Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 19:31

Le président des Etats-Unis d'Amérique, Georges W. Bush a annoncé qu'il oppposerait son veto à une nouvelle loi autorisant le financement fédéral de la recherche sur les cellules d'embryons. Aux Etats-Unis, la science est constamment tiraillée entre la politique et la morale.

Après deux jours de débats passionnés au Sénat, le Congrès américain envoie à George W. Bush une nouvelle loi en faveur du financement fédéral de la recherche sur les cellules d'embryons.
Comme l'an dernier, le président a annoncé qu'il opposerait son veto, au nom des principes éthiques sur la protection de la vie humaine. Voir l'article relatif au veto posé l'an dernier par le Président des Etats-Unis d'Amérique, Georges Bush, à ce projet.

À l'été 2001, six mois après son arrivée au pouvoir, le président républicain, élu avec l'appui massif des chrétiens évangéliques, avait limité le financement public à la recherche sur les cellules d'embryons disponibles à l'époque, officiellement 60 « lignes » dont à peine une vingtaine se sont révélées utilisables.
En 2006, le Congrès (alors sous majorité républicaine) avait adopté un texte pour lever ces limitations : le président y avait opposé son veto, pour la première et unique fois de son mandat:
Voir l'article relatif au veto posé l'an dernier par le Président des Etats-Unis d'Amérique, Georges Bush, à ce projet
À peine les démocrates ont-ils pris le contrôle du Capitole en janvier dernier qu'ils ont remis le sujet sur le tapis. La Chambre des représentants a adopté un texte fin janvier et le Sénat l'a l'imité hier soir. Mais la majorité des deux tiers nécessaire pour surmonter un veto présidentiel semble hors de portée à la Chambre basse. George Bush aura donc le dernier mot.

Cette loi « utiliserait l'argent des contribuables pour soutenir et encourager la destruction de vies humaines au nom de la recherche », a fait valoir la Maison-Blanche dans un communiqué. Les embryons étant détruits lors du prélèvement des cellules, les ad­versaires de l'avortement s'y opposent avec les mêmes arguments.
En pratique, cependant, quelque
400 000 embryons surnuméraires conçus lors de fertilisations in vitro attendent d'être détruits dans les cliniques américaines, faute d'utilisateurs.
Mais « l'Administration ne pense pas que la science et la morale soient irréconciliables, souligne la présidence. La recherche sur des sources alternatives de cellules souches est extrêmement prometteuse. »

Un autre texte devait être adopté hier par le Sénat, à l'initiative de sénateurs républicains : baptisé « Hope Act » (loi de l'espoir), il permettrait au gouvernement de soutenir les efforts des chercheurs pour séparer les cellules souches « d'embryons déjà morts », perdus lors du processus de fertilisation in vitro. « Nous offrons une chance d'éviter une guerre culturelle », estime le sénateur du Minnesota Norm Coleman.
Bush a promis de ne pas y op­poser son veto.
Mais les scientifiques se montrent très réservés sur la valeur de cette option : « Cela fait rigoler la communauté des chercheurs », a déclaré Thomas Okarma, patron de Geron, un laboratoire californien sur le point d'expérimenter pour la première fois sur des humains une thérapie basée sur des cellules souches d'embryons. « Ces cellules auraient de grandes chances d'être anormales, dit-il.
Je ne peux imaginer les utiliser dans un but thérapeutique. »
Bernard Siegel, du Genetics Policy Institute, n'y voit lui aussi qu'une « couverture politique ».

Les sondages indiquent que plus de 60 % des Américains sont favorables à une accélération de la recherche sur les maladies génétiques et immunitaires - y compris 50 % des protestants évangéliques et 69 % des catholiques.
« Ce texte finira par devenir loi, a promis la sénatrice démocrate Dianne Feinstein. Si ce n'est pas cette année, ce sera l'année prochaine, et si ce n'est pas l'année prochaine, ce sera celle d'après. »


Simple note de l'auteur:
En France, les embryons surnuméraires sont, en l'absence de projet parental, dans les 5 ans: détruits, réimplantés chez un autre couple avec l'accord du couple donneur ou exceptionnellement font l'objet de recherches avec l'accord du couple. Seul hic, des couples changent d'adresse et il est parfois difficile voir impossible de les contacter. Plusieurs milliers d'embryons surnuméraires sont encore conservés en France

Partager cet article

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Droit médical
commenter cet article

commentaires

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles