Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 13:31

Plus d'un jeune collégien français de onze ans sur cent utilise des substances pour doper ses performances sportives, selon une étude publiée hier dans une revue spécialisée, the British Journal of Sports Medicine.

Les auteurs de l'étude ont interrogé sur quatre ans (2001-2005) 3.564 des collégiens de
Lorraine
(est de la France) entrant en première année de l'école secondaire sur leur éventuelle utilisation de substances ou médicaments interdits par l'agence mondiale anti-dopage dans les compétitions. 
Ces jeunes, dont le nombre a diminué à 2.199 pour diverses raisons (déménagement, etc.) ont été ensuite suivis pendant les quatre années suivantes. 

Au début, 1,2 % ont indiqué avoir pris une ou plusieurs substances mais vers l'âge de 15 ans cette proportion avait atteint 3 %. 
Le plus utilisé est un médicament contre l'asthme, le salbutamol, pris par 45% de ceux déclarant se doper, suivi par les corticostéroïdes (10%) et le cannabis (6%) tandis que 38 % disent recourir à d'autres agents stimulants ou anabolisants. 

Parmi ceux qui se dopaient, 4% ont indiqué avoir eu un problème de santé, comme le fait de devenir violent ou d'avoir une modification de la voix ou de s'évanouir (syncope), tandis que 44 % sont persuadés avoir gagné au moins une fois grâce à ce coup de fouet pharmaceutique. 
Les médicaments pris pour des raisons médicales ont été exclus de ce décompte. 

On savait déjà que le dopage, quelle que soit la substance utilisée pourrait concerner entre 3 et 5 % des adolescents français, d'après de précédentes études sur de jeunes sportifs participant à des compétitions, relèvent les auteurs. On savait également que cette pratique est plus répandue chez les garçons, rappellent-ils. 

Restait à savoir ce qui se passe dans la vie de tous les jours chez les pré-adolescents de tous niveaux et pour tout type de sports y compris de loisir. 
L'étude conduite par un spécialiste, le Dr Patrick Laure (Direction régionale de la Jeunesse et des sports de Lorraine), montre ainsi que chez les pré-adolescents le dopage existe, que le nombre d'usagers augmente avec l'âge et que le dopage, qui prédomine chez les garçons, est lié à une faible estime de soi et une forte anxiété. 

L'étude confirme en outre que la probabilité de dopage est plus grande chez les jeunes qui ont déclaré six mois auparavant leur intention d'essayer un produit interdit.
Autant de signes qui doivent alerter les adultes responsables de ces jeunes, selon l'article.

Partager cet article

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Droit médical
commenter cet article

commentaires

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles