Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
2 janvier 2007 2 02 /01 /janvier /2007 10:53

Le risque de transmission des virus du SIDA ou des hépatites B et C lors de transfusions sanguines est désormais "très faible", grâce à l'amélioration de la sélection des donneurs et aux progrès du dépistage, selon une étude de l'Institut de veille sanitaire (InVS).

Compte tenu du repérage des facteurs de risques chez les donneurs et des techniques de dépistage, le "risque résiduel" de transmettre ces infections par transfusion a été estimé en 2003-2005 à 1 pour 1,7 million de dons pour le virus de l'hépatite B (VHB), 1 pour 2,6 millions de dons pour le virus du SIDA
(VIH) et 1 pour 6,5 millions de dons pour le virus de l'hépatite C (VHC). 

Ce risque résiduel est lié à la "fenêtre silencieuse" après la contamination - 12 jours pour le VIH, 10 pour le VHC, 45 pour le VHB - durant laquelle il n'est pas possible de détecter l'infection virale

Le risque de transmission du rétrovirus HTLV, source de troubles neurologiques et de certaines leucémies, est encore plus réduit (1 pour 8 millions de dons), selon un bilan publié dans le dernier numéro du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'InVS.
En fait, le sang étant débarrassé de ses globules blancs (leucocytes) avant de le transfuser, le risque de transmission du HTLV n'est que "théorique", selon les chercheurs.

Sur la période 2003-2005, sur les 7,5 millions de dons prélevés, 106 ont été dépistés positifs pour le VIH, 132 pour l'HTLV (dont plus de la moitié en
Guyane et aux Antilles), 785 pour le VHC et 1.226 pour l'antigène HBs, signe d'une infection chronique par le virus de l'hépatite B. 

Chez les nouveaux donneurs, les taux de prévalence du VIH et de l'HTLV sont restés stables durant cette période, alors que la fréquence des infections par le VHC ou le VHB "diminuaient significativement", soulignent les chercheurs. 

Lors du dépistage, sont recherchés des anticorps témoignant d'une infection par le VIH, le VHC ou l'HLTV ou la présence de l'antigène HBs pour l'hépatite B
. En outre, pour le VIH-1 et le VHC, un dépistage génomique viral visant à rechercher la présence du matériel génétique du virus lui-même a été mis en place depuis juillet 2001. 

En quatre ans et demi (c'est-à-dire sur plus de 11 millions de dons prélevés entre juillet 2001 et fin 2005), ce dépistage supplémentaire a permis d'écarter quatre dons infectés par le VIH et cinq dons par le VHC qui étaient négatifs lors de la recherche des anticorps ou d'autres marqueurs du dépistage obligatoire.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles

CatÉGories