Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 23:47

Alors qu'un manifeste vient d'être publié pour en demande la légalisation en France (voir l'article sur le manifeste en faveur de l'euthanasie),
qu'en Italie, un procès a eu lieu concernant Piergiorgio Welby (
voir l'article sur l'issue du procès Welby en Italie),
qu'un procès pour empoisonnement et complicité s'ouvre en Dordogne contre le Dr Laurence Tramois et l'infirmière Chantal Chanel à propos d'une injection massive de potassium à l'hôpital de Saint-Astier en août 2003, à une patiente en phase terminale, Paulette Druais, belle-mère de sa soeur, sans recommandation de la famille de la patiente,

qu'une soirée-débat autour du thème: Arrêt de vie, fin de vie, euthanasie: Enjeux éthiques du débat - que je vous recommande vivement - est organisée mardi 13 mars 2007 à Paris, Grand Amphithéâtre de la Faculté de Médecine, 12 rue de l'Ecole de Médecine, Paris 6ème (M°Odéon, Ligne 4) par la
Société Française et Francophone d'Ethique Médicale (SFFEM) et l'Espace Ethique de l'Assistance Publique Hôpitaux de Paris à 17h avec comme invités le Pr Jean-Claude Ameisen, Président du Comité d'éthique de l'INSERM et membre du Comité consultatif national d'éthique; le Dr Edouard Ferrand, Service d’anesthésie et de réanimation au CHU Henri Mondor/AP-HP; le Pr François Goldwasser, Service de cancérologie au CHU Cochin/AP-HP; le Pr Christian Hervé, Directeur du Laboratoire d'éthique médicale et de médecine légale, Faculté de médecine, université Paris 5; le Pr Emmanuel Hirsch Directeur du Département de recherche en éthique à la Faculté de médecine, université Paris 11; le Pr Vincent Meininger, Fédération de neurologie et Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière/AP-HP; le Pr Claude Rougeron, Médecin généraliste et Philippe Toullic, Cadre infirmier en réanimation médicale au CHU Saint-Louis/AP-HP. Renseignements au 01 44 84 17 57 ou 17 81.

il est important de vous donner un regard comparé en Europe sur cette question de la légalisation de l'euthanasie en Europe.

L'euthanasie ou le suicide assisté sont illégaux dans la plupart des pays d'
Europe
mais à chaque nouvelle affaire le débat refait surface, avec rage, pour faire évoluer les législations.

Le 21 décembre dernier, un médecin romain avait débranché le respirateur qui maintenait en vie Piergiorgio Welby, un sexagénaire paralysé en phase terminale, qui réclamait le droit de mourir. Son cas a divisé l'Italie où le poids de l'Eglise catholique reste important. (
voir l'article sur l'issue du procès Welby en Italie) Le Vatican a d'ailleurs refusé un enterrement religieux à M. Welby auquel la justice
avait dénié le droit de mourir. Le lendemain de sa mort, le parquet de Rome a ouvert une enquête.
L'Italien avait notamment demandé au président Giorgio Napolitano la légalisation en Italie de l'euthanasie. "Mon rêve (...) mon désir, ma requête, que je souhaite présenter à toutes les autorités, politiques ou judiciaires, est aujourd'hui plus clair et précis que jamais dans mon esprit: pouvoir obtenir l'euthanasie", expliquait-il dans son appel au chef de l'Etat.

L'interdit reste aussi total en Grande-Bretagne
où le suicide est autorisé, mais l'assistance réprimée. Une pétition pour obtenir la légalisation du suicide assisté avait été signée par 50.000 personnes en 2002 à l'initiative de Brian Pretty.
Sa femme Diane, lourdement handicapée, s'était vu refuser en mars 2002 par la Cour européenne des droits de l'Homme le droit de se faire assister par son mari pour mettre fin à ses jours.
Cette décision confirmait celle rendue plus tôt par la justice britannique.
En revanche, en 2005, la justice britannique a autorisé les médecins à laisser mourir la petite Charlotte, grande prématurée et handicapée. Le bébé, sur respirateur artificiel, n'avait pas quitté l'hôpital depuis sa naissance.

En France, c'est le cas de Vincent Humbert, un jeune homme tétraplégique suite à un accident, qui a ému l'opinion publique avant de pousser le législateur à mieux encadrer la fin de vie sans pour autant franchir le cap de l'euthanasie. La loi promulguée le 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie crée un "droit à laisser mourir", et non à "faire mourir" : une solution médiane unique en Europe.

D'autres pays, comme la
Belgique, les Pays-Bas ou la Suisse
vont plus loin en autorisant l'euthanasie ou un suicide assisté, le patient s'administrant lui-même un produit prescrit. La Suède est également tolérante dans la plupart des cas.
*
Et si certains en Suisse se sont émus de l'apparition d'un "tourisme de la mort", le gouvernement helvétique a refusé de légiférer sur l'euthanasie qui n'est pas réglementée expressément par le code pénal suisse.
*
Ce sont comme souvent, les Pays-Bas qui ont été précurseurs en Europe, en adoptant dès 2001 une loi autorisant l'euthanasie.
*Ils ont été suivis en mai 2002 par leur voisin belge, qui a autorisé un acte pratiqué par un tiers, dans l'intention de mettre fin à la vie d'une personne à sa demande.
La loi a installé des gardes-fous:
-Les médecins peuvent pratiquer cet acte sur des patients majeurs (18 ans), qui doivent formuler leur requête par écrit.
-U
n patient souhaitant mourir doit être dans un état de santé irréversible et être en proie à des souffrances tant physiques que psychologiques de façon constante.
-S'il ne s'agit pas d'un malade en phase terminale, le médecin auquel la demande est soumise doit consulter un confrère, soit un psychiatre soit un médecin spécialisé.
-Au moins un mois doit s'écouler entre la demande écrite et la pratique de l'acte.
Malgré la légalisation de l'euthanasie, elle reste marginale dans ces pays, selon une enquête sur la fin de vie, rendue publique fin janvier 2007 par l'Institut national d'études démographiques (Ined).
Cela concerne 3% des décès aux Pays-Bas et 200 personnes en Belgique en 2003

Partager cet article

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Droit médical
commenter cet article

commentaires

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles