Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 07:07
La proposition de loi de MM. Jean LEONETTI, Gaëtan GORCE, Olivier JARDÉ et Michel VAXÈS visant à créer une allocation journalière d'accompagnement d'une personne en fin de vie, n° 1407 fut déposée le 28 janvier 2009. (cf article) De nombreux amendements furent déposés sur le texte (n° 1445)

La Commission des affaires culturelles saisie au fond a nommé M. Bernard Perrut rapporteur le 4 février 2009 et le rapport n°1445 fut déposé le 11 février 2009

La proposition de loi visant à créer une allocation journalière d'accompagnement d'une personne en fin de vie fut adoptée en 1ère lecture par l'Assemblée nationale le 17 février 2009 sous le TA n° 242 (à l'unanimité des députés, voir l'article)

Au Sénat, la Commission des affaires sociales saisie au fond a nommé M. Gilbert Barbier rapporteur le 25 mars 2009 qui déposa son rapport n°172 le 16 décembre 2009
La discussion en séance publique intervint au cours des séances des mercredi 13 et jeudi 14 janvier 2010.
La proposition de loi visant à créer une allocation journalière d'accompagnement d'une personne en fin de vie fut modifiée en 1ère lecture par le Sénat le 14 janvier 2010, TA n° 55.

Le texte de proposition de loi revient donc à l'Assemblée nationale pour un examen en 2ème lecture ce jour à 10h15. Voici le texte soumis à examen.


N° 2225

_____

ASSEMBLÉE NATIONALE

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958

TREIZIÈME LÉGISLATURE

Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 15 janvier 2010.

PROPOSITION DE LOI

MODIFIÉE PAR LE SÉNAT,

visant à créer une allocation journalière d’accompagnement
d’une
personne en fin de vie,

TRANSMISE PAR

M. LE PRÉSIDENT DU SÉNAT

à

M. LE PRÉSIDENT
DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE

(Renvoyée à la commission des affaires sociales.)

Le Sénat a modifié, en première lecture, la proposition de loi, adoptée par l’Assemblée nationale en première lecture, dont la teneur suit :

Voir les numéros :

Assemblée nationale : 1407, 1445 et T.A. 242.

Sénat : 223 rect. (2008-2009), 172, 173 et T.A. 55 (2009-2010).

Article 1er

Le code de la sécurité sociale est ainsi modifié :

1° (Supprimé)

2° Le titre VI du livre Ier est complété par un chapitre VIII ainsi rédigé :

« Chapitre VIII

« Allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie

« Art. L. 168-1. – Une allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie est versée aux personnes qui accompagnent à domicile une personne en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, quelle qu’en soit la cause, et qui remplissent les conditions suivantes :

« 1° Soit être bénéficiaires du congé de solidarité familiale ou l’avoir transformé en période d’activité à temps partiel comme prévu aux articles L. 3142-16 à L. 3142-21 du code du travail ou du congé prévu au 9° de l’article 34 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’État, au 10° de l’article 57 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale, au 9° de l’article 41 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière ou à l’article L. 4138-6 du code de la défense ;

« 2° Soit avoir suspendu ou réduit leur activité professionnelle et être un ascendant, un descendant, un frère, une sœur, une personne de confiance au sens de l’article L. 1111-6 du code de la santé publique ou partager le même domicile que la personne accompagnée.

« Art. L. 822-2. – (Supprimé)

« Art. L. 168-1-1. – Les personnes mentionnées aux articles L. 5421-1 à L. 5422-8 du code du travail peuvent bénéficier de l’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie dans des conditions fixées par décret.

« Art. L. 168-2 (nouveau). – L’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie est également versée dans les départements mentionnés à l’article L. 751-1.

« Art. L. 168-3. – Le nombre maximum d’allocations journalières versées est égal à 21. L’allocation est versée pour chaque jour ouvrable ou non. Lorsque la personne accompagnée à domicile doit être hospitalisée, l’allocation continue d’être servie les jours d’hospitalisation.

« Le montant de cette allocation est fixé par décret. Lorsque le bénéficiaire a réduit sa quotité de travail et travaille à temps partiel, ce montant et la durée de l’allocation sont modulés dans des conditions prévues par décret.

« L’allocation cesse d’être due à compter du jour suivant le décès de la personne accompagnée.

« L’allocation peut être versée à plusieurs bénéficiaires, au titre d’un même patient, dans la limite totale maximale fixée au premier alinéa.

« Art. L. 168-4. – Les documents et les attestations requis pour prétendre au bénéfice de l’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie, ainsi que les procédures de versement de cette allocation, sont définis par décret.

« Art. L. 168-5. – L’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie est financée et servie par le régime d’assurance maladie dont relève l’accompagnant, après accord du régime d’assurance maladie dont relève l’accompagné.

« Lorsque l’intervention du régime d’assurance maladie se limite aux prestations en nature, l’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie est financée et servie par l’organisme compétent, en cas de maladie, pour le service des prestations en espèces ou le maintien de tout ou partie de la rémunération.

« Art. L. 168-6 (nouveau). – L’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie n’est pas cumulable avec :

« 1° L’indemnisation des congés de maternité, de paternité ou d’adoption ;

« 2° L’indemnité d’interruption d’activité ou l’allocation de remplacement pour maternité ou paternité, prévues aux articles L. 613-19 à L. 613-19-2 et L. 722-8 à L. 722-8-3 du présent code, aux articles L. 732-10 à L. 732-12-1 du code rural et à l’article 17 de la loi n° 97-1051 du 18 novembre 1997 d’orientation sur la pêche maritime et les cultures marines ;

« 3° L’indemnisation des congés de maladie ou d’accident du travail ;

« 4° Les indemnités servies aux demandeurs d’emploi ;

« 5° L’allocation parentale d’éducation ou le complément de libre choix d’activité de la prestation d’accueil du jeune enfant.

« Toutefois, l’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie est cumulable en cours de droit avec l’indemnisation mentionnée au 3° perçue au titre de l’activité exercée à temps partiel. »


Article 1er bis (nouveau)

Après l’article L. 161-9-2 du même code, il est inséré un article L. 161-9-3 ainsi rédigé :

« Art. L. 161-9-3. – Les personnes bénéficiaires du congé prévu à l’article L. 3142-16 du code du travail, au 9° de l’article 34 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’État, au 10° de l’article 57 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale, au 9° de l’article 41 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière et à l’article L. 4138-6 du code de la défense conservent leurs droits aux prestations en nature et en espèces de l’assurance maladie, maternité, invalidité et décès de leur régime d’origine aussi longtemps qu’elles bénéficient de ce congé.

« Les personnes ayant bénéficié de ces dispositions conservent leurs droits aux prestations en nature et en espèces d’assurance maladie, maternité, invalidité et décès auprès du régime obligatoire dont elles relevaient avant et pendant ce congé, dans les situations suivantes :

« 1° Lors de la reprise de leur travail à l’issue du congé ;

« 2° En cas de non reprise du travail à l’issue du congé, en raison d’une maladie ou d’une maternité ;

« 3° Lors de la reprise du travail à l’issue du congé de maladie ou de maternité.

« Les périodes pendant lesquelles les bénéficiaires conservent leurs droits sont fixées par décret et sont applicables, sans préjudice des dispositions de l’article L. 161-8 du présent code. »


Article 2

I. – (Non modifié)

bis. – Le même article L. 3142-16 est complété par un alinéa ainsi rédigé :

« Ce droit bénéficie, dans les mêmes conditions, aux salariés ayant été désignés comme personne de confiance au sens de l’article L. 1111-6 du code de la santé publique. »

II. – À la première phrase du 9° de l’article 34 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’État, les mots : « ou un descendant ou une personne partageant son domicile fait l’objet de soins palliatifs » sont remplacés par les mots : « , un descendant, un frère, une sœur, une personne partageant le même domicile ou l’ayant désigné comme sa personne de confiance au sens de l’article L. 1111-6 du code de la santé publique souffre d’une pathologie mettant en jeu le pronostic vital ou est en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, quelle qu’en soit la cause ».

III. – À la première phrase du 10° de l’article 57 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale, les mots : « ou un descendant ou une personne partageant son domicile fait l’objet de soins palliatifs » sont remplacés par les mots : « , un descendant, un frère, une sœur, une personne partageant le même domicile ou l’ayant désigné comme sa personne de confiance au sens de l’article L. 1111-6 du code de la santé publique souffre d’une pathologie mettant en jeu le pronostic vital ou est en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, quelle qu’en soit la cause ».

IV. – À la première phrase du 9° de l’article 41 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière, les mots : « ou un descendant ou une personne partageant son domicile fait l’objet de soins palliatifs » sont remplacés par les mots : « , un descendant, un frère, une sœur, une personne partageant le même domicile ou l’ayant désigné comme sa personne de confiance au sens de l’article L. 1111-6 du code de la santé publique souffre d’une pathologie mettant en jeu le pronostic vital ou est en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, quelle qu’en soit la cause ».

V. – À la première phrase de l’article L. 4138-6 du code de la défense, les mots : « ou une personne partageant son domicile fait l’objet de soins palliatifs » sont remplacés par les mots : « , un frère, une sœur, une personne partageant le même domicile ou l’ayant désigné comme sa personne de confiance au sens de l’article L. 1111-6 du code de la santé publique souffre d’une pathologie mettant en jeu le pronostic vital ou est en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, quelle qu’en soit la cause ».


Article 2 bis (nouveau)

I. – La deuxième phrase du 9° de l’article 34 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 précitée est ainsi rédigée :

« Ce congé non rémunéré est accordé, sur demande écrite du fonctionnaire, pour une durée maximale de trois mois, renouvelable une fois. »

II. – La deuxième phrase du 10° de l’article 57 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 précitée est ainsi rédigée :

« Ce congé non rémunéré est accordé, sur demande écrite du fonctionnaire, pour une durée maximale de trois mois, renouvelable une fois. »

III. – La deuxième phrase du 9° de l’article 41 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 précitée est ainsi rédigée :

« Ce congé non rémunéré est accordé, sur demande écrite du fonctionnaire, pour une durée maximale de trois mois, renouvelable une fois. »

IV. – La deuxième phrase de l’article L. 4138-6 du code de la défense est ainsi rédigée :

« Chacun de ces congés est accordé, sur demande écrite du militaire, pour une durée maximale de trois mois, renouvelable une fois. »


Article 2 ter (nouveau)

I. – L’article L. 3142-17 du code du travail est complété par un alinéa ainsi rédigé :

« Avec l’accord de l’employeur, le congé peut être fractionné, sans pouvoir dépasser la durée maximale prévue au premier alinéa. Dans cette hypothèse, le salarié qui souhaite bénéficier du congé doit avertir son employeur au moins quarante-huit heures avant la date à laquelle il entend prendre chaque période de congé. Les modalités de ce fractionnement, notamment la durée minimale de chaque période de congé, sont fixées par décret. »

II. – Après la deuxième phrase du 9° de l’article 34 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 précitée, il est inséré une phrase ainsi rédigée :

« Il peut être fractionné, dans des conditions fixées par décret. »

III. – Après la deuxième phrase du 10° de l’article 57 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 précitée, il est inséré une phrase ainsi rédigée :

« Il peut être fractionné, dans des conditions fixées par décret. »

IV. – Après la deuxième phrase du 9° de l’article 41 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 précitée, il est inséré une phrase ainsi rédigée :

« Il peut être fractionné, dans des conditions fixées par décret. »

V. – Après la deuxième phrase de l’article L. 4138-6 du code de la défense, il est inséré une phrase ainsi rédigée :

« Il peut être fractionné, dans des conditions fixées par décret. »


Article 3

I. – Le 9° de l’article 34 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 précitée est ainsi modifié :

1° Aux première et troisième phrases, les mots : « d’accompagnement d’une personne en fin de vie » sont remplacés, par deux fois, par les mots : « de solidarité familiale » ;

2° (nouveau) Il est ajouté une phrase ainsi rédigée :

« Ce congé peut être transformé en période d’activité à temps partiel dans des conditions fixées par décret. »

II. – Le 10° de l’article 57 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 précitée est ainsi modifié :

1° Aux première et troisième phrases, les mots : « d’accompagnement d’une personne en fin de vie » sont remplacés, deux fois, par les mots : « de solidarité familiale » ;

2° (nouveau) Il est ajouté par une phrase ainsi rédigée :

« Ce congé peut être transformé en période d’activité à temps partiel dans des conditions fixées par décret. »

III. – Le 9° de l’article 41 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 précitée est ainsi modifié :

1° Aux première et troisième phrases, les mots : « d’accompagnement d’une personne en fin de vie » sont remplacés, deux fois, par les mots : « de solidarité familiale » ;

2° (nouveau) Il est ajouté une phrase ainsi rédigée :

« Ce congé peut être transformé en période d’activité à temps partiel dans des conditions fixées par décret. »

IV. – (Non modifié)

V. – L’article L. 4138-6 du code de la défense est ainsi modifié :

1° À la première phrase, les mots : « d’accompagnement d’une personne en fin de vie » sont remplacés par les mots : « de solidarité familiale » ;

2° (nouveau) Il est ajouté une phrase ainsi rédigée :

« Il peut être transformé en période d’activité à temps partiel dans des conditions fixées par décret. »


Article 4

(Conforme)


Article 5

(Suppression conforme)


Délibéré en séance publique, à Paris, le 14 janvier 2010.

Le Président,

Signé : Gérard LARCHER

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
<br /> Besoin d'un fou rire ? http://www.fous-rires.com<br /> <br /> <br />
Répondre
O
<br /> L'Assemblée nationale a adopté à l'unanimité ce texte:<br /> <br /> TEXTE ADOPTÉ n° 415<br /> <br /> <br /> __<br /> <br /> <br /> ASSEMBLÉE NATIONALE<br /> <br /> <br /> CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958<br /> <br /> <br /> TREIZIÈME LÉGISLATURE<br /> <br /> <br /> SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010<br /> <br /> <br /> 16 février 2010<br /> <br /> <br /> PROPOSITION DE LOI<br /> <br /> <br /> visant à créer une allocation journalière d’accompagnement<br /> d’une personne en fin de vie.<br /> <br /> <br /> (Texte définitif)<br /> <br /> <br /> L’Assemblée nationale a adopté sans modification, en deuxième lecture, la proposition de loi, modifiée par le Sénat, dont la teneur suit :<br /> <br /> <br /> Voir les numéros :<br /> <br /> <br /> Assemblée nationale : 1ère lecture  : 1407, 1445 et T.A. 242.<br /> 2ème lecture : 2225 et 2296.<br /> <br /> <br />  Sénat : 1ère lecture : 223 rect. (2008-2009), 172, 173 et T.A. 55 (2009-2010).<br /> <br /> <br /> (S1) Article 1er<br /> <br /> <br /> Le code de la sécurité sociale est ainsi modifié :<br /> <br /> <br /> 1° (Supprimé)<br /> <br /> <br /> 2° Le titre VI du livre Ier du code de la sécurité sociale est complété par un chapitre<br /> VIII ainsi rédigé :<br /> <br /> <br /> « Chapitre VIII<br /> <br /> <br /> « Allocation journalière d’accompagnement<br /> d’une personne en fin de vie<br /> <br /> <br /> « Art. L. 168-1. – Une allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie est versée aux personnes qui accompagnent à domicile une personne en<br /> phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, quelle qu’en soit la cause, et qui remplissent les conditions suivantes :<br /> <br /> <br /> « 1° Soit être bénéficiaires du congé de solidarité familiale ou l’avoir transformé en période d’activité à temps partiel comme prévu aux articles L. 3142-16 à L. 3142-21 du<br /> code du travail ou du congé prévu au 9° de l’article 34 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’État, au 10° de<br /> l’article 57 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale, au 9° de l’article 41 de la loi<br /> n° 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière ou à l’article L. 4138-6 du code de la défense ;<br /> <br /> <br /> « 2° Soit avoir suspendu ou réduit leur activité professionnelle et être un ascendant, un descendant, un frère, une sœur, une personne de confiance au sens de l’article L. 1111-6<br /> du code de la santé publique ou partager le même domicile que la personne accompagnée.<br /> <br /> <br /> « Art. L. 822-2. – (Supprimé)<br /> <br /> <br /> « Art. L. 168-1-1 L. 168-2. – Les personnes mentionnées aux<br /> articles L. 5421-1 à L. 5422-8 du code du travail peuvent bénéficier de l’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie dans des conditions fixées par<br /> décret.<br /> <br /> <br /> « Art. L. 168-2 L. 168-3. – L’allocation journalière d’accompagnement d’une<br /> personne en fin de vie est également versée dans les départements mentionnés à l’article L. 751-1.<br /> <br /> <br /> « Art. L. 168-3 L. 168-4. – Le nombre maximal d’allocations journalières versées<br /> est égal à 21. L’allocation est versée pour chaque jour ouvrable ou non. Lorsque la personne accompagnée à domicile doit être hospitalisée, l’allocation continue d’être servie les jours<br /> d’hospitalisation.<br /> <br /> <br /> « Le montant de cette allocation est fixé par décret. Lorsque le bénéficiaire a réduit sa quotité de travail et travaille à temps partiel, ce montant et la durée de l’allocation sont modulés<br /> dans des conditions prévues par décret.<br /> <br /> <br /> « L’allocation cesse d’être due à compter du jour suivant le décès de la personne accompagnée.<br /> <br /> <br /> « L’allocation peut être versée à plusieurs bénéficiaires, au titre d’un même patient, dans la limite totale maximale fixée au premier alinéa.<br /> <br /> <br /> « Art. L. 168-4 L. 168-5. – Les documents et les attestations requis pour<br /> prétendre au bénéfice de l’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie, ainsi que les procédures de versement de cette allocation, sont définis par décret.<br /> <br /> <br /> « Art. L. 168-5 L. 168-6. – L’allocation journalière d’accompagnement d’une personne<br /> en fin de vie est financée et servie par le régime d’assurance maladie dont relève l’accompagnant, après accord du régime d’assurance maladie dont relève l’accompagné.<br /> <br /> <br /> « Lorsque l’intervention du régime d’assurance maladie se limite aux prestations en nature, l’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie est financée et servie par<br /> l’organisme compétent, en cas de maladie, pour le service des prestations en espèces ou le maintien de tout ou partie de la rémunération.<br /> <br /> <br /> « Art. L. 168-6 L. 168-7. – L’allocation journalière d’accompagnement d’une<br /> personne en fin de vie n’est pas cumulable avec :<br /> <br /> <br /> « 1° L’indemnisation des congés de maternité, de paternité ou d’adoption ;<br /> <br /> <br /> « 2° L’indemnité d’interruption d’activité ou l’allocation de remplacement pour maternité ou paternité, prévues aux articles L. 613-19 à L. 613-19-2 et L. 722-8 à<br /> L. 722-8-3 du présent code, aux articles L. 732-10 à L. 732-12-1 du code rural et à l’article 17 de la loi n° 97-1051 du 18 novembre 1997 d’orientation sur la pêche maritime<br /> et les cultures marines ;<br /> <br /> <br /> « 3° L’indemnisation des congés de maladie ou d’accident du travail ;<br /> <br /> <br /> « 4° Les indemnités servies aux demandeurs d’emploi ;<br /> <br /> <br /> « 5° L’allocation parentale d’éducation ou le complément de libre choix d’activité de la prestation d’accueil du jeune enfant.<br /> <br /> <br /> « Toutefois, l’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie est cumulable en cours<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles

CatÉGories