Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 12:35
Du 21 octobre 2009 au 20 juin 2010 se tient au musée de l'Assistance Publique Hôpitaux de Paris, Hôtel de Miramion, 47 quai de la Tournelle, 75005 Paris une exposition photo sur l'humanisation à l'hôpital, ouverte du mardi au dimanche de 10h à 18h
Tarif normal : 4 euros
Demi-tarif : 2 euros, jeunes de 13 à 18 ans, étudiants, titulaires de la carte Vermeil
Gratuité : personnel de l'AP-HP, enfants jusqu'à 13 ans
Gratuité pour tous le premier dimanche du mois



Présentation générale :

Il y a 50 ans, le 5 décembre 1958, la publication de la première circulaire « relative à l’humanisation des hôpitaux » marquait une étape nouvelle dans le processus d’adaptation de l’hôpital aux évolutions de la société : modes de vie, sensibilité, et attentes. Reconnu nécessaire dès le début des années 30, du fait de la publication de la loi sur les assurances sociales destinées aux classes moyennes (1928), ce mouvement s’accélère avec l’accueil de nouvelles catégories de malades, ne relevant plus uniquement de l’indigence, dans l’hôpital « toutes classes » créé en 1941.
Au-delà de sa dimension matérielle et de la valeur de symbole que constitue la fermeture des salles communes et les mesures portant sur la vie quotidienne de la population hospitalisée (régime horaire des malades, visites, conservation des effets personnels etc…), l’humanisation a progressivement inclus une dimension relationnelle, celle de la protection des droits des usagers.

Le parcours de l’exposition

« Hier / Aujourd’hui »
La première salle rappelle la dynamique affichée par l’hôpital, quand l’objectif d’humanisation s’impose, au lendemain de la guerre. « Tout a changé » : c’est ce qu’annonce chaque nouvelle génération d’hospitaliers, à partir de campagnes d’information qui insistent sur les efforts matériels de modernisation des espaces. Pour autant, l’humanisation ne tient pas tout entière dans la seule dimension matérielle.

Vers un hôpital « confortable et gai »
Comment réinventer l’hôpital, désormais ouvert à tous ? Les premières réponses viennent tout d’abord des Etats-Unis, pays qui fait longtemps rêver les hospitaliers. Puis les congrès, expositions et salons internationaux multiplient les occasions d’échanges, dans une belle effervescence . Les expérimentations s’additionnent : mobilier, hôtesses, couleurs, confort, information, portes-ouvertes, loisirs…, tout y passe et l’hôpital semble cette fois bien parti pour se confondre avec un lieu accueillant et rassurant. Mais les moyens ne sont pas au rendez-vous et les programmes, enfin votés, traînent et s’épuisent devant l’énormité de la tâche, … pendant que la société évolue à grand pas dans ses attentes.

L’humanisation sous la pression des médias
Ou comment les médias s’immiscent peu à peu dans ce mouvement, jusqu’à devenir de puissants leviers pour la politique d’humanisation, au risque d’une dégradation quasi irréversible de l’image de l’hôpital.

A l’heure du droit et des usagers-partenaires
A partir de 1974, les droits des malades s’imposent dans le paysage et le fonctionnement de la grande machine hospitalière. C’est l’histoire de cet apprentissage commun aux hospitaliers et aux usagers qui est évoquée ici, portée par de puissantes mutations sociales, culturelles, économiques. Pendant ce temps, l’humanisation cède le pas à la qualité, mesurée, évaluée, chiffrée.

L’hôpital “comme-à-la-maison” ?
« Maison de santé », « maison de verre », « maison accueillante », « maison des malades », « maisonnée », « maison des usagers »… Des générations d’hospitaliers ont eu recours à cette métaphore du “chez-soi” pour imager l’hôpital idéal, refuge rassurant et salvateur : celui qu’ils se sont employés à faire naître. Un hôpital toujours rêvé… Regards sur quelques enjeux et limites de cette aspiration, aujourd’hui collectivement partagée.

Le communiqué de presse :

La nouvelle exposition du musée de l'AP-HP sera inaugurée mardi 20 octobre. Elle accueillera le public dès le mercredi 21 à partir de 10 heures.


« L’humanisation » désigne le mouvement de réforme profonde de l’hôpital pour tenter de l’ajuster aux évolutions de la société : modes de vie, sensibilité, et attentes. Le mot s’impose au milieu des années 1950. Mais les premiers frémissements se repèrent dès la publication de la loi du 5 avril 1928 sur les assurances sociales, dont la couverture du risque maladie ouvre l’institution aux classes moyennes. Le projet se confirme avec la transformation de l’hôpital en service public (décret du 17 avril 1945) accessible à tous. En moins de 20 ans, l’hôpital où s’élabore la science médicale la plus performante, devient pour chacun le lieu du premier comme du dernier recours.
Parallèlement à l’explosion des techniques médicales et à la quête du “toujours plus” (plus de recherche et plus d’appareils, pour plus de guérison), l’institution travaille à se moderniser et à « s’humaniser ». En 1956, le mot acquiert la dimension d’un slogan dans la perspective d’une politique nationale à élaborer. La première circulaire ministérielle « relative à l’humanisation des hôpitaux » est enfin publiée le 5 décembre 1958.

L’ampleur de ce mouvement au sein de l’histoire hospitalière du XXe siècle est proportionnelle à la pesanteur des héritages. Issu de l’hospice, l’hôpital est resté ce grand organisme taillé aux cotes de l’indigence puis de l’assistance. L’arrivée d’une population plus aisée révèle brutalement les limites d’un cadre qui appartient à un autre âge. Tout est à revoir, tout est à repenser.
Mais par où commencer et comment satisfaire en même temps aux efforts d’investissements réclamés par la science, et à ceux exigés par l’élévation du niveau de vie ? Comment concentrer l’attention à la fois sur la dimension matérielle de l’humanisation et sur sa dimension relationnelle, sur laquelle l’hôpital semble avoir moins de prises ? Et comment, dans cet imbroglio, ne pas perdre de vue la visée ultime de l’humanisation : l’acquisition d’autres façons de regarder et d’écouter les patients, de leur parler ?... Pendant ce temps, la société évolue, les malades s’organisent, les médias dénoncent, les droits des patients acquièrent force de loi et la “démocratie sanitaire” fait ses premiers pas (loi du 4 mars 2002). Le chantier de l’humanisation est permanent et ne cesse de s’étendre, relayé par d’autres notions : « qualité », « bientraitance »…, chacune porteuse de nouvelles applications.

C’est la première fois qu’une exposition propose de revenir sur ce mouvement majeur de l’histoire hospitalière, une histoire toujours renouvelée, toujours inachevée. Comprendre ses étapes, découvrir la multiplicité de ses facettes, identifier ses acteurs, déchiffrer les soubresauts de cette histoire, ses résistances ou ses blocages, pour mieux situer les enjeux et la portée des reformulations d’aujourd’hui, telles sont quelques-unes des intentions d’une manifestation portée par une scénographie qui réservera plus d’une surprise.

Consulter le dossier de presse de l'exposition

Partager cet article

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans --> Colloque
commenter cet article

commentaires

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles