 2006. Le chiffre consolidé pourrait avoisiner 1.500, a indiqué, Georges Salines, responsable du département santé-environnement à l'InVS.

C'est l'un des principaux résultats d'une étude effectuée par l'Institut national de la Santé et de la Recherche médicale (INSERM), l'Institut de Veille sanitaire (InVS) et Météo France.
Pour expliquer cette surmortalité « significative mais inférieure à celle (qui était) attendue », les auteurs avancent « l'hypothèse d'une réduction de la vulnérabilité de la population aux vagues de chaleur estivales. » Selon eux, celle-ci « peut s'expliquer par une prise de conscience générale des risques sanitaires liés aux chaleurs estivales extrêmes, ainsi que par la mise en place de mesures de prévention, de surveillance et d'alerte de ce type de phénomènes. »

Pour rappel, la canicule 2006 est l'une des vagues de chaleur les plus sévères qui aient été observées en France depuis les années 1950, après bien sûr celle de 2003.

Partager cet article

Repost 0
publié par olivier - dans Médecine
commenter cet article

commentaires

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles