Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 02:08

L'association ELSA et la faculté de droit Malakoff de l'Université Paris V - René Descartes organisent chaque année un concours de plaidoirie ouvert à tout étudiant en droit de la première à la cinquième année.  Le public est le bienvenu pour encourager les candidats.

Par équipes, des sujets doivent être traités alliant humour, éloquence et argumentation juridique.
Les sujets sont remis à 8h30 et les plaidoiries ont lieu à 18h. Une journée éprouvante et enrichissante.

Une note sur 100 (50 points pour l'argumentation, 25 points pour la présentation et 25 points pour la diction) est attribuée à chaque équipe qui s'affronte en duel.

La finale universitaire avait lieu mardi 13 mars 2007 (voir l'annonce de la finale du concours de plaidoiries ELSA)

Voici les sujets et les résultats.
Lors de la finale universitaire, mon équipe et moi-même avons obtenu un total de 70/100(30/50, 20/25 et 20/25, tandis que nos contradicteurs ont obtenus 85/100 (40/50, 20/25 et 25/25) qui sont donc qualifiés au niveau national.
Nous leur souhaitons bonne chance pour défendre haut les couleurs de Paris lors des tours nationaux.

"Monsieur Trissac a 31 ans, il est salarié et perçoit avec sa femme des revenus modestes; il a trois enfants mineurs à charge. Monsieur Trissac est par ailleurs un rugbyman en vue du club amateur de sa ville ce qui lui procure de nombreux avantages tels que des voyages, des cadeaux et même des revenus (pose dans le calendrier, publicité dans le magazine local).

Le 5 septembre 2004, Monsieur Trissac a été retenu plus longtemps que d'habitude à son travail. Il se dépêche pour aller faire ses courses alors que les magasins vont bientôt fermer.

Pressé, il enfourche son vélo et se dirige vers le Centre commercial Leplun. Il est alors retardé par son bailleur, qui lui rappelle avec vigueur de payer le loyer du mois passé, puis la police qui le verbalise pour avoir grillé un feu rouge.

Enfin arrivé, Monsieur Trissac décide de pénétrer en vélo dans le centre commercial pour gagner du temps, ce qu'il a déjà fait mais ce qui n'est pas permis. A l'intérieur il existe des poteaux et des grillages auxquels les clients ont pris l'habitude d'accrocher leus vélos. Depuis longtemps les responsables du Centre ont cessé la lutte contre cette pratique. Pourtant ce soir là, la porte vitrée à ouverture automatique reste malheureusement close et Monsieur Trissac la percute. La vitre en verre cède alors et s'effondre sur lui.

La porte était en fait close en raison de la fermeture qui venait d'intervenir 5 minutes d'ailleurs après l'heure normale.

Monsieur Trissac est blessé, entaillé profondément en plusieurs endroits. Les frais d'hôpital pèsent lourd dans son budget. Monsieur Trissac doit abandonner son activité sportive ainsi que les gratifications connexes. Convalescent, confronté aux frais croissants de sa famille, il s'inquiète profondément pour l'avenir. Il demande au cabinet A d'intenter pour lui une action civile contre le centre commercial Leplun afin d'être indemnisé.


Il se trouve que le propriétaire du Centre est précisément son bailleur. Il entend lui aussi se faire indemniser pour la porte brisée et il veut enfin obtenir paiement des loyers en retard qui maintenant s'accumulent. A cette fin, il contacte le cabinet B pour défendre ses intérêts.
"

Partager cet article
Repost0
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 02:26

Voici venu la finale du concours d'éloquence organisé par l'association European Law Student Association (ELSA)sur l'Université Paris V.
(voir l'article sur le premier tour de ce concours d'éloquence)

Les sujets vont être distribués dans un instant (8h) et
les plaidoiries se dérouleront à 17 heures.
"Une journée pour plancher dessus"

Venez nombreux soutenir les candidats plus talentueux les uns que les autres.

L'équipe vainqueur ira au niveau national défendre
haut les couleurs de l'Université.

Les sujets seront mis en ligne une fois les résultats promulgués.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 00:36

Après avoir reçu des questions sur la Conférence Berryer (voir l'article sur la dernière Berryer avec Bernie Bonvoisin), et pour vous faire toujours profiter d'exercice d'éloquence, je vais mettre régulièrement sur ce site, grâce aux secrétaires de la Conférence du stage, promotion 2007 (voir la promotion ici), les sujets de la Conférence du stage.

Le premier tour voit ses séances se dérouler à la salle haute de la Bibliothèque de l'Ordre à 19h30 en général les mardis de janvier à juin.
Voir la séance précédente.

A vos agendas et au plaisir de vous y voir,

Mardi 13 mars 2007 - 9ème séance :

Invité : Monsieur Jean-Christophe Rufin, médecin et écrivain
Sujets :
1. Faut-il se mêler des affaires d’autrui ?
2. Les causes perdues méritent-elles d'être défendues ?
Rapporteur : Monsieur Alexis Werl Septième Secrétaire

Partager cet article
Repost0
6 mars 2007 2 06 /03 /mars /2007 00:01

Après avoir reçu des questions sur la Conférence Berryer (voir l'article sur la dernière Berryer avec Bernie Bonvoisin), et pour vous faire toujours profiter d'exercice d'éloquence, je vais mettre régulièrement sur ce site, grâce aux secrétaires de la Conférence du stage, promotion 2007 (voir la promotion ici), les sujets de la Conférence du stage.

Le premier tour voit ses séances se dérouler à la salle haute de la Bibliothèque de l'Ordre à 19h30 en général les mardis de janvier à juin.
Voir la séance précédente.

A vos agendas et au plaisir de vous y voir,

Mardi 6 mars 2007 - 8ème séance :
Invité : Monsieur Dominique Strauss-Kahn, député
Sujets :
1. L’avocat doit-il faire preuve de bravitude ?
2. Doit-on regarder à droite pour tourner à gauche ?
Rapporteur : Monsieur Antonin Lévy Quatrième Secrétaire

Partager cet article
Repost0
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 03:20

Après avoir reçu des questions sur la Conférence Berryer (voir l'article sur la dernière Berryer avec Bernie Bonvoisin), et pour vous faire toujours profiter d'exercice d'éloquence, je vais mettre régulièrement sur ce site, grâce aux secrétaires de la Conférence du stage, promotion 2007 (voir la promotion ici), les sujets de la Conférence du stage.

Le premier tour voit ses séances se dérouler à la salle haute de la Bibliothèque de l'Ordre à 19h30 en général les mardis de janvier à juin.

A vos agendas et au plaisir de vous y voir,

Mardi 27 février 2007 - 7ème séance :
Invité : Monsieur Jean Claude Dubarry, avocat
Sujets :
1. Sont-elles devenues muettes ?
2. Faut-il être avocat en permanence ?
Rapporteur : Monsieur Frédéric Mengès Huitième Secrétaire

Partager cet article
Repost0
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 01:36

Après avoir reçu des questions sur la Conférence Berryer (voir l'article sur la dernière Berryer avec Bernie Bonvoisin), et pour vous faire toujours profiter d'exercice d'éloquence, je vais mettre régulièrement sur ce site, grâce aux secrétaires de la Conférence du stage, promotion 2007 (voir la promotion ici), les sujets de la Conférence du stage.

Le premier tour voit ses séances se dérouler à la salle haute de la Bibliothèque de l'Ordre à 19h30 en général les mardis de janvier à juin.

A vos agendas et au plaisir de vous y voir,

Mardi 27 février 2007 - 7ème séance :
Invité : Monsieur Jean Claude Dubarry, avocat
Sujets :
1. Sont-elles devenues muettes ?
2. Faut-il être avocat en permanence ?
Rapporteur : Monsieur Frédéric Mengès Huitième Secrétaire

 

Mardi 6 mars 2007 - 8ème séance :
Invité : Monsieur Dominique Strauss-Kahn, député
Sujets :
1. L’avocat doit-il faire preuve de bravitude ?
2. Doit-on regarder à droite pour tourner à gauche ?
Rapporteur : Monsieur Antonin Lévy Quatrième Secrétaire

Partager cet article
Repost0
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 18:02

Qulelques questions me sont parvenues sur les voies d'accès à la profession de médecin ou de juriste.
Voici donc quelques informations qui peuvent vous être utiles.
Ce n'est pas exhaustif et uniquement pour la région parisienne.

*Médecine
Voici les universités avec les lieux d'enseigenement de première année et les places pour le concours de fin de Première Année de Premier Cycle des Etudes Médicales (PCEM1)
Paris V René Descartes (Cochin, Necker, Broussais), 1ère année au 45 rue des Saints-Pères, Paris 6ème 2 123 candidats 382 places
Paris VI Pierre et Marie Curie (Pitié-Salpétrière, St-Antoine), 1ère année boulevard de l'hôpital 1 952 candidats 368 places
Paris VII Denis Diderot (Bichat, Lariboisière) chaque semestre sur chaque site 1 995 candidats 348 places
Paris Ile de France Ouest (Garches), 1ère année à Saint-Quentin 650 candidats 124 places
Paris XI Paris Sud (Kremlin), 1ère année à Orsay 759 candidats 139 places
Paris XII Val de Marne ( Créteil) 1ère année à Créteil 889 candidats 153 places
Le système se décompose en PCEM de deux ans, DCEM de 4 ans et Internat de 3 ans. Un stage infirmier est prévu entre la fin de la PCEM1 et l'entrée en PCEM2. Le DCEM se compose de stages et de cours.

*Droit
Paris I
en Sorbonne
Paris II au Centre Assas et à Melun
Paris V René Descartes à Malakoff
Paris X à Nanterre
Paris XII Val de Marne à Créteil
Paris XIII à Saint-Denis
Le système est passé à la réforme LMD: Licence en 3 ans, Master en 2 ans puis Doctorat
Les carrières d'avocat ou de magistrat sont accessibles dès l'obtention du diplôme sanctionnant 4 ans d'études (master 1).

Partager cet article
Repost0
16 février 2007 5 16 /02 /février /2007 04:03

L'association ELSA et la faculté de droit Malakoff de l'Université Paris V - René Descartes organise chaque année un concours de plaidoirie ouvert à tout étudiant en droit de la première à la cinquième année.  Le public est le bienvenu pour encourager les candidats.
Par équipes, des sujets doivent être traités alliant humour, éloquence et argumentation juridique.
Les sujets sont remis à 8h30 et les plaidoiries ont lieu à 18h. Une journée éprouvante et enrichissante.
Une note sur 100 (50 points pour l'argumentation, 25 points pour la présentation et 25 points pour la diction) est attribuée à chaque équipe qui s'affornte en duel.

Voici les sujets.
C'est sur le premier sujet que mon équipe et moi-même avons plaidé pour la 8ème édition qui vient de se terminer.
La prochaine phase, la finale universitaire, à laquelle nous nous sommes qualifiés avec 77/100(42/50, 18/25 et 17/25, a lieu dans 3 semaines, celle de la rentrée des vacances de février. Nos futurs contradicteurs ont obtenus 88/100 (38/50, 24/25 et 24/25). Venez nombreux encourager l'ensemble des particpants.

Sujet A:

Monsieur et Madame TORNERRE, parents de la petite Yvette, 9 ans et atteinte d'un grave handicap mental, ont décidé d'arrêter médicalement sa croissance physique pour pouvoir continuer à s'occuper d'elle.
Leur fille, qui vit avec eux dans la petite commune de CASSIS, souffre depuis la naissance d'une rare forme d'encéphalite et son développement mental s'est arrêté à trois mois.
Ses parents, qui ont d'ailleurs détaillé leur choix controversé sur le site internet qu'ils ont spécialement créé pour l'occasion, se présentent comme des diplômés de l'enseignement supérieur et expliquent qu'ils ont cherché le moyen de faciliter la vie d'Yvette, à mesure qu'elle grandira.
"Nous l'appelons 'Ange de l'oreiller' parce qu'elle est adorable et reste à l'endroit où on la pose, généralement un oreiller" soulignent les époux TORNERRE sur leur site.
Après avoir consulté des médecins de l'hôpital pour enfants de Marseille, les parents d'Yvette ont donné leur feu vert à plusieurs procédures médicales, dont une ablation de l'utérus. Depuis 2004, la petite fille a reçu des doses d'oestrogènes pour accélerer la soudure de ses os, ce qui limitera sa croissance.
Les parents assurent que le traitement permettra à leur fille de vivre plus à l'aise lorsqu'elle vieillira, notamment de développer des escarres.
"Nous pourrons continuer à avoir la joie de la porter dans nos bras et Yvette pourra partir en voyage plus fréquemment, au lieu de rester dans son lit à fixer la télévision ou le plafond toute la journée" écrivent-ils, en présentant des photos de leur fille.
Des groupes religieux se sont élevés contre la décision des parents d'Yvette, qui équivaut selon eux à de l'eugénisme
Les TORNERRE s'en sont formellement défendus: "Certains demandent quel regard Dieu porte ce traitement. Le Dieu que nous connaissons veut qu'Yvette bénéficie d'une bonne qualité de vie"
Le débat a aussi atteint la communauté médicale et rencontré un fort écho au sein des associations d'handicapés.
L'association "PAS D'ENFANTS SANS DEFENSE" qui milite en faveur des jeunes handicapés, a vivement pris part au débat en s'opposant au choix des TORNERRE.
"Je pense que la plupart des gens qui entendent cette histoire réagissent en disant que c'est un mauvais acte"  a réagi Yves PARMESAN, le Président de l'association. "C'est d'ailleurs pour cette raison que nous avons décidé de nous porter partie civile dans cette affaire"
Le médecin d'Yvette, le docteur Bernard Gynéco a quant à lui défendu le principe de son traitement, avançant qu'il permettrait à ses parents de mieux s'occuper d'elle.
Les TORNERRE ont en tous cas démenti que leur décision soit un choix de confort pour eux-mêmes: "Le but principal est d'améliorer la qualité de vie d'Yvette"
L'équipe A défend les intérêts de l'association, l'équipe B ceux des époux.

Sujet B
Exorcisée ... à mort
Il pointe un doigt vers le ciel: "Dieu l'a voulu ainsi". Avec sa longue barbe hirsute toute rousse et les cheveux en bataille, le prêtre Daniel ressemble à un jeune Raspoutine. Habillé tout en noir, ce jeune homme de 32 ans est assis dans la cour austère de son cloître. Il serre une bible dans ses bras et proclame, les yeux illuminés: "La soeur Béatrice était possédée par le diable. Elle m'a demandée de l'aider et Dieu l'a délivrée de sa souffrance" La dépouille de la soeur Béatrice repose à quelques mètres de là, dans la petite église blanche attenante, perdue au coeur du pays dignois. Des religieuses veillent sur le cercueil où l'on peut apercevoir le corps de leur ancienne consoeur portant encore les traces du bâillonement et de l'enchaînement subis.
Selon le prêtre, la soeur béatrice, se "sentant possédée par le diable" lui aurait demandé une théurgie et une messe de désenvoûtement. Après la messe, la situation a empiré: la religieuse n'arrêtait pas de l'"injurier" et a même essayé de l'agresser. Aidé par quatre autres religieuses, Daniel, muni d'un crucifix et d'eau bénite, l'a baîllonée puis enchaînée sur une croix afin de lire le formulaire des Exorcismes du Rituel Romain composé par le Pape Léon XIII: "Très glorieux Prince de la milice céleste, Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat contre les principautés et les puissances, contre les chefs de ce monde de ténèbres, contre les esprits de malice répandus dans les airs (Eph VI, 12) Venez en aide aux hommes que Dieu a fait à son image et à sa ressemblance, et rachetés à si haut prix de la tyrannie du démon (Sag II, 23; Cor VI, 20) Maintenant encore, vous-même Saint-Michel et toute l'armée des Anges bienheureux, combattez le combat du Seigneur, tout comme autrefois, vous avez lutté contre Lucifer, le choryphée de la superbe, et contre ses anges révoltés. Et voici, ils ne purent vaincre, et leur lieu même ne se trouva plus dans le ciel. Et il fut précipité, le grand dragon, l'antique serpent, celui qui est appelé le diable ou Satan, le séducteur du monde entier, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui (Apoc, XII, 8.9)
"Au début, on l'a ligotée" raconte-t-il d'une voix neutre. "Mais le diable était tellement fort qu'il a rompu les cordes. Nous avons été obligés de lui mettre les chaînes" La femme qui était sujette à la glossolalie, à l'aversion de la croix, à des coulées de sang sur la peau et à des stigmates lors des séances d'exorcisme, a été enfermée dans une petite pièce afin de "conjurer le mal" et, quelques jours plus tard, elle a été retrouvée déshydratée et morte d'épuisement. Elle n'avait que 23 ans en ce 22 novembre 2006.
Béatrice Lacroix avait rejoint le monastère du Bourq il y a sept mois à peine après avoir été internée pendant trois mois pour schizophrénie à l'hôpital de la Digne. Elle a été accueillie par la supérieure hiérarchique du monastère après que Béatrice lui a fait part de son désir de servir désormais Dieu.
Daniel Vaudoux, prêtre de la paroisse du village voisin Cassini, a été envoyé, au début de son ordination, au Vatican, à l'initiative de l'év^que du diocèse de Digne, Mgr Vincent Laborie afin qu'il suive une formation approfondie de deux mois au prestigieux Athenaeum Pontificum Regina Apostolorum. En effet, la pratique médiévale désuète de l'exorcisme a bénéficié d'une forte promotion du pontife en 2002, lequel avait decrété que chaque diocèse de l'Eglise devait nommer au moins un exorciste. Daniel l'a donc été pour le diocèse de Digne.
Daniel est perçu dans le village comme un bon servant de Dieu, respectueux de la hiérarchie cléricale et des canons, et la mort de la jeune femme est perçue comme " un miracle la délivrant de sa démonopathie"
Lorsque Mgr Laborie a eu vent de l'incident, il a vivement critiqué, au nom de l'Eglise, les pratiques du prêtre Daniel en les qualifiant d'"abominables, relevant du Moyen Age et allant à l'encontre des canons"
Mais la famille Lacroix, quoique très croyante, ne voit pas les choses sous le même angle. Horrifiée par la macabre nouvelle et les supplices subis par Béatrice, et après avoir porté plainte à l'encontre de Daniel, des quatre soeurs et de la supérieure hiérarchique du monastère du Bourcq, elle accuse aussi l'évêque du diocèse auquel est rattachée la paroisse du prêtre-exorciste d'avoir permis le recours à des pratiques occultes ayant entraîné la mort de leur jeune fille. Selon les parents de Béatrice, leur fille n'était atteinte que de schizophrénie et sûrement pas de démonopathie.
L'équipe A représente la famille Lacroix et l'équipe B l'évêque Mgr Laborie.

Partager cet article
Repost0
15 février 2007 4 15 /02 /février /2007 03:38

La Conférence du stage du barreau de Paris, promotion 2007, organisait le 14 février 2007 sa première Conférence Berryer de l'année. Voir le précédent article sur cette Conférence.

L'invité fut Bernie Bonvoisin, chanteur, auteur, réalisateur

Les sujets proposés aux candidats étaient:
-Etre laïc, est-ce faire une croix sur Jésus?
-Etre prêt à tout, est-ce ne croire en rien?

Au vu du procès relatif à l'Erika, la Conférence Berryer a lieu désormais en la 5ème chambre civile du TGI de Paris

Les demandes d’inscription sur la liste de diffusion sont à envoyer par email à l’adresse : conferenceberryer@googlemail.com Une invitation vous sera transmise et celle-ci sert de laisser-passer pour l'accès à la salle.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2007 2 30 /01 /janvier /2007 04:05

Les résultats des examens du premier semestre -passés en décembre 2006 - sont enfin affichés pour la faculté de droit Paris V Malakoff.

En L3, 162 personnes valident leur 1er semestre sur 292 ,soit 55%

En M1 droit privé, 93 sur 139 soit 67% des étudiants valident leur premier semestre
En M1 droit public, avec 68.5% de réussite, ce sont 13 étudiants sur 19 qui valident
En M1 droit des affaires, 13 étudiants sur 19 valident soit 68.5% aussi.
En M1 droit européen, 15 étudiants sur 16 valident soit 93.75%

Bravo à tous et bon courage pour les autres qui passent les rattrapages ...

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2007 3 03 /01 /janvier /2007 19:02

Maintes fois dénoncée, la surcharge de travail imposée aux étudiants en médecine pose un vrai problème de sécurité pour les patients.  Il en va de notre système de santé et de la sécurité sanitaire.

Une nouvelle étude américaine le prouve, avec des chiffres pour le moins inquiétants.

Près de 3 000 étudiants ont été suivis par une équipe de la Harvard Medical School de Boston. « Les mois où ils devaient parfois travailler plus de 24 heures de suite, les internes avaient trois fois plus de risque de faire une erreur médicale, en comparaison avec les mois où ils ne faisaient pas d'heures supplémentaires », souligne l'auteur.

Ce dernier a notamment relevé un manque d'attention au cours des comptes-rendu, des activités cliniques et même des interventions chirurgicales.

Résultat, une augmentation de… 300% du nombre d'événements indésirables. Avec des conséquences pouvant aller jusqu'à la mort du patient !

Source : PloS Medicine, 11 décembre 2006

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2006 4 14 /12 /décembre /2006 23:59

Des distributeurs de préservatifs doivent être installés dans tous les lycées afin de lutter contre la propagation du sida, selon une circulaire du ministère de l'Education Nationale publiée jeudi 14 décembre 2006 au bulletin officiel.
L’épidémie de
sida demeure un enjeu majeur de santé individuelle et de santé publique. La prévention, en particulier auprès des jeunes, est l’action la plus importante et la plus efficace pour enrayer ce fléau", souligne le ministère dans ce texte circulaire.

Ces préservatifs devraient être proposés à 20 centimes l'unité dans TOUS les lycées d’enseignement général et technologique, ainsi que les lycées professionnels, a-t-on précisé au ministère, où l'on a estimé qu'à l'heure actuelle, des accès aux préservatifs sont possibles dans un lycée sur deux, souvent à l'infirmerie. Voir l'article précédemment écrit à ce sujet

Rappelant que le président Jacques Chirac souhaite que la lutte contre le sida "soit le grand effort de la Nation", la circulaire juge "nécessaire de renforcer l’accès des élèves aux moyens de protection en programmant, dans les lycées, l’installation de distributeurs automatiques de préservatifs aisément accessibles et maintenus en bon état de marche et d’approvisionnement".

Il faut "inscrire cette mesure dans un cadre pédagogique et éducatif qui prenne appui sur les enseignements et les séances d’éducation à la sexualité", recommande la circulaire qui "rappelle le rôle de l’instance opérationnelle de prévention de l’établissement que constitue le comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC)".

 Ce comité "constitue le lieu le plus approprié pour mobiliser l’ensemble de la communauté éducative, en particulier les parents d’élèves et les lycéens eux-mêmes, et pour construire les partenariats les plus efficaces avec les associations et les institutions compétentes à proximité de l’établissement scolaire".

 Il appartient au CESC de "proposer rapidement au conseil d’administration un plan global d’actions de prévention dans lequel l’installation d’un distributeur de préservatifs s’inscrira naturellement", estime le ministère dans la circulaire signée par le directeur général de l’enseignement scolaire, Roland Debbasch.

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 14:38

La santé des étudiants montre des "signes de dégradation inquiétants", avec des "pratiques alimentaires peu équilibrées", des soins dentaires et optiques "relégués", des situations de mal-être et de "vrais terrains d'inquiétude" sur l'alcool, selon un rapport parlementaire rendu public mercredi. Voir l'article précédent sur la santé des étudiants

En introduction, l'auteur du rapport, le député UMP de Haute-Loire Laurent Wauquiez, observe que "la santé des étudiants est trop longtemps restée dans un silence assourdissant face aux autres préoccupations de l'enseignement supérieur que sont la délivrance des savoirs et l'orientation ou l'insertion professionnelle".

"Même si les étudiants sont en général en bonne santé, des signes de dégradation inquiétants apparaissent", note la mission d'information parlementaire sur la santé et la protection sociale des étudiants.

Le rapport observe de "vrais terrains d'inquiétude sur l'alcool". Ainsi, 71% des étudiants consomment de l'alcool et 10% estiment leur consommation excessive. En outre, 39% ont été ivres au cours de l'année. Et ce, alors que les jeunes de 15 à 24 représentent 28% des personnes tuées lors d'accidents de la route, première cause de mortalité pour cette tranche d'âge".

Par ailleurs, les étudiants ont des pratiques alimentaires "peu équilibrées". Un étudiant sur trois déclare ne pas manger équilibré, 40% sautent le petit déjeuner et un sur deux prend un déjeuner rapide. De même, les soins dentaires et optiques sont "relégués", avec près de 15% des étudiants contraints de renoncer, faute de moyens, à un soin, surtout chez ceux qui ne sont pas couverts par une mutuelle.

Le rapport plaide également pour que les situations de mal-être ne soient pas "sous-estimées". Un étudiant sur dix traverse des phases de déprime et le suicide est la principale cause de mortalité chez les 15-25 ans, avec 11.000 suicides par an, rappelle-t-il. Près d'un étudiant sur quatre prend des antidépresseurs.

Dans le domaine de la sexualité, la mission a relevé un nombre important d'interruptions volontaires de grossesse (IVG) de l'ordre de 5%, "et surtout leur répétition dans le temps". "Les services de médecine préventive universitaire sont souvent les seuls à pouvoir offrir une planche de salut à certaines filles dont les familles pour des motifs religieux exercent un contrôle très dur sur elles".

Enfin, la mission d'information estime que les moyens des services de médecine préventive sont "dramatiquement insuffisants", avec seulement un médecin pour 10.000 étudiants, une infirmière pour 7.000 étudiants et un psychologue pour 44.000 étudiants.

Pour prendre à bras-le-corps cette question, le rapport préconise dix mesures, comme le fractionnement en dix versements du paiement de la sécurité sociale étudiante, l'attribution d'un chèque santé à tous les étudiants pour les aider à adhérer à une mutuelle, la création de maisons de santé étudiantes pluridisciplinaires sur les pôles universitaires ou encore l'instauration d'un droit à un "paquet santé" pour tous les étudiants au cours des deux premières années d'enseignement supérieur.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2006 1 04 /12 /décembre /2006 23:46

Chers lecteurs, vous avez été nombreux à observer les annonces d'un concours d'éloquence
La prochaine séance se déroule le 8 décembre 2006 avec pour inivité Louis Bertignac
L'entrée ne se fait que sur invitation que vous pouvez imprimer.

Ci-dessous, l'invitation donc pour la Conférence Berryer
A PRESENTER IMPERATIVEMENT AUX GRILLES DU PALAIS.
ARRIVEZ TÔT, TRES TÔT ...
Au plaisir de vous y voir


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

CONFERENCE BERRYER

 

Le vendredi 8 décembre 2006 à 21h00 en Salle des Criées

  

L'invité de la Conférence Berryer sera 

Monsieur Louis Bertignac   

Monsieur Benoît Deniau, onzième secrétaire, sera le rapporteur de la séance.  

Les sujets auxquels les candidats sont invités à répondre sont les suivants :  

- Faut-il rêver d’un autre monde ?

- Voulez-vous laisser un message ?

 L'entrée au Palais de Justice se fera par le 2 boulevard du Palais à partir de 20 heures, muni de la présente invitation.

 

L'accès au Palais sera limité au nombre de places disponibles

dans la Salle des Criées.   
 

En outre, cette invitation ne vaut pas réservation de places assises.

 

 Les demandes d’inscription sur la liste de diffusion sont à envoyer par email à l’adresse :  conferenceberryer@googlemail.com  

 

Les candidats sont invités à s’inscrire en contactant directement

Julien Mayeras - Quatrième Secrétaire de la Conférence à l’adresse : mayeras@lexprime.com

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2006 1 27 /11 /novembre /2006 13:06

La prochaine séance de la conférence Berryer se tient le jeudi 30 novembre 2006
en Chambre des Criées du Tribunal de Grande Instance de Paris

L'invité est David Pujadas

Le rapporteur est Delphine Jaafar, septième secrétaire
de la Conférence du stage du Barreau de Paris 2006

Les sujets sont:
-Faut-il retourner la télé?
-Les nouvelles sont-elles bonnes?

L'entrée se fait sur invitation que vous devez demander sur la
page indiquée ici.

Partager cet article
Repost0