Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 23:57

Voici la composition de l'Assemblée Nationale pour la XIIIème législature:
(Voir l'article concernant ce scrutin)

Inscrits : 35 223 911
Votants : 21 130 346
Abstention :  14 093 565 (40.01%)
Exprimés : 26 026 466

Nombre de sièges obtenus:
Mouvement Pour la France : 1
Divers Droite : 9
Union pour la Majorité Populaire : 314
Majorité Présidentielle : 22
Union Démocratique Française - Mouvement démocratique : 3
Divers : 1
Régionalistes : 1
Verts : 4
Radicaux de Gauche : 7
Parti Socialiste : 185
Divers Gauche: 15
Parti Communiste : 15
 

Vous pouvez comparer avec la composition de l'Assemblée Nationale de la XIIème législature

Partager cet article
Repost0
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 05:22

AUJOURD'HUI 17 JUIN 2007
FETE DES PERES

Si dans votre circonscription, s'organise un 
SECOND TOUR DES ELECTIONS LEGISLATIVES, 
ALLEZ VOTER
(
voir l'article sur le nombre de candidats)
VOTER EST UN DROIT, C'EST AUSSI 
UN DEVOIR CIVIQUE


L'abstention fut trop élevée au premier tour.
469 députés vont être élus ce soir.

(
voir les résultats au niveau national du 1er tour de cette élection législative)

Partager cet article
Repost0
11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 05:11

Après l'agression du juge des enfants, Jacques Noris, poignardé mardi dernier à Metz dans son cabinet, le principal syndicat de magistrats a appelé les juges français à cesser le travail lundi et à se rassembler devant les palais de justice pour demander une meilleure sécurisation des tribunaux
"Suite à l'odieuse agression dont a été victime notre collègue de Metz, l'Union syndicale de la magistrature appelle tous les magistrats à cesser le travail et à se rassembler sur les marches des palais de justice
lundi 11 juin à 14 heures", dit l'Union syndicale de la magistrature (USM) dans un communiqué.

Le syndicat majoritaire entend obtenir du gouvernement un plan qui prévoit l'installation d'au moins un portique de sécurité dans chaque juridiction et le recrutement du personnel nécessaire à son utilisation
et  appelle par ailleurs les magistrats à "exercer leur droit de retrait (à arrêter d'exercer leurs fonctions) lorsqu'ils estimeront que leur sécurité n'est pas assurée" dans leurs tribunaux.

Ce mouvement fait suite à une intervention du Premier ministre, François Fillon, qui a relancé l'idée d'une réforme de la carte judiciaire française
Les deux principaux syndicats de magistrats ont mal accueilli cette déclaration en estimant que ce dossier n'avait rien à voir avec celui de la sécurité.
Actuellement, il existe au moins un tribunal de grande instance par département, souvent plusieurs. Chacun de ces tribunaux comporte au moins un juge d'instruction.
"Il y a une carte judiciaire qui est héritée du passé. Si on veut avoir des tribunaux modernes, efficaces, avec des juridictions spécialisées et des moyens pour assurer la sécurité de ces tribunaux dans le contexte budgétaire qui est le nôtre, il faut accepter de revoir la carte judiciaire et de faire les réformes de fond qui s'imposent", a déclaré François Fillon.

Le président de l'USM (majoritaire), Bruno Thouzellier, souligne que le problème de la sécurité dans les tribunaux a déjà fait l'objet d'un rapport en 2003 sous le précédent gouvernement, resté lettre morte.
"On ne va pas attendre la réforme de la carte judiciaire pour sécuriser les juridictions. Il y a un dossier urgentissime, c'est celui de sécuriser les tribunaux", a-t-il dit. Il souligne que les portiques de sécurité sont souvent inopérants dans les tribunaux d'importance moyenne, comme à Metz, faute de personnel et qu'il n'en existe pas dans la plupart des petites juridictions.
Quant à la carte judiciaire, le président de l'USM rappelle que le précédent gouvernement avait fait adopter fin 2006 le principe de la création de "pôles d'instruction départementaux", décision restée sans effet faute de décrets d'application et de moyens financiers.

La présidente du Syndicat de la magistrature (SM, gauche), Emmanuelle Perreux, a également critiqué l'approche de François Fillon. "Je ne vois pas en quoi la réforme de la carte judiciaire répond à la problématique posée par l'agression de notre collègue à Metz", a-t-elle dit. Ce syndicat estime que la justice devrait mieux accompagner les familles confrontées au système judiciaire, avec du personnel supplémentaire, une amélioration du financement public des avocats pour les justiciables pauvres.

Le budget de la
justice française pour 2007, (6,3 milliards d'euros soit 2,34% du budget de l'Etat), est un des plus faibles de l'Europe des 27.

Le Président de la République, Nicolas Sarkozy a fait savoir le lendemain de l'agression qu'il avait appelé au téléphone le magistrat blessé pour "lui renouveler tout son soutien". Dès son rétablissement, il le recevra à l'Elysée, a dit la présidence.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2007 7 10 /06 /juin /2007 23:58

Voici les résultats du 1er tour de l'élection législative du 10 juin 2007:

Résultats du 1er des législatives 2007 - 
national, circonscription et bureau de vote
  National Circonscription Bureau de vote
Inscrits 43 888 483 70 513 1 250
Votants 26 525 147 42 810 633
Abstention 39.56 %   49.4
Exprimés 26 022 790 42 368 624
       
EXG 887 886 438 12
PCF 1 115 717 1 503 44
PS 6 436 156 7 850 165
PRG 343 580    
DVG 513 197 421 7
Verts 845 874 1 569 29
Ecologistes 208 465    
Régionalistes 131 585    
CPNT 213449    
UDF-Modem 1 981 119 5 671 68
Majorité Présidentielle 616 444 1 343 20
UMP 10 289 019 21 646 ELU 241
MPF 312 604    
DVD 641 592    
FN 1 116 006 1 359 24
EXD 102 110 568 14

(Voir l'article sur ce scrutin)
Partager cet article
Repost0
10 juin 2007 7 10 /06 /juin /2007 00:07

AUJOURD'HUI 10 JUIN 2007
ELECTIONS LEGISLATIVES
1er TOUR
ALLEZ VOTER.



Voter est un droit,
alors ALLEZ VOTER.

 

(Voir l'article sur les 7 640 candidats à la députation et celui sur l'âge, le sexe et la profession des députés sortants)

Vous pensez que la santé n'a rien à voir avec la politique: FAUX. 
Les lois votées prochainement, notamment sur la franchise des soins et l'organisation du système hospitalier- tout comme la sécurité des palais de justice et la réforme des régimes spéciaux et des heures supplémentaires - seront prises par la majorité de l'Assemblée nationale. Le Sénat est majoritairement à droite.
Selon le voeu du chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, et confirmé par le Président de l'Assemblée Nationale, Patrick Ollier, le président de la commission des finances sera de l'opposition.
(Voir le résultat de l'élection présidentielle)

L'autre enjeu des élections législatives concerne le financement des partis politiques
Toute formation qui recueille 1% des voix dans 50 circonscriptions bénéficie de 1.66€ par voix et par an pendant la législature (cette somme est réduite en cas de non-respect de la parité)
et 44 394.03€ par député élu pour la législature.
Le Premier ministre, François Fillon, avait indiqué le 5 juin 2007 qu'il proposerait une modification de ce financement pas "adapté". Plusieurs partis vont se retrouver en difficulté financière - alors que la diversité est nécessaire pour le choix.

Le traitement brut du Chef de l'Etat en activité est de 6 751 euros par mois 
Le Premier Ministre en touche 22 249.31
Ses ministres 13 905.82 
Les députés et sénateurs 6 952.91
Un conseiller régional entre 1.477,24 € (-1 million d'habitants) et 2.585,17 € (+3 millions d'habitants),
un conseiller général entre 1.477,24 € (-250.000 habitants) à 2.585,17 € (+1,25 million d'habitants)
un conseiller municipal entre entre 243,74 € (- 500 habitants) et 2.677,5 € (+200.000 habitants);
leurs présidents respectifs (Président du conseil régional, président du conseil général et maire: 2 fois ce traitement
 

Partager cet article
Repost0
5 juin 2007 2 05 /06 /juin /2007 19:59

Le juge des enfants, Jacques Noris, vice-président du tribunal de Metz (Moselle), a été blessé à coups de couteau ce matin par la mère d'un mineur alors qu'il présidait une audience d'assistance éducative dans son cabinet. 

L'agression a provoqué une vive émotion dans la magistrature et le principal syndicat menace d'appeler les magistrats à cesser le travail si des mesures ne sont pas prises.

"Le vice-président du tribunal de Metz, président du tribunal pour enfants, a été agressé à l'arme blanche pendant l'audience", a déclaré Joël Guitton, procureur de la République de Metz. "La victime, âgée de 62 ans, a été atteinte à l'abdomen malgré l'interposition d'un avocat", dit-il dans un communiqué. Le magistrat, Jacques Noris, a été opéré à l'hôpital Bon secours de Metz. "Ses jours ne sont plus en danger", a indiqué dans la soirée le procureur. 

Selon son avocate, la mère de famille, une femme sans
emploi de 35 ans, l'a agressé à l'issue de l'audience avec un couteau qu'elle portait sur elle lorsque le magistrat a confirmé le placement de son fils, âgé d'un peu moins de trois ans, auprès de sa grand-mère paternelle. Ce placement avait été ordonné il y a un an pour des raisons de carences éducatives. 

"L'audience s'était passée calmement. Je savais qu'elle était extrêmement triste mais je ne m'attendais pas à ça. Elle a commencé à manifester verbalement, a craché au sol. Le magistrat nous a invités à sortir. Elle est restée assise et a sorti son arme", a précisé Me Charlotte Cordebar.
La jeune femme, qui est sans antécédent judiciaire, a été interpellée par la police et placée en garde à vue. Une enquête est ouverte en flagrance pour tentative de meurtre avec préméditation sur la personne d'un magistrat dans l'exercice de ses fonctions. Elle encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Le président de la République, Nicolas Sarkozy a exprimé "son profond soutien" à la victime et s'est élevé, dans un communiqué, contre "cet acte inqualifiable". 

La Garde des Sceaux, ministre de la
Justice, Rachida Dati, s'est rendue sur place dans l'après-midi et a fait part de son émotion aux magistrats qu'elle a rencontrés pendant près de deux heures. 
"J'ai aujourd'hui même demandé à Monsieur l'inspecteur général des Services judiciaires de déterminer les circonstances dans lesquelles une agression d'une telle gravité a pu se produire dans une enceinte judiciaire, et de me dresser sans délai un bilan de la mise en oeuvre du plan d'action pour la sûreté des juridictions. J'ai décidé de prendre des mesures immédiates pour améliorer la sécurité des palais de Justice
, et je débloquerai dans les tout prochains jours les moyens financiers nécessaires", a-t-elle ajouté. 

Pour Joël Guitton, qui préside par ailleurs la Conférence nationale des procureurs de la République, les causes du drame résident dans "l'absence totale de contrôle à l'entrée de l'immense majorité des palais de
justice de province" faute, précise-t-il, de personnel susceptible d'être affecté à ces tâches. 
Il a rappelé  que fin 2005, tous les tribunaux avaient déjà été invités à formuler des propositions pour améliorer leur sécurité après qu'une secrétaire de greffe du palais de justice de Rouen eut été grièvement brûlée par une justiciable qui s'était immolée par le feu. "Nous avons fait en janvier 2006 des propositions écrites qui étaient chiffrées pour ce qui concerne le palais de justice de Metz
à six postes à temps plein. Nous avons eu un portique de détection d'armes qui a été installé sur une ces cinq portes d'entrées et ce portique est dépourvu de tout fonctionnaire pour l'utiliser", a-t-il ajouté. 

L'Union syndicale de la magistrature (USM, majoritaire) a exprimé de son côté sa "consternation" et sa "révolte" et réclamé des mesures immédiates, faute de quoi il menace d'appeler les magistrats à cesser le travail.
"L'USM exige un plan d'urgence de sécurisation des juridictions. A défaut, l'USM appellera les magistrats à exercer leur droit de retrait, partout ou les conditions de sécurité ne seront pas remplies", déclare le syndicat dans un communiqué. 
Rappelon simplement que les magistrats n'ont pas le droit de grève.

Pour les syndicats de magistrats, cette situation est révélatrice de la misère de la
justice française, qui avec un budget de 6,271 milliards d'euros pour 2007 (2,34% du budget de l'Etat), est à un des plus bas niveaux de l'Europe des 27.

Partager cet article
Repost0
30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 21:55

Le Conseil de sécurité de l'ONU a formellement créé ce soir, par la résolution 1757 un tribunal international pour juger les assassins de l'ex-premier ministre libanais Rafic Hariri, signalant ainsi son refus d'accepter que ce crime reste impuni.

Il a pris cette décision dans une résolution, adoptée par 10 voix sur 15, qui prend le numéro 1757. Cinq pays se sont abstenus: Chine, Russie, Afrique du sud, Indonésie et Qatar.

Le texte, légalement contraignant, prévoit l'entrée en vigueur automatique le 10 juin de la convention signée l'an dernier entre l'ONU et le Liban créant ce «Tribunal spécial», à moins que d'ici là les parties libanaises s'entendent pour ratifier cette convention.
Il prévoit également que le tribunal «commencera à fonctionner à une date à déterminer par le secrétaire général (de l'ONU), en consultation avec le gouvernement du Liban, et prenant en compte l'avancement du travail de la Commission d'enquête internationale».
Plusieurs diplomates à l'ONU ont estimé que le tribunal ne pourra guère commencer à siéger avant environ un an.

Le principe de la création du tribunal avait été décidé en 2005 par la résolution 1595 du Conseil. Une convention l'établissant a été signée en 2006 entre l'ONU et le gouvernement libanais mais sa ratification par le Parlement de Beyrouth, exigée par la Constitution libanaise, n'a pu avoir lieu en raison de la crise politique au Liban.

Rafic Hariri a été assassiné, avec 22 autres personnes, dans un attentat en février 2005 à Beyrouth, alors sous contrôle syrien. La Syrie a été pointée du doigt dans cette affaire par les enquêteurs de l'ONU mais a démenti toute implication.

Le vote au Conseil de sécurité est intervenu sur fond de divisions et de tensions au Liban, avec regain de violences, combats entre armée et islamistes dans le nord et attentats à Beyrouth

Partager cet article
Repost0
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 02:59

L'état de santé de Nicolas Sarkozy "est bon et intégralement compatible avec l'exercice de ses fonctions présidentielles", selon un certificat médical de son médecin traitant rendu public jeudi par l'Elysée. (Voir la photographie officielle du nouveau Chef de l'Etat)
Le Dr Jean-Elie Henry-Mamou, médecin assistant à l'Hôpital du Perpétuel secours, chargé d'enseignement clinique à la Faculté de Paris VII, a délivré ce certificat le 11 mai 2007 à la demande du nouveau président.

Nicolas Sarkozy s'était engagé pendant la campagne à publier régulièrement son bulletin de santé. "Je ferai de mon médecin une vedette", plaisantait-il le 2 mars dernier lors de l'émission le "Grand Journal" sur Canal+.
La publication de ce certificat médical constitue une nouvelle illustration du changement de style voulu par Nicolas Sarkozy pour marquer les esprits au début de sa présidence après l'insertion pendant le Conseil des ministres d'une nouvelle partie D (débat) après les parties relatives aux lois (A) , nominations (B) et communiqués (C)

La santé du chef de l'Etat est traditionnellement un sujet tabou en France.  Des bulletins de santé même publiés par la Présidence de la République peuvent parfois être en contradiction avec le véritable état de santé du Chef de l'Etat come cela fut le cas pour François Mitterand.
Dominique de Villepin, ancien Premier ministre, effectuait des tests d'effort qu'il communiquait lors des réunions mensuelles, notamment la dernière.

Jacques Chirac n'a jamais communiqué sur le sujet, jusqu'à son hospitalisation en septembre 2005 après un accident vasculaire. 
Son prédécesseur,
François Mitterrand, atteint d'un cancer de la prostate dès novembre 1981, avait sommé son médecin personnel de falsifier ses bulletins de santé pendant plus d'une dizaine d'années.
Valéry Giscard d'Estaing
avait préféré ne pas communiquer sur le sujet. 
Les Français n'ont été informés qu'après sa mort le 2 avril 1974 du cancer de la moëlle osseuse dont souffrait Georges Pompidou.

Aucun texte n'oblige le chef de l'Etat à communiquer sur ce thème.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 00:33

Philippe Warrin vient de prendre la photographie officielle du Chef de l'Etat qui sera affichée dans toutes les mairies. (Charles de Gaulle, Georges Pompidou et François Mitterand avaient aussi pris la photographie officielle depuis la bibliothèque de l'Elysée: voir les anciennes photographies officielles des Présidents de la Vème République)

Voici la photographie officielle de Nicolas Sarkozy, President de la République:

sarko-officielle.jpg

Partager cet article
Repost0
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 11:30

7 640 candidats dont 3.177 femmes (41,58%) et 4.463 hommes (58,42%), briguent un des 577 sièges de députés à pourvoir, précise le ministère de l'Intérieur.

Le nombre de postulants est inférieur à celui de 2002 où 8.456 candidats - dont 38,5% de femmes - avaient tenté leur chance et 58 d'entre eux avaient été élus dès le premier tour.

La campagne électorale pour le premier tour des élections législatives a été 
ouverte lundi à 0 heure et s'achèvera le samedi 9 juin 2007 à minuit.

Voir l'article sur la composition actuelle de l'Assemblée Nationale présidée par Patrick Ollier.

Les élections législatives ont lieu les 10 et 17 juin 2007.

ALLEZ VOTER.

Partager cet article
Repost0
18 mai 2007 5 18 /05 /mai /2007 22:47

Les députés ont jusqu'à ce soir minuît pour présenter leur candidature à la députation.
La XIIème législature (2002-2007) présidée par Patrick Ollier - après la nomination de Jean-Louis Debré au Conseil Constitutionnel - était composée de 572 députés (496 hommes et 76 femmes) répartis de la façon suivante:
UMP (sous la présidence de Bernard Accoyer) : 359 dont 43 femmes
PS (sous la présidence de Jean-Marc Ayrault) : 149 dont 25 femmes
UDF (sous la présidence d'Hervé Morin) : 29 dont 1 femme
PCF (sous la présidence d'Alain Bocquet) : 21 dont 4 femmes
N'appartenant à aucun groupe : 14 dont 3 femmes

Du plus jeune, Laurent Wauquiez, 32 ans (UMP) au plus âgé, Georges Hage, 85 ans (PCF), 11 avaient entre 30 et 40 ans; 84 entre 40 et 50 ans; 218 (38,11%) entre 50 et 60 ans; 141 entre 60 et 65 ans; 70 entre 65 et 70 ans; 47 entre 70 et 80 ans et un plus de 80 ans.

Par leur profession, 38 étaient avocats; 5 magistrats; 11 permanents politiques; 1 notaire et 1 huissier; 8 journalistes; 21 professeurs de faculté; 11 chirurgiens; 31 médecins;  7  dentistes; 8 pharmaciens; 1 sage-femme; 6 salarié du secteur médical; 7 vétérinaires notamment.

267 (46.68%) étaient maires; 13 maires d'arrondissement (Paris, Marseille, Lyon), 378 (66.08%) conseillers municipaux. 16 étaient président de conseil général dont 1 femme; 43 vice-président de conseil général dont 6 femmes et 144 conseillers généraux dont 13 femmes. 6 étaient président de région dont 1 femme; 13 étaient vice-président de région dont 4 femmes; 67 étaient conseiller régional dont 18 femmes. Les mandats peuvent se cumuler (député-maire; député-conseiller régional-conseiller municipal)

L'Assemblée Nationale sera renouvelée lors des élections législatives qui se tiennent pour le premier tour le 10 juin 2007 et s'il y a lieu, lors d'un second tour le 17 juin 2007.

Partager cet article
Repost0
18 mai 2007 5 18 /05 /mai /2007 08:45

Voici comme convenu, après la passation de pouvoir le 16 mai 2007 entre Jacques Chirac, Président sortant et Nicolas Sarkozy, nouveau Président de la République, la liste des membres du nouveau Gouvernement.

Avec un Gouvernement paritaire de 17 membres mené par François Fillon, Premier Ministre, ce Gouvernement remplace les anciens 16 ministres et 14 ministres délégués (voir l'ancienne composition en bas de page).

M. Alain JUPPE, ministre d'Etat, ministre de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables ;
M. Jean-Louis BORLOO, ministre de l'économie, des finances et de l'emploi ;
Mme Michèle ALLIOT-MARIE, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales ;
M. Bernard KOUCHNER, (PS) ministre des affaires étrangères et européennes ;
M. Brice HORTEFEUX, ministre de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du codéveloppement ;
Mme Rachida DATI, garde des sceaux, ministre de la justice ;
M. Xavier BERTRAND, ministre du travail, des relations sociales et de la solidarité ;
M. Xavier DARCOS, ministre de l'éducation nationale ;
Mme Valérie PECRESSE, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche ;
M. Hervé MORIN, (UDF) ministre de la défense ;
Mme Roselyne BACHELOT-NARQUIN, ministre de la santé, de la jeunesse et des sports ;
Mme Christine BOUTIN, ministre du logement et de la ville ;
Mme Christine LAGARDE, ministre de l'agriculture et de la pêche ;
Mme Christine ALBANEL, ministre de la culture et de la communication, porte-parole du Gouvernement ;
M. Eric WOERTH, ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique ;
M. Roger KAROUTCHI, secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement ;
M. Eric BESSON, secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargé de la prospective et de l'évaluation des politiques publiques ;
M. Dominique BUSSEREAU, secrétaire d'Etat auprès du ministre d'Etat, ministre de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables, chargé des transports ;
M. Jean-Pierre JOUYET, secrétaire d'Etat auprès du ministre des affaires étrangères et européennes, chargé des affaires européennes ;
M. Martin HIRSCH, haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté


Voir les nominations à l'Elysée et la cérémonie d'investiture de Nicolas Sarkozy comme 6ème Président de la République Française et la liste des anciens Présidents de la République et le résultat avec les chiffres du second tour de l'élection présidentielle du 6 mai 2007.

Le précédent Gouvernement était composé par Dominique de Villepin, Premier Ministre avec:
M. François BAROIN,
ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire
Mme Michèle ALLIOT-MARIE, ministre de la défense ;

M. Philippe DOUSTE-BLAZY, ministre des affaires étrangères ;

M. Jean-Louis BORLOO, ministre de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement ;

M. Thierry BRETON, ministre de l’économie, des finances et de l’industrie ;

M. Gilles de ROBIEN, ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche ;

M. Pascal CLÉMENT, garde des sceaux, ministre de la justice ;

M. Dominique PERBEN, ministre des transports, de l’équipement, du tourisme et de la mer ;

M. Philippe BAS, ministre de la santé et des solidarités ;

M. Dominique BUSSEREAU, ministre de l’agriculture et de la pêche;

M. Christian JACOB, ministre de la fonction publique ;

M. Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture et de la communication ;

Mme Nelly OLIN, ministre de l’écologie et du développement durable ;

M. Hervé MARITON, ministre de l’outre-mer ;

M. Renaud DUTREIL, ministre des petites et moyennes entreprises, du commerce, de l’artisanat et des professions libérales ;

M. Jean-François LAMOUR, ministre de la jeunesse, des sports et de la vie associative ;
Par ailleurs, étaient ministres délégués :

M. Henri CUQ, ministre délégué aux relations avec le Parlement ;

M. Azouz BEGAG, ministre délégué à la promotion de l’égalité des chances ;

M. Jean-François COPÉ, ministre délégué au budget et à la réforme de l’Etat, porte-parole du Gouvernement ;

M. Gérard LARCHER, ministre délégué à l’emploi, au travail et à l’insertion professionnelle des jeunes ;

Mme Catherine VAUTRIN, ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité ;

Mme Brigitte GIRARDIN, ministre déléguée à la coopération, au développement et à la francophonie ;

M. Brice HORTEFEUX, ministre délégué aux collectivités territoriales ;

Mme Catherine COLONNA, ministre déléguée aux affaires européennes ;

M. François GOULARD, ministre délégué à l’enseignement supérieur et à la recherche ;

M. Léon BERTRAND, ministre délégué au tourisme ;

M. François LOOS, ministre délégué à l’industrie ;

Mme Christine LAGARDE, ministre déléguée au commerce extérieur ;
M. Hamlaoui MÉKACHÉRA
, ministre délégué aux anciens combattants ;
M. Christian ESTROSI, ministre délégué à l'aménagement du territoire.

Partager cet article
Repost0
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 19:55

Nicolas Sarkozy est devenu ce matin à l'issu de la cérémonie d'investiture au Palais de l'Elysée le 6ème Président de la Vème République (après Jacques Chirac, François Mitterand, Valéry Giscard d'Estaing, Georges Pompidou et Charles de Gaulle) Voir l'article précédent sur la cérémonie d'investiture et le rappel des anciens Présidents de la Vème République.

Claude Guéant, qui a été son directeur de cabinet aux ministères de l'Intérieur et de l'Economie et son directeur de campagne, a été nommé secrétaire général de l'Elysée.Claude Guéant doit avoir pour adjoint François Pérol, un inspecteur des finances qui était également dans son équipe à Bercy et qui aura surtout la  charge des dossiers économiques et sociaux.Raymond Soubie,  créateur d'Altédia, premier cabinet français de conseil en ressources humaines, réputé pour être un expert des négociations sociales, travaillera aux côtés de François Perol.

Jean-David Levitte, ancien collaborateur de Jacques Chirac, ambassadeur de France à Washington, est devenu conseiller diplomatique du nouveau chef de l'Etat et sherpa.

Emmanuelle Mignon, qui a été une des chevilles ouvrières du programme présidentiel de Nicolas Sarkozy à son poste de directrice des études de l'UMP, est directrice de cabinet à l'Elysée.
Elle est secondée au poste de chef de cabinet par Cédric Goubet, un collaborateur de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur.

David Martinon, qui a été son conseiller diplomatique Place Beauvau, devient son porte-parole à l'Elysée, alors que Franck Louvrier, son conseiller en communication, conserve cette fonction à la présidence de la République.

La "plume" de Nicolas Sarkozy pendant la campagne, Henri Guaino, le suit aussi à l'Elysée, avec le titre de "conseiller spécial".

Jérôme Peyrat, directeur général de l'UMP, devient conseiller du président pour les relations avec le Parlement.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 07:12

Au moment où le Gouvernement de M. Dominique de Villepin remet sa démission au Chef de l'Etat, Jacques Chirac, qui a présidé mercredi dernier son 300ème Conseil des ministres et qui s'adressera ce soir une dernière fois à 20 heures aux Français depuis le Palais de l'Elysée; M. Nicolas Sarkozy, Président de la République élu dimanche dernier et qui prenda ses fonctions demain à 11h, au son des 21 coups de canon tiré des Invalides, après avoir démissionné hier de la Présidence de l'UMP, constitue son Gouvernement.

Demain à 11h, après la lecture du résultat de l'élection par le président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré, la signature du procès verbal d'investiture, la présentation au nouveau chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, du collier de Grand maître de l'Ordre de la Légion d'Honneur et les honneurs militaires, le nouveau Président -comme ses prédécesseurs - se recueillera devant la Tombe du Soldat Inconnu sous l'Arc de Triomphe puis devant la statue de Georges Clémenceau et celle du Général de Gaulle, fondateur de la Vème République et premier Président de celle-ci. Il rendra aussi hommage aux 35 jeunes fusillés dans le bois de Boulogne en 1944, quelques jours avant la libération de Paris. Nicolas Sarkozy effectuera son premier voyage officiel en Allemagne.

La composition du nouveau Gouvernement devrait être annoncée dans la journée de vendredi par, comme le prévoit le protocole, le Secrétaire Général de l'Elysée.

M. Nicolas Sarkozy, né le 28 janvier 1955 devient à l'âge de 52 ans le 6ème Président de la république Française du 16 mai 2007 au 15 mai 2012.
M. Jacques Chirac, né le 29 novembre 1932, Président du 17 mai 1995 au 16 mai 2007, a été élu à l'âge de 63 ans.
M. François Mitterand, (26 octobre 1916-8 janvier 1996), Président du 21 mai 1981 au 17 mai 1995, a été élu à l'âge de 65 ans.
M. Valéry Giscard d'Estaing, né le 2 février 1926, Président du 27 mai 1974 au 21 mai 1981, a été élu à l'âge de 48 ans (le plus jeune)
M. Alain Poher, Président du Sénat a assuré l'intérim du 2 avril au 27 mai 1974 en vertu de la Constitution.
M. Georges Pompidou, (5 juillet 1911-2 avril 1974) Président du 20 juin 1969 au 2 avril 1974, a été élu à l'âge de 58 ans.
M. Alain Poher, Président du Sénat a assuré l'intérim du 28 avril au 20 juin 1969 en vertu de la Constitution.
M. Charles de Gaulle (22 novembre 1890-9 novembre 1970), Président du 8 janvier 1959 au 28 avril 1969, a été élu à l'âge de 69 ans.

Prochain article dans cette catégorie avec la liste du Gouvernement.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 23:24

Au moment de la passation de pouvoir qui aura lieu le 16 mai 2007 au Palais de l'Elysée entre Jacques Chirac, Président de la République sortant et Nicolas Sarkozy, Président de la République nouvellement élu le 6 mai 2007 en présence des membres du Gouvernement et des membres du Conseil constitutionnel (devant lesquels Nicolas Sarkozy devra prêter serment de servir le pays) et où les époux Jacques et Bernadette Chirac s’apprêtent à déménager Quai Voltaire à Paris dans un duplex de 180 mètres carrés gracieusement mis à leur disposition par la famille de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri, le Journal officiel a publié mardi 24 avril le patrimoine du président de la République, Jacques Chirac, conformément à la loi.

P
rincipal constat: en cinq ans, le patrimoine de Jacques Chirac a légèrement diminué.
En effet, lors de sa déclaration en 2002, il atteignait 1 720 000 euros; en 2007, il n’est plus que de 1,4 million euros. Les biens déclarés par le couple présidentiel - marié sous le régime de la communauté - sont les suivants:

1- Le château de Bity en Corrèze acheté en mars 1969 à l’époque où Jacques Chirac était secrétaire d’Etat à l’Economie et aux Finances. Cette vaste demeure, du XVIe siècle, a été acquise pour 210 000 francs. Aujourd’hui, elle est estimée à  500 000 euros.

2- Une petite maison rurale "de quatre pièces  avec grange et deux annexes de deux pièces" sise à Sainte-Féréole, le village où adolescent, Jacques Chirac passait ses vacances et dont il sera plus tard conseiller municipal. Le président a hérité de cette maison à la mort de ses parents. Elle est évaluée à 60 000 euros.
3- Le président possède en outre des meubles et objets d’art  pour un montant de 200 000 euros. Il déclare également une vieille Peugeot 205, année 1984, dont la valeur vénale est quasi-nulle! Enfin, l’appartement de 114 mètres carrés situé rue de Seine dans le VIe arrondissement de Paris, acquis en 1982 par les Chirac, n’est plus leur propriété. Le président en a fait don à sa fille Claude.

Le président élu, Nicolas Sarkozy, obligé par cette déclaration au Conseil constitutionnel avant sa prise de fonction déclare un patrimoine de deux millions d'euros. Il précise disposer de trois contrats d'assurance-vie à la Société générale pour un montant global de 1.906.487 euros, valeur établie au 31 décembre 2006. Il signale également un contrat d'assurance-vie chez Neuflize Vie pour un montant au 31 janvier 2007 de 135.679 euros.
Sa déclaration mentionne aussi un compte courant à Société générale de 10.082,53 euros 
et des plans d'épargne logement à son nom et à ceux de son épouse Cécilia et de ses trois fils pour un total d'environ d'environ 75.000 euros.
S'y ajoutent deux Codevi, l'un à son nom (4.769,62 euros) et l'autre à celui de Cécilia (5.843,12 euros.)
Le président élu déclare également une "Austin mini" datant de 2006 et évaluée à environ 15.000 euros, mais dit ne posséder ni biens immobiliers, ni objets d'art, ni bijoux, ni aucun "meubles meublants", ni valeurs cotées en Bourse.
Il signale enfin posséder 34% des parts de la société d'avocats SELAS Arnaud Claude-Nicolas Sarkozy, dont aucune évaluation n'est fournie.
Côté passif, Nicolas Sarkozy signale une caution pour 34% à titre personnel "d'un prêt de 7 millions de francs contracté par la SELAS pour le rachat de la clientèle". 
Il mentionne également deux emprunts de 50 000 euros pour les "travaux de décoration de l'appartement" et arrivant à échéance l'un en septembre 2007 et l'autre en septemebre 2009.

Si Jacques Chirac possède un patrimoine coquet, il sera un retraité à l’abri du besoin.
D’abord, parce que, en tant qu’ancien président de la République, il a droit à une pension de 63 000 euros brut par an (fixée par une loi de finances de 1955).
Mais le président Jacques Chirac cumule d’autres retraites. 
Celle de député de Corrèze 5 601.86 € par mois,
celle de conseiller général de Meymac (Corrèze) 2 318.42 € par mois,
Celle de maire de Paris 2 480.57 € par mois,
Sa pension de conseiller référendaire à la Cour des comptes dont il est retraité depuis 1993: 3 148.28 € par mois
soit un total de 13 549.13 € par mois en plus.
Si l’on ajoute son indemnité de membre de droit du Conseil constitutionnel (12 000 euros par mois) en tant qu’ancien président de la République, Jacques Chirac devrait percevoir chaque mois, à compter de la cessation officielle de ses fonctions -le 16 mai en principe- environ 31 000 euros de retraite et traitements divers.

On note que le traitement brut du Chef de l'Etat en activité est de 6 751 euros par mois (le Premier Ministre en touche 22 249.31 euros par mois et ses ministres 13 905.82, ses secrétaires d'Etat 12 124, les députés et sénateurs 6 952.91)
Un conseiller régional entre 1.477,24 € (-1 million d'habitants) et 2.585,17 € (+3 millions d'habitants),
un conseiller général entre 1.477,24 € (-250.000 habitants) à 2.585,17 € (+1,25 million d'habitants)
un conseiller municipal entre entre 243,74 € (- 500 habitants) et 2.677,5 € (+200.000 habitants);
leurs présidents respectifs: 2 fois ce traitement.

Partager cet article
Repost0