Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 17:41

La campagne nationale de vaccination contre la grippe saisonnière aura lieu cette année du 21 septembre au 31 décembre 2009.
La grippe saisonnière touche chaque année 2 à 7 millions de personnes et cause environs 3 000 décès.
Le vaccin est donc pris en charge intégralement à 100% pour les personnes âgées de plus de 65 ans et les personnes à risque (patients atteints de diabète, insuffisance respiratoire, mucoviscidose) à qui il est fortement conseillé de se faire vacciner. Sinon, le prix du vaccin est fixé à 6,26 euros.

La ministre de la santé et des sports, Roselyne Bachelot-Narquin, a prononcé le discours suivant en présence de Nora Berra, secrtaire d'Etat chargée des Aînés et de Frédéric VAN ROEKEGHEM, directeur général de la caisse nationale d’Assurance maladie (CNAM) pour le lancement de la capagne devaccination contre la grippe saisonnière


Vendredi 18 Septembre 2009

Sous réserve du prononcé

Madame la ministre, chère Nora,
Monsieur le directeur de la caisse nationale d’assurance maladie (CNAM), cher Frédéric Van Roekeghem,
Mesdames, messieurs,

Rendez-vous annuel incontournable du calendrier vaccinal, le lancement de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière revêt cette année un caractère particulier.

Il intervient, en effet, dans un contexte de pandémie, liée à l’apparition d’un nouveau virus grippal, le virus A (H1N1).

Pour autant, et c’est là un point sur lequel je veux particulièrement insister, en aucun cas les deux vaccinations ne doivent être confondues. Il s’agit au contraire de deux campagnes séparées et clairement différenciées. Elles ciblent une même pathologie : la grippe ; mais deux types de virus grippaux aux caractéristiques bien différentes.

Nous avons en effet, d’un côté, les virus de la grippe dite « saisonnière ». Ce sont des virus qui évoluent chaque année dans des proportions limitées.

Il faut donc simplement adapter le vaccin dit « saisonnier », afin qu’il soit le plus efficace possible contre le virus qui circulera au cours de l’épidémie hivernale. C’est cette campagne vaccinale que nous lançons aujourd’hui.

De l’autre côté, nous avons le virus pandémique A(H1N1). Celui-ci est nouveau. Il va donc nécessiter un vaccin spécifique. Et comme vous le savez, nous nous sommes préparés tout l’été à pouvoir lancer, dans les prochaines semaines, une campagne spécifique de vaccination à grande échelle contre ce nouveau virus.

En résumé, nous devrions avoir deux campagnes de vaccination. Celle de la grippe saisonnière, contre les virus saisonniers, qui commence aujourd’hui, et celle contre le nouveau virus A(H1N1) qui pourrait commencer en octobre. La vaccination contre l’un n’apportera pas de protection contre l’autre.

*

Aujourd’hui, c’est bien la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière, celle que nous connaissons chaque année, que nous lançons.

Nous aurions tort d’oublier cette menace là. Ce serait même une faute. Je rappelle que cette grippe saisonnière touche, chaque année, plusieurs millions de personnes en France et provoque un nombre important de décès. C’est un ennemi « discret », peu médiatisé, mais qu’il ne faut en aucun cas sous-estimer.

D’ailleurs, bien qu’étant une maladie fréquente, je me suis rendue compte qu’elle était mal connue de nos concitoyens ou plus exactement que ses symptômes étaient mal connus.

La grippe est une maladie dont les symptômes sont tangibles : une fièvre élevée, dépassant généralement 39°C, des douleurs musculaires, une gêne respiratoire et une profonde fatigue, qui peut se prolonger durant plusieurs semaines.

Elle est parfois confondue avec ce que les médecins appellent « l’état grippal » qui se caractérise par des symptômes de moindre intensité et dont les conséquences sont moindres.

Mais les personnes qui ont eu la grippe le savent : c’est une maladie sérieuse et faut-il rappeler, c’est une maladie qui peut s’avérer mortelle en particulier chez les personnes fragilisées. En France, elle cause environ 2.500 décès chaque année dont plus de 90% chez des personnes de plus de 65 ans.

Nous le savons, les facteurs de risque sont l’âge, d’une part et l’existence de pathologies sous-jacentes, d’autre part.

C’est la raison pour laquelle il est très important que les personnes les plus vulnérables se fassent vacciner.

Le vaccin est offert gratuitement pour les personnes les plus vulnérables face à cette maladie :

  • les personnes de plus de 65 ans ;
  • et, quel que soit leur âge les patients souffrant de l’une des neufs affections de longue durée (ALD) prédisposant à des formes graves de la grippe.

Pour autant, le vaccin s’adresse à tous et ce pour deux raisons :

  • d’abord, parce qu’il offre une protection individuelle et vous évitera de contracter cette maladie qui, comme je l’ai dit, peut être très sérieuse. Le vaccin est le meilleur moyen de prévention ;
  • ensuite, et peut-être surtout, parce que se faire vacciner, c’est contribuer à la protection de son entourage, de ses proches, de ses voisins, de ses collègues, de ses patients, en évitant le risque de les contaminer. Et parmi ceux-ci, il se trouve peut-être, sans doute même, des personnes vulnérables.

Ce second message s’adresse bien sur à tous, même en l’absence de facteur de risque, chacun a intérêt à se faire vacciner.

Il s’adresse néanmoins tout particulièrement à une catégorie de population pour laquelle cette vaccination est très importante.

Je veux parler des soignants, de toutes celles et tous ceux qui sont au contact des patients, personnes par définition vulnérables, et qui ont le devoir de se faire vacciner.

*

La vaccination contre la grippe saisonnière se fera, cette année, selon les mêmes modalités que d’habitude.

Concrètement, les vaccins seront disponibles, en pharmacie, à partir du 25 septembre. Les personnes âgées de plus de 65 ans, ainsi que celles souffrant de l’une des neuf ADL concernées, recevront, dans les prochains jours, un bon de la caisse nationale d’Assurance maladie (CNAM), qui leur permettra de se rendre à la pharmacie, pour y retirer le vaccin. Ce dernier leur sera ensuite administré par leur médecin traitant ou une infirmière, sauf s’il s’agit d’une primo-vaccination.

Les professionnels de santé, quant à eux, pourront être vaccinés sur prescription médicale ou mise à disposition du vaccin par leur employeur, pour les professionnels salariés.

A ce jour, et je le déplore, la recours à la vaccination contre la grippe saisonnière reste trop faible en France par rapport aux objectifs de santé publique fixés par l’organisation mondiale de la santé (OMS) : les personnes que je viens d’évoquer et qui devraient se faire vacciner – les personnes âgées ou vulnérables, et les professionnels de santé – ne le font pas, ou pas suffisamment.

C’est pourquoi, je le répète avec force : faites-vous vacciner. Faites-le sans tarder.

Il s’agit là d’un véritable enjeu de santé publique, dont chacun doit prendre la pleine mesure.

*

Si les modalités pratiques d’organisation de la vaccination contre la grippe saisonnière sont les mêmes que les autres années, nous devons en revanche tenir compte du contexte particulier lié à l’épidémie de A(H1N1).

Cette situation m’amène à formuler un souhaitcelui d’inviter le plus grand nombre, surtout les populations à risque, à se faire vacciner. C’est évidement un souhait que je formule chaque année, mais il est encore plus important aujourd’hui.

Se faire vacciner, c’est se protéger ; c’est aussi, indirectement, préserver le système de santé qui devra faire face cette année à la menace complémentaire du nouveau virus A(H1N1).

*

Chacun l’aura compris, le lancement de la campagne de vaccination saisonnière est pour moi, pour nous tous, l’occasion de lancer un message de santé publique fort. Cette année il est particulièrement important.

Soyons nombreux et sans attendre au rendez-vous de la vaccination.

Je vous remercie.

Partager cet article

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article

commentaires

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles