Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 09:03

Cardiologue éminent à défaut d'avoir pu être pianiste, Olivier Ameisen était tombé très vite dans l'alcoolisme.

Hospitalisé et ayant du interrompre sa carrière, il doit son salut et le combat de savie pour lui et des milliers d'autres dans son cas à un article du New York Times sur le baclofène.


Il se soigne lui-même en 2004 et rédigeant un article dans une revue scientifique spécialisée, battaillera pour que ce traitement puisse être prescrit. Il en fera un ouvrage: Le dernier Verre paru aux édiction Denoel en 2008.

 

Le Prix Nobel de médecine, Jean Dausset, le félicitera pour ces travaux et sa découverte

Cependant, beaucoup de ses confrères préféraient la thérapie des patients par l'abstinence à ce médicament qui rendait indifférent.

 

Récemment, l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) a donné une Recommandation Temporaire d'Utilisation (RTU) pour le baclofène qui permet aux patients d'être traités officiellement par ce médicament.

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 19:41

Par arrêté du 1er juillet 2013, le nombre d'internes formés par année et par spécialité et par interrégion a été fixé.

 

On peut en retenir les éléments suivants:

*1 600 internes pendant 5 ans dans les disciplines médicales

*680 internes pendant 5 ans dans les disciplines chirurgicales

*un total de près de 8 000 internes formés chaque année, soit un total d'un peu plus de 40 000 pour ces 5 années

 

 

Discipline médicale 2013 2014 2015 2016 2017
Anatomie et cytologie pathologique 68 72 74 75 71
Cardiologie et maladies vasculaires 182 190 193 195 193
Dermatologie et vénérologie 93 95 98 92 96
Endocrinologie, diabète et maladies métaboliques 71 75 76 73 75
Gastro-entérologie et hépatologie 113 119 118 119 120
Génétique médicale 20 20 20 21 22
Hématologie 48 44 50 46 50
Médecine interne 114 122 123 126 125
Médecine nucléaire 34 42 39 40 39
Médecine physique et de réadaptation 89 95 99 92 96
Néphrologie 77 80 79 81 81
Neurologie 104 107 106 106 106
Oncologie 125 129 131 131 132
Pneumologie 102 109 106 108 107
Radiodiagnostic et imagerie médicale 212 225 222 227 228
Rhumatologie 84 85 86 85 87






Discipline chirurgicale 2013 2014 2015 2016 2017
Chirurgie générale 413 415 417 414 416
Chirurgie orale 9 12 10 13 10
Neurochirurgie 18 23 19 18 26
Ophtalmologie 130 141 142 142 142
Oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale 87 88 90 88 88






Discipline 2013 2014 2015 2016 2017
Médecine générale 3 870 3 881 3 912 3 921 3 929
Anesthésie-réanimation 417 427 427 430 429
Biologie médicale 97 106 104 103 102
Gynécologie médicale 41 45 46 46 46
Gynécologie obstétrique 210 212 213 212 213
Médecine du travail 170 167 167 163 163
Pédiatrie 300 303 306 305 305
Psychiatrie 515 516 515 516 516
Santé publique 90 92 92 93 94






Total 7 903 8 037 8 080 8 081 8 107
Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 08:13

A l'heure du départ à la retraite de nombreux professionnels de santé, le nombre d'étudiants à admettre en première année en Institut de soins infirmiers (IFSI) pour obtenir le diplôme d'Etat d'infirmier est fixé pour la rentrée 2013-2014 à 31 088.

Les régions les mieux dotées sont par ordre décroissant l'Ile de France avec 6540 puis le Nord Pas de Calais avec 2600 suivie par la Provence Alpes Côte d'Azur avec 2359.

 

JORF n°0142 du 21 juin 2013 page 10322 texte n° 19

ARRETE
Arrêté du 14 juin 2013 fixant au titre de l'année scolaire 2013-2014 le nombre d'étudiants à admettre en première année d'études préparatoires au diplôme d'Etat d'infirmier
NOR: AFSH1315567A


Par arrêté de la ministre des affaires sociales et de la santé en date du 14 juin 2013, le nombre d'étudiants à admettre en première année d'études préparatoires au diplôme d'Etat d'infirmier pour l'année scolaire 2013-2014 est fixé à 31 088 et réparti dans les différentes régions comme suit :

 

Alsace : 693 ;
Aquitaine : 1 386 ;
Auvergne : 610 ;
Basse-Normandie : 704 ;
Bourgogne : 800 ;
Bretagne : 1 182 ;
Centre : 1 166 ;
Champagne-Ardenne : 632 ;
Corse : 120 ;
Franche-Comté : 570 ;
Haute-Normandie : 930 ;
Ile-de-France : 6 540 ;
Languedoc-Roussillon : 960 ;
Limousin : 490 ;
Lorraine : 1 400 ;
Midi-Pyrénées : 1 184 ;
Nord - Pas-de-Calais : 2 600 ;
Pays de la Loire : 1 320 ;
Picardie : 1 183 ;
Poitou-Charentes : 780 ;
Provence-Alpes-Côte d'Azur : 2 359 ;
Rhône-Alpes : 2 945 ;
Guadeloupe : 122 ;
Martinique : 84 ;
Guyane : 60 ;
La Réunion : 218 ;
Mayotte : 30 ;
Saint-Martin : 20.

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 17:20

Alors que le procès des prothèses PIP vient de se terminer, l'ANSM, au vu d'inspections réalisées en août, septembre et octobre 2012 et d'analyses pratiquées, décide le retrait des implants mammaires M-Implants¢en tout lieu et la diffusion à toute personne susceptible d'en détenir.

Cette décision est prise en considérant un risque de fragilisation et de rupture de l'enveloppe de la prothèse

 
JORF n°0117 du 23 mai 2013 page 8465 texte n° 11

DECISION
Décision du 30 avril 2013 portant suspension de la mise sur le marché, de la distribution et de l'utilisation des implants mammaires préremplis de gel de silicone de la marque M-Implants¢ mis sur le marché par la société ROFIL MEDICAL IMPLANTS (Ltd) et fabriqués par la société HANSBIOMED
NOR: AFSM1300104S

 

Par décision du directeur général de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé en date du 30 avril 2013 :
Considérant que les implants mammaires sont des dispositifs médicaux qui ont été en 2003, compte tenu de leur destination, reclassifiés de la classe II b en classe III ; qu'en application des articles L. 5211-3 et R. 5211-17 du CSP, la mise sur le marché des dispositifs médicaux implique qu'ils soient conformes aux exigences essentielles qui leur sont applicables ; qu'en application de l'article R. 5211-34 (4°) du CSP la mise sur le marché de ces produits implique notamment l'évaluation de leur dossier de conception par un organisme habilité ; que les produits ensuite mis sur le marché doivent être conformes aux produits qui ont fait l'objet de cette évaluation et qui ont obtenu le certificat de conformité aux exigences essentielles permettant l'apposition du marquage CE ;
Considérant que les implants mammaires dénommés M-Implants¢, mis sur le marché par la société ROFIL MEDICAL IMPLANTS (Ltd) sont produits par le fabricant sud-coréen HANSBIOMED ; qu'il ressort de l'information fournie par le SNCH, organisme notifié de la société ROFIL MEDICAL IMPLANTS (Ltd), que le gel de remplissage contenu dans ces implants porte la référence 40135, provenant du fournisseur de matière première APPLIED SILICONE ;
Considérant les spécificités de la matière première de référence 40135 du gel de remplissage fournie par la société APPLIED SILICONE, et notamment une teneur en cyclosiloxanes D4-D5 < 30 ppm ;
Considérant que les certificats CE n° 1044451-00 et n° 1044450-00 portant sur les implants de la marque M-Implants¢ de la société ROFIL MEDICAL IMPLANTS (Ltd) ont été suspendus par l'organisme notifié SNCH depuis le 4 août 2011 ;
Considérant l'inspection réalisée les 20 août, 7 septembre et 12 octobre 2012 par les inspecteurs de l'ANSM dans l'établissement de la société CHOC MEDICAL à Puiseux-le-Hauberger (France), au cours de laquelle ont été prélevés des implants mammaires de la marque M-Implants¢ correspondant aux références IMGHC-TX-H-350, IMGHC-TX-H-375 et IMGHC-TX-H-300, dont le lot est 607L9, la date de péremption 12/2012 et la date de fabrication 12/2009, mis sur le marché par la société ROFIL MEDICAL IMPLANTS (Ltd) ;
Considérant que les analyses réalisées par l'ANSM sur les implants mammaires prélevés ont révélé, dans le gel de remplissage, des teneurs en cyclosiloxanes D4-D5 respectivement de 2 200 ppm, 2 080 ppm et 2 110 ppm ; que ces teneurs dépassent très fortement les spécifications du fournisseur de matière première décrites précédemment ;
Considérant que la méthode de mesure employée par l'ANSM a été validée et mise en œuvre sur une quantité importante d'échantillons (produits finis et matières premières) entre 2010 et 2013, qu'il en résulte que cette méthode est donc largement éprouvée et que les résultats obtenus par son utilisation sont donc intercomparables ;
Considérant qu'en conséquence des teneurs anormalement élevées en cyclosiloxanes D4-D5 dans les implants prélevés de la marque M-Implants¢, la cohésivité du gel est fortement remise en question, ce qui induit un risque de diffusion du gel au travers de l'enveloppe qui pourrait générer un risque de fragilisation de cette dernière et donc sa rupture ;
Considérant que les éléments transmis susvisés n'apportent aucun élément de nature à modifier cette décision ;
Considérant donc que les implants prélevés de la marque M-Implants¢ ne sont pas conformes aux exigences essentielles notamment 1 et 7.2 de l'arrêté du 15 mars 2010 pris en application de l'article R. 5211-24 du CSP, aux termes desquelles notamment « Les dispositifs doivent être fabriqués de telle manière que, lorsqu'ils sont utilisés conformément à leur destination et dans les conditions prévues à cette fin, leur utilisation ne compromette pas l'état clinique et la sécurité des patients » et « Les dispositifs doivent être fabriqués de manière à minimiser le risque que présentent les contaminants et les résidus pour le personnel participant au transport, au stockage et à l'utilisation ainsi que pour les patients, conformément à la destination du produit » et ne présentent donc pas les garanties de qualité attendues ;
Considérant que les représentants du fabricant sud-coréen HANSBIOMED ont indiqué qu'ils n'étaient pas disponibles pour recevoir des inspecteurs de l'ANSM en 2012, ni même au premier trimestre 2013, et qu'il en résulte l'impossibilité de déterminer si la faible qualité des implants prélevés est un phénomène isolé ou récurrent ;
Considérant en conséquence que les non-conformités précitées portent, en l'état des éléments disponibles, sur l'ensemble des implants mammaires préremplis de gel de silicone de la marque M-Implants¢ mis sur le marché par la société ROFIL MEDICAL IMPLANTS (Ltd) ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que les implants mammaires de la marque M-Implants¢ sont mis sur le marché par la société ROFIL MEDICAL IMPLANTS (Ltd) en infraction aux dispositions législatives et réglementaires qui leur sont applicables ;
Considérant que la disponibilité de tels implants sur le site d'une société établie en France impose de considérer la possibilité que de tels implants soient commercialisés en France et qu'il convient à titre de précaution de procéder à leur retrait,
la mise sur le marché, la distribution et l'utilisation des implants mammaires préremplis de gel de silicone de la marque M-Implants¢ mis sur le marché par la société ROFIL MEDICAL IMPLANTS (Ltd) et fabriqués par la société sud-coréenne HANSBIOMED sont suspendues jusqu'à leur mise en conformité à la réglementation qui leur est applicable.
La société ROFIL MEDICAL IMPLANTS (Ltd) est tenue de procéder au retrait des implants mammaires précités en tout lieu où ils se trouvent et de procéder à la diffusion de cette décision auprès de toutes les personnes physiques ou morales susceptibles de détenir les produits concernés par ladite décision

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 06:29

Du 25 au 30 mars 2013, l'Agence de Biomédecine se mobilise pour continuer à faire face aux besoins des 2 000 malades par an qui, atteints de certains maladies dont leucémies et lymphomes, ont besoin d'un don de moelle osseuse.

 

Le but est de recruter 18 000 donneurs, cela dans l'optique d'avoir un registre de 240 000 donneurs en  2015. Cela est en effet nécessaire et indispensable pour diversifier les profils génétiques des donneurs.

Ces donneurs sont regroupés et rassemblées en "Veilleurs de Vie".

 

La semaine nationale de mobilisation pour le don de meolle osseuse permet une information sur les besoins des malades et sur les implications des dons.

 

Pour être donneur, 3 conditions: être en parfaite santé, être agé de 18 à 50 ans, répondre à un entretien médicale et subir un prélèvement sanguin.

 

Du 26 au 28 mars, des espaces d'informations seront également présents dans les campus universitaires pour mobiliser les futurs professionnels de santé (médecins et pharmaciens) et également pour qu'ils soient de srelais envers la société cuvile dans son ensemble.

 

1057019.jpeg

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 22:05

Le Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé vient de rendre un nouvel avis 118 sur la vie affective et sexuelle des personnes handicapées, question de l'assistance sexuelle.
 

 

L'avis est rendu suite aux questions posées par Mme Roselyne Bachelot-Narquin, ministre des solidarités et de la cohésion sociale, en 2011 :
– Quelles prestations la société serait-elle susceptible d’offrir pour atténuer les manques ressentis dans leur vie affective et dans leur vie sexuelle par les personnes handicapées et notamment celles « dont le handicap ne leur permet pas d’avoir une activité sexuelle sans assistance » et qui interrogent sur « la mise en place de services d’accompagnement sexuel ? »
– Quelle analyse faire alors sur la mise en place éventuelle de ces services par les professionnels du secteur sanitaire et médico-social, qu’en serait-il dans ce cadre du droit à la compensation ?
– Quel état des lieux et quelles propositions le CCNE pourrait-il faire sur les moyens susceptibles de promouvoir chez les personnels du secteur sanitaire et social les bonnes pratiques relatives à la vie privée, au respect de la liberté et de la dignité des personnes handicapées ?

Il est vrai que de nombreuses questions restent en suspens sur la sexualité des personnes touchées par le handicap.
Certaines associations demandent la mise en place d’une assistance sexuelle depuis la loi 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.
Dans certains pays (Danemark, Allemagne, Suisse et Pays-Bas), les assistants sexuels ont des rôles très larges et variables d'un pays à l'autre, de la simple assistance érotique à la relation sexuelle. Cela, dans l'esprit "qu’une vie sexuelle satisfaisante participe du bien-être et de l’équilibre des personnes".

Au préalable de souligner que son travail ne concerne que les personnes atteintes de handicap physique et mental, le CCNE commence par dire que "L’épanouissement sexuel est une liberté dont aucun être humain adulte ne devrait se trouver exclu" même si la dimension sexuelle peut être perturbée et modifiée par les éléments de la vie (gestation, naissance ou accidents de la vie), rappelant que "La sexualité, comme les besoins ressentis d’activité sexuelle, évoluent selon l’âge des personnes concernées. Vie sexuelle et vie affective sont fortement associées."

Deux situations sont examinées:
*Les personnes, ayant connu une vie autonome et sexuelle que le handicap ne leur permet plus, gardent des fantasmes et des revendications d’actes sexuels, liée à la nostalgie et à la vie d'avant.
*Les personnes en situation de handicap depuis le plus jeune âge peuvent exprimer une forte demande affective et de prise en compte de cette solitude.

Le CCNE se questionne sur les aidants sexuels où « La mise en acte du corps et de l’intimité d’un assistant sexuel ne peut en aucun cas être une obligation qui lui serait, de quelque façon que ce soit, imposée. On ne peut occulter la question des conséquences tant émotionnelles que physiques de l’implication de son corps pour celui ou celle qui fournirait ce genre de prestation " et les conséquences sur les sentiments et désirs des uns et des autres.

Vient ensuite une réflexion sur les personnes handicapées elles-mêmes : "L’aide sexuelle, même si elle était parfaitement mise en oeuvre par des personnels bien formés, ne saurait à elle seule répondre aux subtiles demandes induites par les carences de la vie affective et sexuelle des personnes handicapées."
Le CCNE soulève également le problème de la définition pénale des actes des aidants ou des sites internet existants. Ainsi, "Servir d’intermédiaire entre une personne qui se prostitue et une autre qui a recours à ses services, est, au regard de la loi, du proxénétisme."
Qui plus est, le CCNE relève que l'aidant sexuel ne serait là que en cas de pulsion et servirait comme une aumôme accordée à une personne handicapée.
De manière très pragmatique, le CCNE souligne que "On peut souhaiter pour tout un chacun la possibilité d’une rencontre amoureuse fondée sur des émotions, des sentiments et des engagements moraux."

En conclusion, le CCNE inscrit en gras que "Les demandes d’assistance à la vie sexuelle sont très diverses et ne mettent pas en jeu le corps d’autrui de la même façon" avec une formation nécessaire des personnes soignantes et éducatives. Egalement, il "considère que la vigilance s’impose lorsque le corps d’un professionnel est mis en jeu pour des contacts intimes."

Les termes des derniers paragraphes de l'avis portent sur la notion d' "instrumentalisation, même consentie, rémunérée ou compassionnelle du corps d’une personne pour la satisfaction personnelle d’une autre" et "considère qu’il n’est pas possible de faire de l’aide sexuelle une situation professionnelle comme les autres en raison du principe de non utilisation marchande du corps humain."

Concluant son avis, "le CCNE ne peut discerner quelque devoir et obligation de la part de la collectivité ou des individus en dehors de la facilitation des rencontres et de la vie sociale, facilitation bien détaillée dans la Loi qui s’applique à tous. Il semble difficile d’admettre que l’aide sexuelle relève d’un droit-créance assuré comme une obligation de la part de la société et qu’elle dépende d’autres initiatives qu’individuelles." 

 

NDLR: Déjà, le CCNE avait rendu les avis 49 et 50 du 3 avril 1996 relatifs à « la contraception chez les personnes handicapées mentales » et à la « stérilisation envisagée comme mode de contraception définitive»

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 11:08

La ministre des affaires sociales et de la santé a dévoilé le 1er programme national pour la sécurité des patients 2013/2017 qui est élaboré par la DGS, la DGOS et la HAS (qui intervient). Il comporte 4 priorités:

*la meilleure information du patient en les associant à la politique de la gestion des risques;

*la meilleure remontée de l'information avec les signalements et les déclarations;

*la culture de la sécurité et de la qualité avce une vigilance cohérente et efficace et un renforcement de la sécurité des soins dans la formation initiale et du DPC et enfin

*le renforcement de la recherche de la sécurité des soins
La gestion des risques comprend la prévention des risques identifiés et la détection-atténuation des évènements indésirables. Elle est renforcée par les retours d'expérience et les approches systémiques.
Une brochure sera diffusée aux professionels de santé et aux usagers
Voici le détail des 4 axes avec les 16 objectifs généraux : (voir ici le document intégral)

Axe 1 : information du patient - le patient co-auteur de sa sécurité
OBJECTIF GENERAL n°1 Renforcer le partenariat dans la relation soignant-soigné
Objectif opérationnel 1.1. Favoriser la participation active du patient à la sécurité de son parcours de soins
1.1.1 Communication auprès des usagers et des professionnels pour promouvoir le rôle du patient coacteur de sa sécurité
1.1.2 Faculté pour le patient qui le souhaite d’inscrire ou de faire inscrire dans son dossier médical, et à terme dans le dossier médical personnel, un message qu’il estime important pour la sécurité de sa
prise en charge
1.1.3 Information, dans le livret d’accueil, sur les missions de la Commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge (CRUQPC) avec indication des coordonnées des représentants des usagers membres de cette instance (tel/adresse mail)
1.1.4 Diffusion auprès des usagers d’outils d’aide à la communication avec les professionnels
Objectif opérationnel 1.2. Donner la possibilité au patient hospitalisé de signaler une anomalie
1.2.1 Organisation par l’établissement, selon des modalités qu’il définit, du recueil et du traitement des anomalies liées aux soins, dont organisationnelles, constatées par le patient durant son séjour ; intégration de ces données à l’analyse des évènements indésirables
Objectif opérationnel 1.3. Former les professionnels médicaux et paramédicaux au partenariat soignant/soigné
1.3.1 Intégration, dans la formation initiale et continue des professionnels, de la thématique des compétences relationnelles : savoir être, écoute active, parler « pour » l’autre dans les termes et attentes de l’autre, de manière à reconnaître la compétence portée par le patient sur sa maladie (savoir expérientiel) Cf Axe 3
1.3.2 Utilisation d’outils de standardisation pour la communication entre professionnels de santé, intégrant les éléments concernant la sécurité et notamment les questions du patient
1.3.3 Prise en compte, dans les formations à la communication, des facteurs psychiques et émotionnels (stress, vulnérabilité, …) liés au contexte et au type de prise en charge (oncologie, psychiatrie, …) ainsi que des facteurs socio-économiques individuels (précarité, illettrisme, …)

OBJECTIF GENERAL n° 2 Mieux informer le patient
Objectif opérationnel 2.1. Mieux communiquer avec le patient au moment de sa sortie d’établissement
2.1.1 Elaboration et expérimentation d’un document de sortie type, synthèse du séjour du patient, lisible par lui, possiblement implémenté dans le système d’information, remis systématiquement à tout patient lors de sa sortie dans le but d’assurer la continuité de la prise en charge
2.1.2 Amélioration de l’organisation de la sortie : utilisation par les professionnels d’une check-list de sortie adaptée au type de prise en charge (ex : « discharge check-list »)
2.1.3 Utilisation par les professionnels de méthodes de communication s’appuyant sur la reformulation par le patient de l’information donnée par le professionnel
Objectif opérationnel 2.2. Développer les missions du cadre de santé concernant la sécurité et la qualité des soins
2.2.1 Renforcement du rôle du cadre de santé dans la communication avec les patients et leur entourage
Objectif opérationnel 2.3. Communiquer auprès du public sur la sécurité des soins
2.3.1 Diffusion d’indicateurs de résultats et de processus traçant l’implication des ES et des professionnels libéraux dans le domaine de la sécurité, dans un objectif de pédagogie et de lisibilité vis-à-vis des usagers
2.3.2 Inscription de la sécurité des soins dans la charte de la personne hospitalisée

OBJECTIF GENERAL n°3 Faciliter l’accomplissement des missions des représentants des usagers (RU)
Objectif opérationnel 3.1. Développer la participation des représentants des usagers à l’élaboration de la politique de gestion des risques associés aux soins en ES
3.1.1 Engagement des établissements de santé à mettre en place un « projet patient », fil conducteur du projet d’établissement, élaboré par les représentants des usagers, en lien avec les bénévoles, représentants des associations agréées, et autres formes d’association des usagers existantes dans les établissements
3.1.2 Participation des bénévoles et représentants d’associations agréées de l’établissement de santé aux travaux de la CRUQPC, selon des modalités définies par l’établissement
Objectif opérationnel 3.2. Promouvoir la formation des représentants des usagers à la sécurité des soins
3.2.1 Mise à disposition par les ARS d’informations relatives à l’offre de formation destinée aux RU concernant la sécurité des soins
3.2.2 Mise à disposition des RU d’outils pour faciliter leur positionnement dans l’institution (mise en situation, forum-théâtre, jeux de rôle, etc)
3.2.3 Mise à disposition des RU d’un outil de diagnostic synthétique du niveau global d’engagement de l’établissement dans la gestion des risques et la sécurité du patient


Axe 2 : améliorer la déclaration et la prise en compte des évènements indésirables associés aux soins
OBJECTIF GENERAL n°1 Améliorer les dispositifs de signalement et de déclaration d’évènements indésirables associés aux soins
Objectif opérationnel 1.1 Mettre en place la déclaration des évènements indésirables graves liés aux soins (EIG)
1.1.1 Définition des critères et modalités de déclaration des EIG
1.1.2 Mise en oeuvre de la déclaration des EIG
1.1.3 Apport de garanties juridiques portant sur l’absence de conséquences professionnelles négatives du fait du signalement interne ou de la déclaration d’un EIG et de la participation aux démarches d’analyse des causes (cf article L.5312-4-2 du CSP)
Objectif opérationnel 1.2 Sensibiliser les professionnels de santé aux signalements de vigilance et aux déclarations d’EIG
1.2.1 Priorisation, dans les orientations du Développement professionnel continu (DPC), de la sécurité des soins et de la gestion des risques (enjeux et procédures, dont la déclaration)

OBJECTIF GENERAL n°2 Promouvoir la mise en oeuvre d’actions correctrices au niveau local
Objectif opérationnel 2.1 Promouvoir la réalisation d’analyses de cause d’évènements indésirables et de retours d’expérience
2.1.1 Elaboration de méthodes et d’outils de déclaration et d’analyse des EIG, modes d’organisation (RMM, retour d’expérience, équipe), critères d’évaluation de la qualité des déclarations
2.1.2 Formations à la gestion des EIG destinées aux principaux acteurs régionaux : déclaration, analyse, exploitation, retours d’expérience
2.1.3 Incitation à la réalisation de retours d’expérience en ES dans le cadre d’une aide à la contractualisation
Objectif opérationnel 2.2 Assurer l’organisation par l’ARS, dans une logique de subsidiarité et si nécessaire, d’un appui aux établissements et aux professionnels pour la réalisation de l’analyse des causes des EIG
.2.1 Précision, au niveau régional, des besoins (expertise « méthode » et expertise « métier ») pour l’analyse des évènements indésirables
.2.2 Définition de l’organisation du recours aux expertises « méthode » et « métier » et précision des modalités d’application du principe de subsidiarité dans le cadre de l’appui à l’analyse des évènements indésirables associés aux soins
.2.3 Définition, par l’ARS, de la gouvernance des expertises « méthode » et « métier » mobilisables au niveau régional

OBJECTIF GENERAL n°3 Valoriser les données issues des systèmes de signalement et de déclaration et mettre en place des solutions de sécurité
Objectif opérationnel 3.1 Faciliter la réalisation par les agences et autorités nationales de retours d’information et d’actions d’amélioration à destination des professionnels
3.1.1 Organisation du circuit de transmission vers la HAS des informations sur les EIG, des analyses réalisées et des mesures prises au décours des EIG
3.1.2 Organisation de retours d’expérience nationaux sur des EIG ciblés

OBJECTIF GENERAL n°4
Objectif opérationnel 4.1 Intégrer la démarche EIG dans le DPC, dans l’accréditation et dans la certification
4.1 1 Déployer dans le cadre du DPC des formations à la gestion d’un EIG, des analyses des pratiques professionnelles en matière d’EIG et prendre en compte les mesures de suivi mises en oeuvre suite à un EIG
4.1.2 Prendre en compte l’analyse des EIG dans l’accréditation des médecins des spécialités à risque
4.1.3 Renforcer, dans la certification des établissements de santé, la mesure de la capacité de l’établissement à gérer les EIG et à adopter des « solutions pour la sécurité »

Axe 3 : formation, culture de sécurité, appui
OBJECTIF GENERAL n°1
Objectif opérationnel 1.1. Faciliter l’appropriation par les professionnels de la méthode du retour d’expérience
1.1.1 Promotion de la pédagogie réflexive (« retour sur expérience », « erreur apprenante ») pour améliorer les pratiques
1.1.2 Soutien aux professionnels participant à des démarches de transparence et d’analyse pluriprofessionnelle de leurs pratiques (charte de protection, cellule d’accompagnement des professionnels, gestion du stress, etc)
1.1.3 Incitation à l’organisation de retours d’expérience dans le cadre de la gestion des risques associés aux soins et de la sécurisation de la prise en charge médicamenteuse en établissement de santé
1.1.4 Accompagnement de la mise en place de revues de morbi-mortalité (RMM) pluriprofessionnelles dans le secteur de la médecine de ville

OBJECTIF GENERAL n°2 S’appuyer sur la pluriprofessionalité et « l’équipe » pour construire une culture de sécurité
Objectif opérationnel 2.1. Faire du décloisonnement et du travail en équipe des objectifs prioritaires pour les formateurs et pour le management
2.1.1 Meilleure prise en compte du facteur « équipe » (professionnels médicaux, paramédicaux, autres professionnels) et de son impact sur la sécurité des soins
2.1.2 Mise en valeur de la fonction de tutorat en équipe pluriprofessionnelle
2.1.3 Mise en place dans la formation initiale et continue d’enseignements transversaux dispensés en « interfilières », en adéquation avec les risques identifiés pour l’activité considérée
2.1.4 Développement de la formation à visée comportementale et relationnelle (travail en équipe, éthique collective, etc) pour une appropriation optimale des protocoles de sécurité (check-list au bloc, etc)
2.1.5 Reconnaissance, dans la certification des établissements de santé, de pratiques dignes de mention pour des établissements s’engageant dans des démarches de gestion des risques en équipe

OBJECTIF GENERAL n°3
Objectif opérationnel 3.1. Manager au nom de la sécurité
3.1.1 Implication du management médical et paramédical dans le pilotage des démarches qualité et sécurité des soins des équipes, de la conception à la mise en oeuvre (formation à la démarche de projet qualité, dynamique d’équipe…)
3.1.2 Formation du management à l’analyse bénéfices /risques avant décision stratégique et à la prise de mesures d’atténuation
3.1.3 Evaluer la culture de sécurité et prendre en compte les résultats dans la construction du programme qualité et sécurité des soins et autres projets stratégiques de l’établissement (projet social, par ex)
3.1.4 Information des professionnels de santé, nouvellement recrutés ou non, et évaluation régulière de leurs connaissances sur les protocoles essentiels à la sécurisation de leurs pratiques, dans la structure considérée

OBJECTIF GENERAL n°4
Objectif opérationnel 4.1 Intégrer systématiquement la sécurité des soins à la formation initiale de tous les professionnels de santé
4.1.1 Respect du principe « jamais sur le patient la première fois » pour l’apprentissage des actes techniques et gestes invasifs
4.1.2 Prise en compte de la gestion des risques dans toutes les formations, notamment via la réingénierie des diplômes
4.1.3 Intégration, dans les épreuves classantes nationales des médecins (ECN), de sujets incluant la thématique sécurité des soins
4.1.4 Valorisation des pôles ou unités des établissements et des maîtres de stage développant les compétences des étudiants en matière de sécurité des soins (participation à des revues de morbimortalité, des évaluations, des expertises, etc)
4.1.5 Elaboration de guides opérationnels d’accueil des internes sur leurs terrains de stage
4.1.6 Responsabilisation des enseignants pour que les objectifs théoriques et pratiques définis dans leur spécialité intègrent la sécurité des soins et la gestion des risques
4.1.7 Renforcer la collaboration entre unité de soins et institut de formation des professionnels paramédicaux pour la formation de ceux-ci
4.1.8 Définition d’un tronc commun d’objectifs pédagogiques pour l’enseignement de la gestion des risques associés aux soins, selon une terminologie partagée, de manière à faire progresser une culture commune, inspirée de la pratique clinique
Objectif opérationnel 4.2 Faire de la sécurité des soins un thème prioritaire du développement professionnel continu (DPC)
4.2.1 Intégration de la qualité et de la sécurité des soins dans les orientations nationales de DPC
4.2.2 Faire de la pertinence des actes, des soins et des parcours un critère de leur sécurité et qualité
4.2.3 Incitation aux organismes de DPC à proposer, à l’aide d’outils de diagnostic objectifs, des contenus de formation adaptés aux besoins spécifiques des professionnels, des équipes et des structures
4.2.4 Faire du retour d’expérience un des outils de la construction du DPC individuel ou en équipe
4.2.5 Favoriser, au sein des plans de DPC des établissements de santé, des programmes de DPC collectif intégrant les projets d’équipe
Objectif opérationnel 4.3 Faire de la simulation en santé sous ses différentes formes une méthode prioritaire, en formation initiale et continue, pour faire progresser la sécurité
4.3.1 Développement de la simulation pour l’apprentissage des bonnes pratiques (actes, conduites à tenir), la validation de compétences, la reprise de confiance pour le professionnel, la gestion des risques associés aux soins (RMM simulées, reconstitution d’événements indésirables graves, gestion de crise, annonce d’un dommage…)
4.3.2 Conception de scénarii de gestion des risques associés aux soins (jeux de rôles, simulation, vidéo, serious games, etc) à partir d’évènements indésirables ciblés ou d’EIG (ENEIS, par ex)

OBJECTIF GENERAL n°5
Objectif opérationnel 5.1 Faciliter et accélérer l’implémentation de démarches de qualité et de sécurité des soins, pour tous les risques associés aux soins et pour tous les modes de prises en charge
5.1.1 Parachever la construction d’un dispositif régional d’appui cohérent et structuré ; formaliser ses missions et modes d’intervention
5.1.2 Veiller à un développement « en réseau » de ces structures régionales d’appui, dans le cadre d’une animation nationale

Axe 4 : innovation, recherche
Thème 1/2 : recherche sur la sécurité du patient au cours des soins
OBJECTIF GENERAL n°1 Développer la recherche en sécurité du patient
1) La prévention : les dispositifs de gestion des risques
2) La culture de sécurité des professionnels de santé
3) L’épidémiologie des incidents liés aux soins
4) L’économie du risque
Objectif opérationnel 1.1. Définir les priorités pour la recherche en sécurité du patient
1.1.1 Sélection de thèmes de recherche prioritaires
Objectif opérationnel 1.2. Soutenir des projets de recherche sur le thème « sécurité du patient »
1.2.1 Rédaction des appels à projets (PREPS, PHRI…)
Objectif opérationnel 1.3. Elaborer un appel d’offre pour la recherche en sécurité du patient en multi-partenariat avec les organismes de gestion de la recherche
1.3.1 Constituer un groupe projet associant les partenaires du monde de la recherche
1.3.2 Elaboration de l’appel d’offre
Objectif opérationnel 1.4. Promouvoir la recherche multidisciplinaire en sécurité du patient
1.4.1 Constituer un groupe projet en vue de mobiliser les champs disciplinaires interagissant avec celui de la santé
1.4.2 Favoriser des partenariats entre équipes issues des secteurs de la santé et équipes des sciences sociales et de l’économie
Objectif opérationnel 1.5. Tirer des enseignements des projets de recherche portant sur la sécurité des patients
1.5.1 Organiser le retour d’expérience des projets portant sur la sécurité des patients et soutenus par les programmes de recherche de la DGOS (PREQHOS, PREPS, PHRI)
1.5.2 Mettre en place un dispositif de suivi des projets de recherche DGOS

Thème 2/2 : Sécurité du patient dans les essais cliniques
OBJECTIF GENERAL n°1
Objectif opérationnel 1.1. Optimiser le contrôle qualité des essais cliniques
1.1.1 Développer une approche de procédures adaptées au risque (« risk-adjusted ») afin d’adapter les niveaux de monitoring et de vigilance (et les ressources associées) au niveau de risque des études pour les personnes
Objectif opérationnel 1.2. Simplifier la déclaration des événements indésirables graves (EIG) en intégrant le niveau de risque des études
1.2.1 Permettre une simplification de la notification des EIG pour les études à risque minime et les recherches non interventionnelles
Objectif opérationnel 1.3. Renforcer la structuration de la vigilance, notamment dans le champ de la vigilance des dispositifs médicaux (DM) utilisés dans les essais cliniques
1.3.1 Mieux définir et encadrer l’évaluation clinique post-CE, en recherche comme en soin. Concernant le DM : les difficultés rencontrées en matière de sécurité du patient concernent essentiellement la phase
post-marquage CE (pas de réglementation européenne spécifique dans certains cas).
Objectif opérationnel 1.4. Homogénéiser les bonnes pratiques en matière de sécurité par la formalisation et la mutualisation de documents types pour les promoteurs institutionnels
1.4.1 Mettre en place des outils et procédures :
- fonctionnement des comités indépendants de surveillance
- grilles de typologie de risque des études et de niveau de monitoring
- audits croisés
Objectif opérationnel 1.5. Mettre en place un système d’information en recherche renseignant sur la participation des patients / volontaires à des essais cliniques
1.5.1 Améliorer l’information des professionnels de santé et les renseigner sur les conduites à tenir :
- en externe à l’établissement de santé : information du médecin traitant ou des correspondants libéraux
- en interne à l’établissement de santé : partage d’information entre professionnels
Objectif opérationnel 1.6. Améliorer l’information du patient sur sa participation aux essais cliniques
1.6.1 Développer des outils simples d’information du patient en amont et en aval de la recherche
Objectif opérationnel 1.7. Assurer le respect du principe d’indépendance du promoteur et de l’investigateur
1.7.1 Dans l’organisation interne des ES promoteurs, identifier clairement les missions et les structures associées à la promotion d’une part, à l’investigation d’autre part
1.7.2 Favoriser la conduite d’audits réguliers croisés ou externes
1.7.3 Définir l’utilisation qui sera faite des rapports d’audit, dans le but de mettre en place des actions correctives

OBJECTIF GENERAL n°2
Objectif opérationnel 2.1. Développer l’initiation à la recherche clinique pour les professionnels de santé médicaux et paramédicaux
2.1.1 Généraliser des actions d’initiation et de formation à la recherche clinique aussi bien en formation initiale que continue. Pour la formation initiale : définition par l’université d’un socle de formation commun aux médecins et paramédicaux
Objectif opérationnel 2.2. Labéliser une formation type au plan national ou des formations répondant au contenu type
2.2.1 Sur la base du référentiel de 2009 (LEEM/AFCRO/AFSSAPS[ANSM]) définir et actualiser un référentiel adapté afin d’y intégrer toutes les catégories d’essais et la dimension de sécurité du patient
2.2.2 Différencier une formation « socle » et des modules complémentaires spécifiques liés à la conduite d’études à différents niveaux de risque
Objectif opérationnel 2.3. Promouvoir la formation individuelle des investigateurs
2.3.1 Mettre en place des leviers incitatifs forts (valorisation des investigateurs formés à travers l’indicateur « enseignement » des MERRI)
2.3.2 Développer les actions de formation labélisées présentielles et e-learning
Objectif opérationnel 2.4. Intégrer l’impératif de formation dans le fonctionnement des structures de soutien à la recherche clinique
2.4.1 Inscrire au cahier des charges de (re) labellisation des structures de soutien à la recherche clinique (investigation et promotion)
1/ des objectifs ciblés en matière de formation et de perfectionnement et,
2/ le niveau de formation requis des professionnels de la structure au regard du type d’essais conduits (ex : niveau maximal pour phases précoces)

OBJECTIF GENERAL n°3
Objectif opérationnel 3.1. Proposer un programme d’explication de la loi Jardé
3.1.1 Identifier les différents intervenants (investigateurs, promoteurs, Commission nationale des CPP), prévoir les modalités cette information/formation
Objectif opérationnel 3.2. Produire un outil pédagogique à l’attention des professionnels
3.2.1 Mettre à disposition des acteurs (établissements de santé, professionnels de recherche, CPP) un outil simple et évolutif
Objectif opérationnel 3.3. Sensibilisation du grand public à la recherche clinique
3.3.1 Campagne d’information sur la recherche clinique

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 17:50

C'est aujourd'hui
que commence la 26ème édition du Téléthon,

Affiche_Telethon_2012B.jpg

parrainée par Franck Dubosc, 

avec comme ambassadrice Léa

animée pendant 30 heures
par Sophie Davant et Nagui,

les 7 et 8 décembre 2012.

Le montant récolté de l'an dernier est de 94 091 902 euros.
Le compteur affichait en fin d'émission 86 119 425 euros

Pour permettre à la recherche de travailler de manière optimale et trouver un traitement,
 un seul mot: donnez
(vous pouvez déduire vos dons de vos impôts à hauteur de 66%)

*par téléphone 36 37

*par internet

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles