Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 00:00

Le ministre français de la Culture a signé un accord avec les Emirats Arabes Unis pour monter à Abou Dhabi une réplique du musée du Louvre. (Voir l'article précédent sur cet accord)

Voici les faits et les réactions des spécialistes de l'art et du ministre de la Culture. N'hésitez pas à réagir et à vous exprimer ...

Le projet devrait être finalisé en 2012 ou 2013, en dépit de l'hostilité d'une partie des milieux culturels français.
L'accord jette les fondations d'un musée à dominante d'art occidental classique évoquant "toutes les civilisations, toutes les époques, y compris contemporaines", dans le respect "des valeurs culturelles" des deux parties. La France apportera son expertise et les oeuvres d'art de ses musées contre une somme d'un milliard d'euros.
Le coût du bâtiment lui-même, de 24.000 m2 de surface (dont 8000 m2 pour les salles d'exposition), s'élève à 83 millions d'euros supplémentaires. L'édifice a été dessiné par l'architecte Jean Nouvel.
L'édifice portera jusqu'en 2037 le nom de "Louvre Abou Dhabi"
(Louvre Abu Dhabi en anglais).

Outre la conception d'un établissement muséographique, le texte prévoit le prêt d'oeuvres et la concession d'un nom (le Louvre). Par le biais d'une Agence internationale des Musées de France mise en place dans quelques semaines, les musées français devront prêter pendant dix ans des oeuvres dont la durée de prêt n'excèdera pas deux ans. Ces dépôts  se feront, dit-on au ministère de la Culture, sur la base du volontariat. Chaque année, 300 oeuvres, soumises à rotation, seront envoyées à Abou Dhabi les quatre premières années, puis 250 et 200 par an par tranches de trois années suivantes.

Des expositions temporaires seront également organisées pendant quinze ans sur la base d'une grande, une moyenne et deux petites chaque année.
Ce futur musée de conception française ne sera que la composante d'un énorme projet portant sur la construction de quatre musées: le Louvre, un Guggenheim pour l'art contemporain, un musée maritime et un musée national. Le complexe comprendra aussi un centre de spectacles. Le tout formera un "district culturel" sur l'île de Saadiyat, au large d'Abou Dhabi.

Ce district ne sera lui-même qu'une partie d'un gigantesque et luxueux complexe touristique d'hôtels, logements ou équipements sportifs d'un coût global de 27 milliards de dollars, dont Abou Dhabi veut faire d'ici 2018 une destination touristique et culturelle de très grand standing.

Ce projet a suscité en France une levée de boucliers de nombre de responsables du monde de l'art. Ceux-ci s'inquiétent des risques de dérive commerciale, des menaces sur l'intégrité des oeuvres ou des risques de censure de la part des autorités d'Abou Dhabi, un émirat très conservateur. Une pétition diffusée sur le site http://www.latribunedelart.com  estime que "les musées ne sont pas à vendre". Elle a recueilli les signatures de quelque 5000 personnes: conservateurs de musées, archéologues, historiens de l'art ou simples particuliers.

Soulignant "la chance exceptionnelle" que représente un tel projet, le ministre de la Culture a répondu que les musées français n'étaient "pas menacés" dans la mesure où leurs oeuvres sont "inaliénables". "Il n'est pas question de les vendre ou de les louer, mais de les présenter à la curiosité et à l'intelligence de l'étranger", a affirmé Renaud Donnedieu de Vabres. "Aucune oeuvre ne restera plus de deux ans" à Abou Dhabi, a-t-il fait valoir.
"C'est la fierté de mon pays que de contribuer à la mise en valeur de notre patrimoine et du travail artistique", a poursuivi le ministre. L'argent recueilli reviendra aux musées, pour des investissements et des acquisitions, a-t-il assuré.

REAGISSEZ ...

Partager cet article
Repost0

commentaires

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles

CatÉGories