Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 23:35

Le BCG reste "une vaccination théoriquement obligatoire", alors que se poursuit le débat visant à réserver ce vaccin aux enfants les plus à risques, selon un rapport de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) 
(Voir l'article précédent sur la lutte contre la tuberculose et la vaccination par le BCG)

Sans arbitrer, ce rapport, publié avant hier, invite à "ne pas baisser la garde" face à la tuberculose qui reste un problème majeur de santé publique avec de 5.500 à 8.500 nouveaux cas par an en France.
Vieille maladie lourde de nouvelles menaces avec l'apparition de souches du bacille résistantes, la tuberculose tue encore trois personnes par minute dans le monde, et touche en moyenne 9 personnes sur 100.000 en France : en 2004, à Paris, 35 nouveaux cas pour 100.000 habitants et en Guyane, 32 cas pour 100.000. Il s'agit des départements les plus touchés, selon l'Institut de veille sanitaire, qui relève une incidence très élevée parmi les populations migrantes.

Si le risque subsiste, le vaccin devient plus compliqué à administrer, et la nouvelle souche vaccinale est susceptible d'entraîner une réaction immunitaire plus forte, voire davantage d'effets indésirables, avait prévenu dès octobre 2005 l'Académie de médecine, invitant à envisager une modification de la politique vaccinale.
Le vaccin Monovax, facile à administrer grâce à sa bague "multipoints", a en effet cessé d'être commercialisé depuis fin 2005.
Les médecins doivent maintenant pratiquer une piqûre intradermique à un bébé qu'il faut maintenir fermement. Faute de savoir bien le faire, les professionnels ont levé le pied et le taux de vaccination a chuté.
A Paris, après l'arrêt du Monovax, la PMI (protection maternelle et infantile) a fait 5.700 vaccins en 2006, alors qu'elle avait acheté 49.000 doses de Monovax en 2003, 24.000 en 2004, 13.000 en 2005, avait indiqué Sylvie Larnaudie, médecin-chef du Service de vaccination de la ville de Paris, lors d'une audition parlementaire en février.

Le BCG reste "théoriquement obligatoire", mais de "moins en moins de directrices de crèche l'exigent", a déclaré la sénatrice du Nord Marie-Christine Blandin, en présentant le rapport de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST).

Il y a "un effondrement de la vaccination" qui n'est plus pratiquée dans des "départements entiers", avait relevé en décembre le Pr Jean-Louis San Marco, Hôpital de la Timone à 
Marseille.
Dans un rapport remis au ministère de la Santé, il préconisait de renoncer au BCG obligatoire, sauf en
Guyane
, tout en recommandant de "protéger dès la naissance" les nourrissons cotoyant des adultes susceptibles de les contaminer (soignants, policiers, migrants ou expatriés ayant séjourné dans un pays à forte endémie...).

En octobre 2005, l'Académie de médecine avait préconisé de réserver le vaccin aux quelque "100.000 nourrissons à très haut risque", au lieu de vacciner 750.000 enfants par an. Elle invitait parallèlement à mener une "vraie politique de lutte contre la tuberculose".
"Le choix est complexe", résume Mme Blandin, relevant les divergences. Ainsi, le Comité consultatif national d'éthique des sciences de la vie et de la santé (CCNE) craint une discrimination (avis de juillet) tandis que la HALDE (Haute autorité de lutte contre les discriminations) considère qu'il n'y a pas de caractère discriminatoire à faire un dépistage et une vaccination ciblés.

Auditionné par les parlementaire, le ministère de la Santé a annoncé une intensification de la lutte contre la tuberculose en ciblant "les populations et zones les plus touchées", mais sans statuer sur l'obligation vaccinale.

Partager cet article

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article

commentaires

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles