Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
28 octobre 2007 7 28 /10 /octobre /2007 18:38
Après leur passage lors du deuxième tour, voici les 24 candidats selectionnés pour passer le dernier tour:

Alépée Cédric
André-Simonet Mathieu
Brochier Matthieu
Charvet Gustave
Chiss Romain
Djabeur Hayat
D'Ollone Augustin
Hazan Dan
Le Dall Jean-Baptiste
Levano Yves
Marais David
Minkovski Julia
Pedinelli Jean François
Perros Clémentine
Phélizon Timothée
Plantin Charlotte
Pradel Martin
Ravanas Emmanuel
Reingewirtz David
Rideau-Valentini Sébastien
Ruth Romain
Saint Michel Grégory
Stylianou Christidis Héléna
Sylberg Marc

12 d'entre eux remplaceront les actuels secrétaires de la Conférence du stage: encore un moment important dans la vie d'un Barreau.

Soyez nombreux à les soutenir les 29, 30 et 31 octobre 2007 à 19h30, salle haute de la Bibliothèque de l'Ordre.
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2007 5 19 /10 /octobre /2007 10:03
UNIVERSITE PARIS DESCARTES
FACULTE DE DROIT
PRIX DU MEILLEUR ETUDIANT 2006-2007

1ère année de licence droit UPA                                 Florence BOUCCARA
1ère année de licence droit UPB                                 Claire TINTURIER

2ème année de licence droit UPA                               Pénélope CARDON
2ème année de licence droit UPB                                Kim Quentin TUTTLE

3ème année de licence droit                                        Corentine RENOLIET 

Master 1 -
droit privé                                                                   Audrey CAMINADES
droit des affaires                                                         Valérie LONTCHI
droit public                                                                 Jérémie COUETTE
droit international et européen                                      Milan LISTIK 

Master 2 professionnel:

DROIT DE LA SCIENCE MEDICALE                    Émilie de MARCO                 
DROIT DES PRODUITS DE SANTE                       Romain GARNIER                            
JURISTE D’AFFAIRES                                            Priscilla   PEETERS                
JURISTE D’AFFAIRÉS EUROPÉEN                                   Raphaelle BUOT de L’EPINE
JURISTE D’AFFAIRES INTERNATIONAL                        Emmanuelle RICHARD                      
JURISTE FISCALISTE                                             Aude FLEURY                      
CONTENTIEUX INTERNE ET INTERNATIONAL           Faye TADROS                      
NOTARIAT                                                               Kristel IMBERT                     
DROIT ET PRATIQUE DU COMMERCE ELECTRONIQUE       

                                                                                  Alban BEGUE                                   
ENTREPRENEURIAT                                              Victor Emmanuel VIEILY                  
PRATIQUE ET DROIT DE L’EXPORTATION       Alexandre CHAIGNEAU 

Master 2 recherche:

DROIT PUBLIC :                                                      Loïc Gloihec
DROIT ET politiqueS du développement
:Visal  KAING
DROIT DES OBLIGATIONS CIVILES ET COMMERCIALES :

                                                                                  Mélanie COCQUEREL          
responsabilité et santé                              
Céline NUNES
CULTURE JURIDIQUE EUROPÉENNE                 Nassira MECHKOR

Prix de la meilleure thèse de l'école doctorale
Anna GRABINSKI               « Essai sur l’autonomie de la recherche biomédicale »

Lauréats aux épreuves du concours de plaidoiries:
Emmanuelle  B A I L L Y

Audrey  C A M I N A D E S

Jennifer  G U I N A R D

Antoine  R E G L E Y

Kevin   T R O D O U X
Partager cet article
Repost0
17 octobre 2007 3 17 /10 /octobre /2007 14:00

Mercredi 17 octobre 2007, la faculté de droit de l'Université Descartes fête son trentième anniversaire

*

Le doyen Jean-Pierre Machelon et l'équipe décanale 
ont le plaisir de vous recevoir, 
amphithéâtre Janet 

pour la

Cérémonie de rentrée solennelle et de remise des prix 
en présence du professeur Buno Varet, 
adiministrateur provisoire de l'Université.

Le professeur Jean Hilaire, doyen honoraire, évoquera 
"Une aventure universitaire: la création de la faculté de droit de Paris 5"

Maître Christian Charrière-Bournazel, bâtonnier désigné 
de l'Ordre des avocats du Barreau de Paris, 
interviendra sur le thème 
"L'avocat sera-t-il toujours indépendant demain?"

Découverte des plaques de nouvelle dénomination des salles 
et visite de l'exposition 
"La Faculté de 1977 à aujourd'hui
"

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2007 1 24 /09 /septembre /2007 05:14
Après délibération des douze secrétaires de la Conférence du Stage du Barreau de Paris suite aux 26 séances du premier tour et les nombreux orateurs qui se sont succédés, voici les 36 candidats retenus pour le deuxième tour :

Alépée Cédric,
André-Simonet Mathieu, 
Bergheimer Alexandra, 
Brochier Matthieu, 
Bulté Amélie, 
Cariou-Martin Christophe,
Charvet Gustave,
Chiss Romain,
Davy Mathieu,
Diaz Christian,
Djabeur Hayat,
D'Ollone Augustin,
Egret Guillaume,
Fabie Vincent,
Hazan Dan,
Henriot Loïc,
Jésus Jean-François,
Le Dall Jean-Baptiste,
Lesueur Romain,
Levano Yves,
Marais David,
Mhissen Lilia,
Minkovski Julia,
Pedinelli Jean François,
Perros Clémentine,
Phélizon Timothée,
Plantin Charlotte,
Pradel Martin,
Ravanas Emmanuel,
Reingewirtz David,
Rideau-Valentini Sébastien,
Ruth Romain,
Saint Michel Grégory,
Stylianou Christidis Héléna,
Sylberg Marc,
Treille Pierre

Il reste encore des moments importants dans la vie d'un Barreau: le deuxième puis le dernier tour.
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 05:47

A la faculté de médecine de Grenoble, les étudiants de première année bénéficient gratuitement, depuis la rentrée 2006, de DVD des cours et de tutorat, une expérience qui a porté ses fruits et permis de rendre les prépas privées inutiles, selon ses promoteurs et des étudiants.

"Dans toutes les facs de médecine françaises, un boursier, qui est souvent un fils d'ouvrier, a six fois moins de chances de passer en deuxième année qu'un fils de cadre qui se paye une prépa privée à 2.000 euros. A Grenoble, à mentions égales au bac, les boursiers réussissent aussi bien que les fils de cadres grâce au système que nous avons mis en place", affirme le docteur Jean-Charles Coutures, consultant pour cette expérience.
Un délégué étudiant de troisième année estime que "le système, en rendant les prépas privées inutiles, donne les mêmes chances à tous".

Cette nouvelle manière d'enseigner a été créée pour faire face à un afflux sans précédent d'étudiants en médecine, avec des amphis de 600 personnes surpeuplés et des étudiants redoublants perturbant les cours pour gêner les nouveaux, explique le doyen de la faculté, Bernard Sèle.
"Nous avons, bien sûr, reconduit l'expérience cette année en l'améliorant, avec des cours remaniés pour tenir compte des remarques des étudiants", ajoute-t-il. Cette année, 1.383 étudiants sont inscrits en première année et ont reçu lors de leur inscription les DVD. Environ 170 devraient passer en deuxième année.

Le projet n'est pas simplement une distribution de cours en DVD, mais une nouvelle pédagogie qui fonctionne sur quatre semaines: 
*La première, l'étudiant apprend les cours sur DVD. 
*La deuxième, il pose des questions au professeur par internet. 
*La troisième, au sein d'un groupe de 160 étudiants, il rencontre l'enseignant. 
*La quatrième, il bénéficie d'un tutorat d'étudiants volontaires de 3e année, encadrés par des professeurs.
Selon M. Sèle, "l'exemple de Grenoble n'a pas encore été suivi mais, lors des réunions avec d'autres doyens de facultés de médecine, tout le monde m'interroge sur notre innovation. Beaucoup d'universités, comme celle de Tours, sont tentées mais il faut vaincre les réticences du monde enseignant qui se sent menacé par cette méthode alors que c'est un faux problème: on aura toujours besoin des enseignants".
Le doyen regrette de "ne pas avoir convaincu tous les étudiants qu'ils pouvaient se passer des prépas privées, car ces instituts ont recours à une publicité efficace".

Un étudiant qui vient de passer en deuxième année, après avoir redoublé la première, apprécie le nouveau système: "les cours sont très bien faits et c'est un bon outil pour casser les prépas privées, qui ne servent plus à rien. Le seul problème est l'isolement social des étudiants : il y a plus de gens qui sont déprimés et ont abandonné en cours de route que les autres années".
 

Voir l'article déjà rédigé l'an dernier sur le surnombre d'étudiants en médecine.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2007 3 11 /07 /juillet /2007 19:05
Peuple de Berryer !

La Conférence n’a pas chômé !

Tous les jours, à la brosse à dents, nous avons nettoyé la Chambre des Criées, recouverte de mazout en provenance de l’Erika.

Tous les jours, nous avons briqué pour t’offrir une salle neuve !

Aussi, après une trop longue attente, enfin, la Berryer retrouve son cénacle de prédilection.

A cette occasion, pour sa sixième séance, la Conférence Berryer recevra, ce jeudi 12 juillet à 21h, dans la Chambre des Criées, Monsieur Omar Harfouch.

  • 1er sujet : Faut-il fréquenter la Jet Set ?
  • 2ème sujet : L’argent fait-il le bonheur ?

Le rapporteur de cette séance sera Monsieur Alexis Werl, Septième Secrétaire de la Conférence.

Il est nécessaire de se munir d’une invitation par personne et d’une pièce d’identité pour entrer au Palais le soir de la Berryer.

Les invitations sont disponibles ici : http://conferenceberryer.free.fr

Espérant vous y retrouver,

Voir aussi la précédent conférence Berryer avec Richard Berry comme invité... et moi-même comme candidat.
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 10:27
Oyé, étudiants de l'Université Paris X Nanterre, les résultats de l'année universitaire sont enfin tombés ce mardi 4 juillet 2007. Voir pour comparer les résultats de la faculté de droit Malakoff - Paris V René Descartes.

Pour certains, c'est les vacances: farniente chez soi ou en vacances, au bord de la plage. 
Après, les inscriptions administratives, pédagogiques et les choix des matières. 
Commencez à y réflechir, le temps passe très vite.

Pour d'autres, un travail d'été qui occupe pour ces 3 mois de vacances. Eh oui, on ne reprend que le 8 octobre!!!

Pour d'autres enfin, quelques révisions s'imposent pour aborder au mieux les rattrapages en septembre 2007.

Bonnes vacances, Bon courage et à la rentrée sur cette rubrique.

Er n'oubliez pas, le Téléthon va avoir lieu cette année sur l'Université Paris X Nanterre ... contactez moi pour cela.

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2007 1 02 /07 /juillet /2007 05:20

Cher lycéens, 
Vos résultats sont pour la première fois cette année disponible sur internet:
http://www.education.gouv.fr 

Déplacez-vous quand même pour récupérer votre relevé de notes indispensable pour l'inscription en université ou en école:
*40% d'entre vous poursuivront des études supérieures longues à l'université dont :
          50% en lettres et sciences humaines, 
          30% en sciences économiques et droit,
          le reste en sciences ou éducation physique, 
*40% aussi dans les cycles courts 
*7% dans les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE)

Voir l'article sur le nombre de candidats au baccalauréat 2007.

Partager cet article
Repost0
28 juin 2007 4 28 /06 /juin /2007 06:09

Il est des moments importants qui marquent la vie d'un Barreau: les séances de la Conférence Berryer (voir aussi l'article sur la dernière Berryer avec Richard Berry
mais aussi la dernière séance du 1er tour de la Conférence du stage.

Cà y est, c'est fini, les secrétaires de la Conférence du stage, promotion 2007 (voir la promotion ici
) se présenteront à vous pour la dernière séance du premier tour du concours de la Conférence du stage le Jeudi 28 juin 2007 qui a vu ses séances se dérouler à la salle haute de la Bibliothèque de l'Ordre à 19h30 tous les mardis de janvier. Voir les invités et sujets des précédentes séances dans la rubrique "Etudes" de ce site.

Naturellement, je serais présent ce soir là,
 

Jeudi 28 juin 2007 - 26ème et dernière séance :

Invitée : Léon-Lef Forster, avocat.

Sujets :

Doit-on écouter les anciens ? 
Faut-il passer le dernier ?

Rapporteur : Arnaud Gris – Onzième Secrétaire

Seuls 36 candidats seront retenus à l'issue pour poursuivre le deuxième tour: fin septembre 2007.

Partager cet article
Repost0
28 juin 2007 4 28 /06 /juin /2007 04:24

L'Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) appelle à une nouvelle manifestation aujourd'hui à Paris, pour exiger le retrait d'une épreuve de l'examen national classant (ENC) - la lecture critique d'article - qui n'est pas enseignée de manière harmonisée dans toutes les facultés. 
Ce serait, de ce fait, "de nature à rompre l'égalité des chances entre les candidats", selon l'association.

Les manifestants doivent se rassembler à 13h devant la gare Montparnasse, avant un défilé à partir de 14h en direction du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Le 22 février dernier, entre 1.400 et 3.000 étudiants en médecine, selon les sources, avaient défilé à Paris pour exiger le retrait de cette épreuve - la lecture critique d'article - et pensaient avoir obtenu gain de cause. Voir l'article concernant cette demande de retrait.

A l'issue du défilé, François Goulard, ministre délégué à l'Enseignement supérieur et à la Recherche de l'époque, avait reconnu dans un communiqué que la situation n'apparaissait pas "homogène" quant à la mise en oeuvre de cet examen. Il avait annoncé que "les épreuves classantes nationales de 2008 ne comporteront pas d'épreuve de lecture critique".

Il avait chargé le député
UMP Pierre-Louis Fagniez d'une "évaluation précise de la situation", et de formuler des "propositions portant sur l'organisation des formations et la mise en oeuvre de l'épreuve".

Mais, la nouvelle ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Valérie Pécresse "convaincue de l'importance majeure de cette discipline dans la formation des médecins", selon un communiqué, souhaite que la lecture critique d'article soit appliquée "dès l'année universitaire 2007-2008". Il faut cependant en garantir "le bon déroulement de l'épreuve dans le respect du principe d'égalité", sur la base des propositions formulées par Pierre-Louis Fagniez
.

Partager cet article
Repost0
27 juin 2007 3 27 /06 /juin /2007 20:13

Valérie Pécresse a présenté une version amendée de son texte sur la réforme des universités qui satisfait globalement les syndicats, dont les principales revendications ont été intégrées. 

La nouvelle mouture, que la ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche a qualifié de texte "d'équilibre", tient compte des critiques des syndicats sur les trois sujets les plus controversés: la composition des conseils d'administration, la question de l'autonomie et la sélection à partir de la quatrième annéeVoir l'article précédent sur la réforme des universités.

L'article qui instaurait la possibilité d'une sélection à l'entrée en première année de master (bac+4), principale pomme de discorde avec les étudiants, est ainsi tout bonnement supprimé. 
"J'ai bien entendu que la plupart de mes partenaires jugeaient prématuré d'aborder cette question avant les conclusions et le lancement du chantier que j'ai ouvert sur la réussite en licence", a expliqué Valérie Pécresse à l'issue d'une réunion avec les syndicats de l'enseignement supérieur lors de laquelle elle a présenté la nouvelle version du texte. 
Devant les journalistes, elle a refusé de parler de recul et a affirmé que la concertation avait permis d'améliorer le texte. 
"Je crois que les représentants de la communauté universitaire ont été reçus dans ce ministère plus que dans les cinq dernières années", a-t-elle souligné. 
Plusieurs dirigeants syndicaux se sont cependant étonnés de la reprise en mains du dossier par Nicolas Sarkozy
, qui a rencontré en début de semaine l'ensemble des syndicats enseignants et étudiants ainsi que les membres de la Conférence des présidents d'université (CPU). 
"Je pense que nous aurions pu éviter les quatre derniers jours de blocage et de crispation si Valérie Pécresse avait eu l'ensemble des marges de manoeuvre nécessaires pour pouvoir arriver au compromis qu'elle a présenté aujourd'hui", a estimé Bruno Julliard, président de l'Unef, principal syndicat étudiant. 

Dans le nouveau texte, le gouvernement est également revenu sur la réduction du nombre de personnes siégeant dans les conseils d'administration des universités de 60 à 20 - jugée drastique par l'ensemble des syndicats. Le gouvernement propose finalement que les conseils d'administration comptent entre 20 et 30 membres. 
Le nombre de représentants étudiants siégeant dans les conseils d'administration sera par ailleurs compris entre trois et cinq. La précédente version du texte le fixait à trois. 

Enfin, la possibilité pour les universités d'acquérir un statut d'autonomie, qui n'était qu'optionnelle dans la première version, s'appliquera à tous les établissements dans un délai de cinq ans. 
Le nouveau avant-projet de réforme, qui sera soumis jeudi au Conseil d'Etat et présenté la semaine prochaine en conseil des ministres, a reçu un accueil globalement favorable des syndicats et la perspective d'une crise à la rentrée dans les universités semble s'éloigner. 
Invité sur la chaîne Public Sénat, le porte-parole de Nicolas Sarkozy
a déclaré que le report d'une semaine de la présentation du texte en conseil des ministres ne constituait "pas un recul, mais une avancée". 

"On note des inflexions et des amendements considérables de la part du gouvernement", a dit Bruno Julliard, selon qui l'essentiel du modèle universitaire français a été "sauvé". 
"Le projet de loi en l'état ne nous satisfait pas et nous ne le soutenons pas", a-t-il toutefois ajouté. "Nous n'avons jamais été demandeurs de ce texte et ce n'est pas du jour au lendemain que nous allons être satisfaits", a-t-il poursuivi. 

Même constat de Thibaud Wéber, président des étudiants de la Fage. "On sort au moins rassurés parce que, enfin, nos craintes et nos revendications ont été prises en compte", a-t-il dit. 

Jean-Pierre Finance, vice-président de la CPU a pour sa part estimé qu'un pas important avait été franchi. 
Certains syndicats, notamment ceux des enseignants, ont toutefois exprimé des réserves, principalement sur les pouvoirs des présidents d'université et le recrutement des personnels. 

"Il reste des gros points durs, notamment en ce qui concerne les personnels, les enseignants-chercheurs et les modalités de recrutement (...)", a déclaré Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, principale fédération de l'Education. 
Il a déploré que le nouveau texte conserve le droit de véto du président pour le recrutement des personnels et ouvre la possibilité d'un recrutement "très large" de contractuels. 
"Ce n'est pas seulement une question de personnel. Il y a derrière une certaine conception de la recherche et une certaine conception du rôle de l'université et des enseignants", a-t-il affirmé. 

Jean Fabbri, secrétaire général de Snesup, a jugé pour sa part le texte "inacceptable".

Partager cet article
Repost0
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 09:21
Après la Conférence Berryer (voir aussi l'article sur la dernière Berryer avec Richard Berry), et vu l'approche de la fin du premier tour du concours de la Conférence du stage, promotion 2007 (voir la promotion ici), je vous indique ici l'avant-dernière séance. Voir la précédente séance.

ATTENTION, LA DERNIERE SEANCE DU PREMIER TOUR 2007 AURA LIEU LE JEUDI 28 JUIN. 
SUJETS DIVULGUES DANS QUELQUES JOURS.

A vos agendas et au plaisir de vous y voir,
  

Mardi 26 juin 2007 - 25ème séance :

Invitée : Eric Dupont-Moretti, avocat.

Sujets :

L'homme fragile mérite-t-il d'être défendu ? 
Faut-il approcher le coeur des femmes ?

Rapporteur : Céline Bochet – Troisième Secrétaire

Partager cet article
Repost0
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 09:00

Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, a présenté vendredi 22 juin le projet de loi sur l'autonomie des universités devant le conseil supérieur de l'enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) clairsemé. 
Plusieurs organisations d'enseignants du supérieur, notamment le SNESsup-FSU, ont décidé de le boycotter. Ce qui commençait mal pour le consensus des acteurs sur cette réforme.
Vendredi matin, présidents d'université, syndicats et membres du ministère se sont retrouvés pour faire la synthèse des concertations entamées il y a trois semaines, transmise mardi 19 juin. 
Les partenaires sociaux ont peaufiné leurs contre-propositions pour tenter d'amender le projet.

La Conférence des présidents d'université (CPU) et l'UNEF partagent plusieurs revendications. 
Toutes deux refusent que certaines nouvelles compétences (patrimoine, budget, rémunération du personnel) ne soient accordées qu'aux universités volontaires. Elles jugent aussi insuffisant le seuil maximum de vingt membres dans les conseils d'administration
Elles divergent, en revanche, sur la sélection à l'entrée en master (bac + 3) : la CPU n'y est pas farouchement opposée, contrairement à l'UNEF, qui fait du maintien de cet article un casus belli.

Les acteurs de l'université avaient été rassurés, mercredi, par les propos de la ministre, affirmant qu'elle ne défendrait pas son texte devant le CNESER "si [elle] n'était pas prête à l'améliorer encore, à l'enrichir, et cela jusqu'au dernier jour du passage au Parlement"
Les mêmes interlocuteurs ont été douchés, quelques heures plus tard, par les déclarations de Nicolas Sarkozy qui, devant les parlementaires UMP, assurait qu'il n'abandonnerait pas la réforme et qu'il accorderait des "moyens supplémentaires aux universités volontaires".
Jeudi 21 juin, le président de l'UNEF, Bruno Julliard, a demandé à M. Sarkozy d'ouvrir "de réelles concertations", faute de quoi "un risque d'affrontement entre les jeunes et le gouvernement se profile inéluctablement". Il juge inéluctable le risque d’un nouvel affrontement entre les jeunes et le gouvernement lui demandant d’ouvrir de réelles concertations et de desserrer le calendrier d’adoption de la loi, une loi que le Président veut faire passer très vite puisque le projet devrait être présenté au Conseil des Ministres de mercredi. 
Le chef de l'Etat a accepté de rencontrer le leader étudiant, mardi 26 juin, à la veille de la présentation du projet en conseil des ministres. Il a réaffirmé mercredi dernier qu'il ne ferait pas marche arrière sur cette réforme mais recevra toutefois lundi et mardi les représentants des universités ainsi que les syndicats étudiants.

La réfome des universités pourrait nous promettre une rentrée universitaire des plus agitées.
Le projet de loi d'autonomie des universités rejetté vendredi soir par la communauté universitaire menace aujourd'hui de mouvements de grande ampleur dès la rentrée prochaine.
Ce texte était proposé hier après midi aux principaux représentants de l'enseignement universitaire (enseignants,  étudiants, présidents et personnels d'université....) après des négociations entamées le 22 mai dernier. Après le claquement de porte de la part du FSU, principal syndicat de l'Education, la plupart des syndicats étudiants et la CGT les ont imités en début de soirée dans un climat "tendu".
Valérie Pécresse a déclaré que des modifications consensuelles restaient possibles

Partager cet article
Repost0
23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 07:21

Le conseil national de l'ordre des médecins (CNOM) a publié un rapport dans lequel il préconise entre autres mesures de sélectionner les étudiants à partir des notes du bac et non à l'issue d'une première année très éprouvante et ultra sélective.
"Pour éviter la seule sélection par l'échec, nous proposons de prendre les notes de philosophie, pour l'ouverture d'esprit, de mathématiques, pour la rigueur, et de biologie, c'est notre domaine, puis de vérifier devant un jury les motivations de l'élève", a expliqué le professeur Claude-François Degos, coauteur du rapport. (ndlr: pour des études longues, une mtivation devrait être nécessaire)

Chaque année, plus de 40.000 étudiants se serrent pendant un an dans des amphithéâtres trop étroits et se livrent à une concurrence effrénée mais seuls 7.000 d'entre eux décrochent au final leur entrée en 2e année. (Voir l'article précédent sur le numérus clausus de 2007)

"En principe, nous n'avons pas le droit de sélectionner (puisque la médecine s'enseigne à l'université, ouverte à tous) mais c'est ridicule alors qu'on le fait au bout d'un an !", a estimé le médecin. 

L'académie de médecine a également proposé cette solution de sélection avec les notes du bac. 

François Goulard, alors ministre délégué à l'Enseignement supérieur, avait même annoncé en février 2006 que des mesures seraient prises dès la rentrée dernière pour éviter le gâchis en première année de milliers d'étudiants qui se retrouvent sans aucune équivalence, mais ces mesures sont restées lettre morte. 

Interrogé sur la lenteur de la réforme que tous les acteurs semblent pourtant appeler de leurs voeux, M. Degos a estimé que "le pays est mûr car les étudiants en ont marre, nous avons des problèmes de démographie médicale et l'Europe nous presse". 
La première année de médecine telle qu'elle existe est une singularité française depuis 35 ans. 

Mais, a nuancé Xavier Deau, président de la section Formation et compétences à l'Ordre, "tout le monde a peur dès qu'on parle des études médicales: une fois qu'ils ont réussi leur première année, les étudiants ne veulent plus qu'on touche à leur cursus

Partager cet article
Repost0
22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 17:43

L'assurance maladie et les syndicats d'infirmières libérales ont annoncé avoir conclu ce jour une convention qui prévoit une revalorisation des honoraires, et un second texte qui vise à rééquilibrer la répartition géographique de ces professionnels. (Voir l'article sur la reconnaissance de la profession à Bac +3)
Quatre organisations (Convergence infirmière, la FNI, l'Onsil et le Sniil), et l'Union nationale des caisses d'assurance maladie (UNCAM) ont finalisé vendredi une convention, qui prévoit des revalorisations, ainsi qu'un protocole d'accord sur la régulation démographique, a indiqué l'Uncam. 

La FNI a salué l'accord dans un communiqué, estimant qu'il constitue une "feuille de route" pour la profession "pour les cinq ans". 

La convention prévoit des revalorisations "dès la parution" du texte "au Journal officiel", a précisé l'Uncam. 
L'accord du 19 avril prévoyait une première phase de revalorisations, pour un montant total de 150 millions d'euros au 1er juillet 2007. Elle concernera la plupart des actes quotidiens prodigués par les infirmières. 
Ainsi, l'acte médico-infirmier (AMI, dialyses, injections) passera de 2,90 à 3 euros, l'acte infirmier de soins (aux personnes âgées
et handicapées) de 2,40 à 2,50 euros, l'indemnité forfaitaire de déplacement de 2 à 2,20 euros, et la majoration du dimanche de 7,62 à 7,80 euros. 

Une seconde étape, représentant également 150 millions d'euros, sera mise en oeuvre au 1er août 2008 si les finances de la
sécurité sociale le permettent et que la profession répartit bien son offre de soins. Le texte signé vendredi vise en effet à mieux répartir les professionnels sur le territoire. 
Il prévoit en particulier que "dans les bassins de vie où la densité d'infirmières est forte, seuls les départs ouvriront l'accès" à de nouvelles installations d'infirmières. 
Dans les régions manquant d'infirmières, des "mesures d'incitation" seront parallèlement mises en place. 

Pour une densité moyenne de 83 pour 100.000 habitants, on dénombre actuellement, dans certains départements de la moitié nord de la France, 40 infirmières pour 100.000 habitants. 
A l'opposé, sur le pourtour méditerranéen, la densité est supérieure à 200 pour 100.000, selon l'Uncam.
 
La convention confirme par ailleurs de nouvelles compétences confiées récemment aux infirmières, comme le droit de prescrire certains dispositifs médicaux (pansements). 
Elle prévoit aussi de "favoriser, dans le cadre du parcours de soins et en lien avec le médecin traitant, les vaccinations anti-grippales (hors la première vaccination) par les infirmières libérales".

Partager cet article
Repost0