Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 04:00

Les experts du planning familial sont bien d'accord : favoriser le développement de la contraception est le meilleur moyen de réduire le recours à l'avortement. 
Alors « pourquoi le nombre d'avortements n'a-t-il pas baissé en France depuis 30 ans » ? (voir le précédent article sur le programme d'études sexualité et contraception)

Question iconoclaste, Question d'actualité récurrente, posée pour la première fois fin 2004 par une équipe de spécialistes dans la revue Population et Sociétés et reprise deux ans plus tard par le Collège national des Gynécologues Obstétriciens français (CNGOF) : « Lorsque la loi Veil libéralisant l'avortement en France a été votée il y a 30 ans (…), les grossesses non prévues ont bien diminué, mais le nombre d'avortements n'a pas baissé ». Car en fait « les femmes recourent plus souvent à l'IVG en cas de grossesse non prévue ». Voir le colloque organisé avec Simone veil sur la loi relative à l'IVG.

Ces dernières sont moins nombreuses aujourd'hui qu'il y a 30 ans. 
En 2004, 33% des grossesses n'étaient pas prévues, contre 46% en 1975. Mais alors que 41% de ces grossesses se terminaient par une IVG il y a 30 ans, il en va ainsi désormais dans 62% des cas ! Or une fois sur quatre (23% des cas), les femmes qui recourent à une IVG pour grossesse imprévue avaient recours à la pilule contraceptive, « l'échec étant alors six fois sur dix attribué à un oubli de prendre les comprimés ».

Alors que la contraception est en France très développée, il se trouve donc encore des femmes victimes d'échecs contraceptifs alors même qu'elles utilisent une méthode (la pilule) réputée pour sa totale fiabilité ! Le problème en fait, est davantage sociologique que technique. 
Lorsque la vie change, il est nécessaire d'adapter sa contraception à ces changements, adaptation qui est loin d'être le cas général.
« La norme contraceptive qui prévaut dans la société française », soulignent les auteurs, « se caractérise par l'utilisation du préservatif à l'entrée dans la sexualité, relayée par la pilule dès que la relation se stabilise (…) la contraception intra-utérine n'étant prescrite que lorsque le nombre d'enfants souhaité est atteint » 
Que se passe-t-il lorsqu'une femme a une sexualité irrégulière ? 
Quand son rythme de vie se prête mal à la prise quotidienne, à heure fixe, d'un médicament ? 
« Il est difficile de se protéger quotidiennement d'un risque que l'on n'encourt pas quotidiennement » font justement valoir les auteurs.

Après 10 ans sous pilule ou autre contraception estroprogestative, et avec l'arrivée du premier enfant, bien des femmes souhaitent une contraception aussi efficace mais sans nécessité de prise quotidienne ou d'utilisation régulière. 
Introduits à la fin des années 90, les Systèmes intra-utérins hormonaux (SIU) insérés dans l'utérus répondent à cette attente. 
Le fil de cuivre des DIU a été remplacé par un petit réservoir, qui délivre pendant 5 ans une hormone à très faible dose.
Alors que les cuivres sont connus pour faire saigner davantage les femmes (règles abondantes), les SIU hormonaux diminuent les règles en durée et en intensité. Le plus c'est l'efficacité : les SIU hormonaux sont 3 fois plus efficaces que les cuivres de dernière génération, fortement chargés en cuivre. 
Aujourd'hui, les SIU hormonaux connaissent un véritable succès auprès des jeunes femmes, les jeunes mamans après le premier enfant ou entre deux grossesses. 
Tous les avantages d'une bonne contraception sans la prise, l'application ou l'insertion.
(voir l'étude réalisée par Nathalie Bajos)

Source : Population et Sociétés n°407, décembre 2004 ; Bulletin du CNGOF, décembre 2006

Partager cet article

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article

commentaires

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles