Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 01:36

Pour ou contre la dépénalisation de l'avortement ? C'est la question qui est soumise aux Portugais aujourd'hui:
"Etes-vous d'accord avec la dépénalisation de l'interruption volontaire de grossesse (IVG) si elle est réalisée, à la demande de la femme, dans les dix premières semaines de grossesse, dans un établissement de santé légalement autorisé ?"

Le coup d'envoi de la campagne a été donné mardi dernier. L'objectif pour les militants pro et anti IVG est de mobiliser l'électorat. Car le résultat de la consultation est loin d'être joué d'avance et le taux de participation sera déterminant.

Ce fut déjà le cas en 1998, un référendum identique avait été organisé, le non l'avait emporté de justesse, mais il y avait surtout eu 68 % d'abstention. Cette fois, les derniers sondages donnent le "oui" vainqueur mais avec seulement 38 % d'intentions de vote, contre 28 % pour le "non", les indécis et les abstentionnistes restant les plus nombreux.
Avec l'Irlande et la
Pologne, le Portugal
est l'un des derniers pays européens où l'avortement est illégal.

L'IVG n'est actuellement autorisée qu'en cas de viol, de danger pour la vie de la mère ou de malformation du foetus. La question de l'avortement reste taboue dans ce pays fortement influencé par l'Eglise catholique.
Pour l'instant, la loi qui date de 1984 punit de peines allant jusqu'à trois ans de prison les femmes qui se font avorter illégalement... et de 2 à 8 ans pour les médecins qui pratiquent ces interruptions de grossesse interdites.

Pour les partisans de la dépénalisation, il s'agit avant tout de mettre fin aux avortements clandestins. Selon l'association pour le planning familial, il y en a eu environ 18 000 en 2005.

Les manifestants rejoints par des associations anti-avortement venues d'autres pays d'Europe portaient des pancartes appelant à voter "non" lors de la consultation du 11 février et affirmant "vive la vie". "C'est la vie avant tout, explique cette participante. Nous devons nous battre pour la vie et donner aux gens les moyens d'élever leurs enfants"
Le 30 janvier 2007, le Premier ministre socialiste Jose Socrates a au contraire appelé à voter "oui" au referendum. "Je vote "oui" pour les raisons suivantes, a-t-il dit : "pour lutter contre l'avortement clandestin ce qui est impossible avec la loi actuelle... parce que je veux une loi qui n'envoie pas les gens en prison, car la prison n'est pas une solution. Au contraire, la prison aggrave le problème".

Pour que le referendum soit validé, il faut qu'il y ait plus de 50% de participation. Une consultation identique en 1998 avait recueilli une légère majorité de "non" à l'avortement et n'avait pas atteint ce seuil minimal de participation.

ON ATTEND AVEC IMPATIENCE LE RESULTAT DE LA PARTICIPATION PUIS DU SCRUTIN

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles