Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
14 janvier 2007 7 14 /01 /janvier /2007 10:53

La femme et la grossesse: 30 ans après la loi de 1975 - discours de Madame Simone Veil

Messieurs les Pr. Jean-François DHAINAULT, Président de l'Université René Descartes Paris V, Patrick Berche, Doyen de la Faculté de Médecine Paris V, Daniel Jore, Directeur du Centre Universitaire des Saints-Pères et Christian Hervé, Directeur du Laboratoire d'Ethique Médicale et de Médecine Légale organisaient lundi 8 janvier 2007 la Conférence inaugurale du Master recherche en Ethique médicale de Paris V, présentée par Madame Simone Veil, Ancien ministre d'Etat sur le thème: "la femme et la grossesse: 30 ans après la loi de 1975" dans le Grand amphithéâtre de l'Université René Descartes

Avant l'intervention de Madame Simone Veil, le Pr Jore a tenu à nous remercier de notre présence et a salué son immense privilège et plaisir de recevoir Madame Veil. Représentant Monsieur le Président de l'Université, il a tenu à rappeler les diverses composantes de l'Université Paris V et notamment son pôle santé et la dimension pluridisciplinaire enseignée: sciences humaines et sociales et sciences dures.
Le Pr Christian Hervé, qui dirige ce Master a rappelé son existence. Depuis 20 ans avec le DEA puis avec ce Master, il participe à l'évaluation des pratiques des professionnels de santé, analyse les dysfonctionnements entre la théorie enseignée et la pratique. Il a tenu à rappeler le souhait exprimé en 1992 par le Pr Jean Bernard - décédé depuis peu - sur l'enseignement en éthique, relayé actuellement par l'UNESCO. Il a souligné le mouvement social nord-américan avec les 4 branches (philosophique, féminin, éthique et féministe) qui a bouleversé la bioéthique. Il a enfin salué le témoignage du combat de Madame Veil pour arriver à l'adoption de la loi. Pour lui, cette loi est la première loi de bioéthique - même si elle n'en porte pas le nom - car protège la santé de la femme.

Madame Veil dont le discours intégral peut être consulté ici a introduit son propos par le fait que la transmission de la vie est la question essentielle de la survie et de la continuité de l'espèce. La procréation est une question sous-jacente à toute pensée religieuse. Ainsi, cette loi n'instaurait pas un nouvelle pratique. Les femmes ont été confrontés à une situation de détresse chaque fois qu'elles enfantaient hors mariager ou suite à un adultère. Elles risquaient la peine de mort si elles se faisaient avorter par des "faiseuses d'anges". Elles étaient souvent seules pour affronter cette situation.
La maîtrise de la procréation a toujours suscité de nombreuses polémiques. L'interruption de grossesse, méthode sure et facile, a bouleversé les relations hommes femmes dans le nombre de naissances. Les perspectives de la science ont aussi eu une effet de limitation du nombre de naissance même si elles ont combattu un forfait contre la stérilité. L'intervenante évoque devant nous que certaines populations, les Noirs, ont volontairement diminué les naissances pour éviter que l'esclavage n'atteigne leurs enfants. Elle a insisté aussi sur le fait que le niveau culturel et l'information sont les factuers essentiels des comportements. Le phénomène de la stérilité a trop souvent été l'occasion de la répudiation, l'irruption de la science dans ce domaine a permis d'atténuer ce problème. Le progrès médical et scientifique a permis une meilleure connaissance des phénomènes de reproduction. Jusqu'en 1967 et la loi portée par Lucien Neurwirth sur les contraceptifs - et même si les décrets en ont limité la portée, la loi de 1920 sanctionnait tout avortement par la peine de mort; la guillotine fut maintes fois utilisée pour cela en 1942-1943. Cette législation s'inscrivait dans une logique de natalité forcée suite aux nombreux décès dus à la guerre 1914-1918.
La difficulté dans ce domaine réside dans le caractère intime et la liberté de conscience. La démographie est déséquilibré entre les pays indstrualisés et les pays en voie de développement.
Actuellement, des sanctions sévères restent applicables pour une limitation des naissances. Ainsi, en Chine, elles peuvent aller jusqu'à la séparation du couple. Les filles sont volontairement sacrifiées car une dot doit leur être fournies. Les estimations montrent que 50 millions de chinois ne trouveront pas d'épouse en 2020. Une dissociation est effectuée entre l'acte sexuel et la procréation qui peut rester naturelle ou par insémination artificielle. La France - même si le taux de renouvellement des générations n'est pas exactement atteint - a tout de même le taux de natalité européen le plus élevé derrière l'Irlande. Aujourd'hui, les naissances sont programmées, tardives voire dangereuses et les naissances multiples et prématurées ne font plus exception. L'émancipation de la femme va de pair avec la contraception.

Avant, l'enfant naissait après le mariage. Aujourd'hui, c'est l'enfant qui va inciter au mariage car il n'est plus honteux aujourd'hui d'avoir un enfant sans être mariés.
La loi du 17 février 1975 a été un progrès dans la situation dramatique que vivaient les femmes avortées clandestinement. Avant l'adoption de la loi, on considérait ce domaine comme étant celui "des bonnes femmes" et aucun besoin législatif n'était pressant. Sous l'égide du Mouvement Choisir et par le comabt mené par Gisèle Alimi, la loi fut adoptée comme convenu dans le programme de Valéry Giscard d'Estaing de 1974. Madame Veil avait déjà participé à la réforme de l'adoption et Messieurs Valéry Giscard d'Estaing, Président de la République et Lecanuet, Garde des Sceaux lui laissait une grande marge de manoeuvre pour ce projet de loi. Ils considéraient qu'il serait plus aisée pour une femme de s'investir dans ce projet. Aucune célébration n'a été faite pour les 10 ans ni pour les 20 ans de cette loi mais beaucoup pour ses 30 ans.

Aucun droit à l'IVG n'a été reconnu. Il s'agit de la difficulté de la femme enceinte: la femme est au coeur de la décision et un délai de réflexion est obligatoire.
Même si le nombre d'IVG est toujours au même niveau qu'en 1975 (200 000 par an), il signifie pour Madame Veil un échec de la contraception et un défaut d'information. Le combat de l'égalité pose la question de la place des femmes dans la politique. elles présidnet leur propre destin.

Le webmaster, participant à cette réunion

Partager cet article
Repost0

commentaires

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles

CatÉGories