Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 09:26

Comme indiqué il y a quelques jours et vous étiez nombreux à vous y rendre, voici le compte-rendu de la réunion organisée au Centre Social des Organisations (CSO) autour de l'ouvrage de Didier Tabuteau, Les Contes de Ségur, Les coulisses de la politique de santé (1988-2006), paris, Ed. OPHRYS, 2006.

La directrice du CSO, Christine Musselin nous indique que cet ouvrage est révélateur du lien intense unissant la Chaire santé de Science Po Paris - dirigée par Didier Tabuteau - et ce Centre ainsi que de la question d'actualité complexe.

Didier Tabuteau, Conseiller d'Etat, responsable de la Chaire santé de Science Po, professeur associé et codirecteur de l'Institut Droit et Santé à l'Université Paris Descartes, commence par le fait que plus il est question de la santé et moins on en parle. Pourtant, il s'agit d'un sujet d'attente du public mais peu de publications apparaissent sur la santé et l'assurance maladie. Son discours s'axe autour de trois histoires:
*la première est celle de la naissance de la sécurité sanitaire passant par la transformation du système. En 1988, la santé publique est dépassée (prévention et éducation à la santé) et la matière noble est celle du financement de l'assurance maladie. Le choc vient des affaires du VIH et de l'hormonde de coissance. Le petit nombre a une force considérable dans les affaires sanitaires. L'Etat doit répondre à une obligation de moyen et c'est dans ce cadre que la loi de 1992 est intitulée sécurité sanitaire, celle de 1993 sera axée sur les produits sanguins et en 1998, le sthèmes de l'environnement et de l'alimentation seront prioritaires dans la sécurité sanitaire.
*la deuxième est celle des dépenses de santé. En 1945, 50% étaient consacrées à la famille. Il y avait peu de médecins et le remboursement était de 50% (aujourd'hui, il est à 76% en moyenne) Dès que la médecine a réussi, il y a eu plus de médecinset le développement de l'hôpital. Le choc pétrolier et la maîtreise des dépenses publiques sont simultanés. Le ticket modérateur a été un instrument contre els abus depuis 1945. La maîtrise de la demande a été remise en cause par Alain Juppé. Claude Evin, lui, a joué sur l'offre. Depuis 2004, la maîtrise de la demande est de nouveau en place
*la dernière est celle du droit des personnes par un grand nombre d'acteurs. C'est l'humanisation des hôpitaux qui est en jeu et qui s'est mise en place par le choc du SIDA. La construction juridique a commencé en 1990 avec un brouillon en 1992 dans un communiqué en 1993 lors du dernier Conseil des ministres qui a aboutit ... en 2002 à la loi sur le droit des malades.

Gérard Vincent, délégué général de la Fédération Hospitalière de France (FHF) et président de la Fédération Internationale des hôpitaux, félicite tout d'abord l'auteur pour "le seul livre pour comprendre les enjeux et les risques".
Il remarque que la grande liberté n'est pas contraignant pour les soignants et les acteurs. L'autonomie prévaut et les acteurs sont séparés. Les médecins ont la liberté d'installation, ce qui a bloqué l'augmentation du Numerus Clausus tant qu'ils ne s'installaient pas dans les zones sous-médicalisées. Certains médecins sont sur-payés (il évoque la radiologie) et insiste sur le désengagement des médecins de ville. Sur les dépenses de santé, il explique cela par le vieillissement de la population et les progrès médicaux en insistant sur le fait que la masse salariale représente 70% des dépenses hospitalières. Il note que l'hôpital est l'acteur qui a le mieux maîtrisé l'évolution de son budget. L'intéressement des acteurs est selon lui un échec comme l'int montré les réformes de 1997 et 1998 pour les médecins libéraux. Pour lui, la tarification à l'Activité (T2A) est inflationiste avec un volume clinique en hausse de 6% et hospitalier de 2%. Il critique le mutisme de la HAS.

Henri Bergeron, Chercheur CNRS au CSO, sociologue de la santé, coordinateur scientifique de la Chaire santé de Science Po et membre du Conseil scientifique de la Mission Interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT) évoque quant à lui à propos de l'ouvrage une synthèse et une conclusion sur la politique de santé. Il pose 3 questions générales: l'une sur l'étonnement des associations de patients, la deuxième sur l'éclairage sur le constat du raisonnement économique et la dernière sur le mouvement parallèle entre santé publique et politique avec une technicisation des décisions.

L'auteur répond qu'il est nécessaire d'identifier les tabous: la réguonalisation et la pertinence des actes. La dépense majeure ets bien celle des salaires. La politique des revenus est aussi un tabou. dans la première partie de son ouvrage, il évoque que les associations ne sont présentes qu'avec l'affaire du SIDA et dans l'assurance maladie, elles ne sont pas présentes. A la question économiste de la santé, il indique que des réponses sont multiples. La part émotive est grande et les chiffres peu nombreux. L'équilibre entre la liberté et la sécurité est tangent dans la santé publique. La santé nécessite une sécurité exceptionnelle et une surveillance constante. La santé envahit de nombreux secteurs (environnement, alimentaire) et des secteurs non-médicaux envahissent le champ de la santé.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles

CatÉGories