Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
2 juillet 2006 7 02 /07 /juillet /2006 21:26

Le Premier Ministre, Dominique de Villepin,  a demandé au mois de janvier un avis au Comité Consultatif National d'Ethique pour les sciences de la vie (CCNE) . Celui-ci a été créé par le décret  du 23 février 1983 (83-132) du Président de la République d'alors, François Mitterand. Son premier président fut Jean Bernard,

académicien français et membre de l'Académie de médecine et grand hématologue, décédé l'an passé.

L'avis rendu le 22 juin 2006, n°92, est relatif à la demande de suppression de la vaccination obligatoire du BCG et à la politique de santé publique contre la tuberculose.

La tuberculose est une maladie à déclaration obligatoire depuis 1964. Tout soignant qui découvre sur son patient, le bacille de Koch, doit en faire la déclaration à l'autorité sanitaire (souvent la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales, DDASS) Sur ce point, la population atteinte à l'heure actuelle est de 10 sur 100 000 personnes. Le CCNE recommande la poursuite de la vaccination.

Sur le BCG (Bacille découvert par Calmette et Guérin), la vaccination est obligatoire au premier mois puis pour toute entrée dans une colectivité (créche, école...) Le vaccin était issue de la souche "Mérieux" et administré par une bague, le nouveau vaccin est issu de la souche "Copenhague" et s'administre par une injection intra-dermique. Les professionnels de santé ne sont pas tous habitués à ce nouveau mode d'injection. Le CCNE recommande une poursuite de vaccination obligatoire et une information aux soignants.

Même s'il ne s'agit que d'un avis, le Gouvernement ne se risque jamais à aller à l'encontre de la réflexion de ces personnalités imminentes dans le domaine de la biologie et de la santé.

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Droit médical
commenter cet article
1 juillet 2006 6 01 /07 /juillet /2006 19:05

Pierre Laffitte et Claude Saunier, membres de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technogiques (OPECST) - créé par la loi (83-609) du 8 juillet 1983 - ont rendus un rapport le 26 juin sur le développement durable.

En 2010, est prévue une augmentation de la température terrestre de 1°C à 5,8°C. Autant dire que tout l'écosystème sera modifié et la surface recouverte par les eaux étendue.

Les réserves pétrolières sont prévues pour 130 ans et le charbon pour 200 ans. La durée n'est pas la même si la chaleur continue d'influer sur le climat et si aucun pays ne prend des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et pour développer des énergies renouvelables.

La population sera d'environ 26 milliards d'hommes en 2050. Les estimations d'un baril de pétrole à 150 $  paraissent de plus en plus réalistes.

Parmi les éléments qui jouent contre le développement durable, on trouve la production d'électricité qui dégage encore 40% de CO2, les transports avec 24% et les résidences qui émettent encore 17% de CO2.

Les solutions proposées sont le développement du train, la diminution de la production d'électricité, le développement des moteurs hybrides et celui du nucléaire.

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Droit médical
commenter cet article
24 mai 2006 3 24 /05 /mai /2006 00:24

La 8ème Journée nationale de prévention et de dépistage anonyme et gratuit des cancers de la peau a lieu aujourd'hui. A cette occasion, plus de 1 000 dermatologues seront à la disposition du public. Et cela, bénévolement. Depuis sa création en 1998, cette opération rencontre un succès qui va croissant et qui fait école dans d'autres domaines. 

Chaque année plus de 15 000 Français se rendent dans l'un des centres de dépistage ouverts pour la circonstance.

Organisée par le Syndicat national des dermatologues et des vénérologues (SNDV), la journée vise au-delà d'un dépistage pur et simple, à informer et sensibiliser les Français au danger réel des cancers de la peau, et notamment du mélanome. 

Le mélanome frappe 6 000 Français chaque année. Traité à temps, il peut être guéri sans suites dans 90% des cas. Encore faut-il rechercher et savoir reconnaître les lésions pré-cancéreuses.

Pour en savoir davantage ou connaître le centre de dépistage le plus proche de chez vous, appelez le 0892 704 701 (0,34 euro/minute) ou consultez le site www.syndicatdermatos.org 
 
Sur le même sujet de dépistage, on apprend aussi aujourd'hui que la participation au programme de dépistage du
cancer du sein continue d'augmenter en France. Selon les derniers chiffres publiés aujourd'hui par l'Institut national de veille sanitaire (InVS), près de deux millions de femmes y ont eu recours en 2005, soit 46% de la cible, alors qu'elles n'étaient que 40% en 2004, date de sa généralisation. Dans un communiqué, l'InVS précise que plus trois millions de femmes ont été dépistées en 2005.

La participation des femmes au programme de dépistage du cancer du sein est inégale selon les régions pour les années 2005. 
Trois régions (
Pays-de-la-Loire, Bretagne, Limousin) présentent des taux élevés de participation (proches de 60%) par rapport à la moyenne nationale, tandis que neuf autres (Bourgogne, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais, PACA, Picardie, Poitou-Charentes, Rhône-Alpes, Antilles-Guyane) se situent en moyenne entre 40 et 49%. Seules trois régions présentent des taux de participation plus faibles (Corse, Ile-de-France et Lorraine
) inférieurs à 39%.

L'efficacité d'un programme de dépistage organisé nécessite une participation élevée au moins égale à 70%, estimé l'InVS. Un pourcentage qui est atteint lorsqu'on additionne le taux de couverture mammographique par le dépistage organisé, le dépistage individuel et le suivi pour pathologie bénigne ou maligne.

Même si l'augmentation de la participation au dépistage organisé du cancer du sein se confirme, les efforts doivent être maintenus, avertit l'InVS. 
Pour rappel, le programme de dépistage du cancer du sein offre tous les deux ans une mammographie similaire à celle réalisée dans le cadre du dépistage individuel avec toutefois, en plus, une vérification (deuxième lecture) de chaque mammographie normale en première lecture
.

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Droit médical
commenter cet article

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles