Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
17 octobre 2006 2 17 /10 /octobre /2006 13:34

Après avoir pris leur repas au restaurant d'entreprise de la tour Société Générale de La Défense, géré par la Sodexho, de nombreux salariés se sont plaints de rougeurs et d'éruptions cutanés sans vomissements ni nausées.

150 personnes y avaient pris leur repas. 

75 ont été examinés sur place et 29 ont du être évacués par les pompiers vers les hôpitaux alentours. 

La Sodexho indique qu'elle effectuera une enquête interne et suspend pour l'instant la distribution de thon, aliment qui serait à l'oirigine de cet incident.

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 07:00

Son Altesse Sérénissime, la Princesse Stéphanie de Monaco a été nommé vendredi 6 octobre 2006 ambassadrice de bonne volonté pour l'Agence ONUSIDA, basée à Genève.

Elle avait auparavant composé une chanson afin de récolter des dons pour cette cause "du siècle" avec le groupe Kyo: L'or de nos vies.

Elle exercera sa mission dans les pays d'Europe orientale pour 2 ans.

Elle est la seconde fille de feu Son Altesse Sérénissime le Prince Rainier III de Monaco et de feue Son Altesse Sérénissime la Princesse Grace de Monaco, soeur de Son Altesse Sérénissime, le Prince Albert II de Monaco et de Son Altesse Royale, la Princesse Caroline de Hanovre.

Elle fut nommée en 2005, Commandeur de l'Ordre de Saint-Charles, la plus haute distinction monégasque, pour son engagement auprès des malades du sida.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2006 5 06 /10 /octobre /2006 00:31

Le vaccin contre la grippe saisonnière sera disponible jeudi 12 octobre 2006 dans les pharmacies

Onze millions de Français (24%) se sont fait vacciner contre la grippe l'hiver dernier dont un demi-million pour la première fois, selon les données présentées jeudi le Groupe d'étude et d'information sur la grippe (GEIG).

L'épidémie pourrait toucher 2,2 millions de personnes (dans une fourchette allant de 1,3 million à 3 millions) dans l'hypothèse où les virus de la grippe restent les mêmes que ceux ayant circulé pendant la saison hivernale de l'autre hémisphère (Australie notamment) a relevé le Pr Antoine Flahault, du réseau de surveillance Sentinelles de l'Inserm.

Le cocktail vaccinal pour cet hiver 2006/2007 est constitué à partir de deux souches de virus A et un virus B de la grippe, sur les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Il comporte ainsi deux nouvelles souches, la H3N2 A/Wisconsin/2005 remplaçant une souche A/California/ et une souche analogue du B/Malaisie/2004 à la place d'une souche B/Shanghai. Le troisième ingrédient reste inchangé (une souche H1N1 A/New Caledonia/99).

En France, le vaccin est gratuit pour les personnes les plus fragiles: personnes âgées de 65 ans et plus, personnes atteintes de certaines affections de longue durée (ALD) telles le diabète, l'insuffisance cardiaque et respiratoire graves, l'épilepsie grave... Ces bénéficiaires - plus de 8 millions de personnes - reçoivent un imprimé pour obtenir gratuitement le vaccin prescrit par leur médecin.

La couverture vaccinale des plus de 65 ans a atteint 68% l'hiver dernier 2005-2006 (+10% depuis 2000), dans la moyenne des pays d'Europe de l'Ouest, mais loin derrière la Grande-Bretagne, en tête avec une couverture vaccinale de 79% chez les personnes de cette classe d'âge.

Mais pour les patients atteints d'une ALD, le taux de couverture vaccinale n'était que de 52%, et tombe même à 32% parmi les sujets atteints d'une ALD âgés de moins de 65 ans.

La France, qui fut pendant des années en tête des pourcentages de population vaccinée, est ainsi, de fait, encore loin d'atteindre l'objectif de l'OMS : une couverture vaccinale antigrippale de 75% chez les sujets à risque d'ici 2010.

Alors que les gouvernements se préoccupent d'une éventuelle pandémie de grippe d'origine aviaire, "la prévention de la banale grippe saisonnière, qui fait quelque 2.000 morts par an en France, reste d'actualité", avertit le Pr Lina.

La vaccination est par ailleurs recommandée aux professionnels de santé et à l'entourage des personnes âgées, aux participants à des voyages de groupe notamment.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 05:19

Nobel de médecine : deux Américains récompensés

Nobel-Medecine-2006.jpg

Deux Américains, Andrew Z. Fire et Craig C. Mello, se sont vus décerner le prix Nobel de médecine 2006. Ils ont été récompensés pour avoir "découvert un mécanisme fondamental pour le contrôle des flux d'informations génétiques", selon l'Institut Nobel.

Fire, né en 1959, est professeur de pathologie et de génétique à l'université de Stanford (Californie). Mello, né en 1960, est  professeur de médecine moléculaire à l'université du Massachusetts. Leur découverte sur un mécanisme, appelé "interférence ARN", permettant de bloquer certains gènes, a été publiée en 1998 et ordinairement les récompenses du Nobel  de Médecine sont décernées longtemps après la publication pour s'assurer de leur pérennité. Les deux chercheurs qui étaient aux Etats-Unis ont été réveillés en pleine nuit par le comité Nobel  qui leur a annoncé la bonne nouvelle. Ils ont dit qu'ils se rendraient au gala du 10 décembre pour la remise des prix à Stockholm. Mello et Fire se partageront environ 1,1 million d'euros.

Parcours des deux Nobels:

Craig Mello est diplômé de l'université de Harvard, à Boston, où il a achevé un doctorat de biologie en 1990, après une licence obtenue en 1982 à l'université Brown (Rhode Island). Après son doctorat, il a intégré le centre de recherche sur le cancer Fred Hutchinson, un centre de renommée mondiale situé à Seattle. En 1994, Craig a rejoint la faculté de l'école de médecine de l'Université du Massachusetts. Son intérêt pour la science lui vient de son père, un paléonthologue du Smithsonian Institution qui l'emmenait souvent rechercher des fossiles, lors d'expéditions dans l'ouest américain.

Andrew Fire a toujours été précoce: à 19 ans il rentrait au prestigieux MIT et à 23 ans il avait son doctorat en biologie en poche.
Né en Californie le 27 avril 1959, il commence ses études universitaires par les mathématiques et il décroche sa licence dans cette discipline à  l'université de Berkeley, près de San Francisco. Il rentre ensuite à l'Institut de Technologie du Massachusetts (MIT) pour travailler dans le laboratoire du professeur Philip Sharp, qui gagnera le Nobel de médecine en 1983 pour ses travaux sur la génétique. Il n'a que 23 ans lorsqu'il obtient son doctorat en biologie et quitte les Etats-Unis pour Cambridge en Grande-Bretagne où il collabore avec un autre futur Nobel  de médecine (2002), l'un des pères de la biologie moléculaire, Sidney Brenner. Entre 1986 et 2003, Andrew Fire vit dans la région de Washington où il travaille à l'Institut Carnegie et au département d'embryologie de Baltimore (Maryland) où il s'occupe notamment des étudiants qui passent leur doctorat. En 2003, Fire décide de retourner sur la côte ouest et il poursuit ses recherches en laboratoire à l'université de Médecine de Stanford
.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 00:08

Fabrications de 300 millions de vaccins contre le cancer du col de l'utérus en France par GSK

Le laboratoire britannique GlaxoSmithKline (GSK) a annoncé vendredi 29 septembre 2006 qu'il allait investir 500 millions d'euros pour agrandir son usine de Saint-Amand-les-Eaux (Nord) qui produira notamment son vaccin contre le cancer du col de l'utérus, le Cervarix, créant 600 emplois d'ici 2011. Le groupe construira de nouvelles infrastructures sur le site de sa filiale Stérilyo, qui emploie déjà 125 personnes dans cette ville située près de Valenciennes. "Plus de 300 emplois seront créés progressivement d'ici 2009", annonce Glaxo. Et une fois les nouvelles unités pleinement opérationnelles en 2011, il "comptera (...) près de 750 collaborateurs", y compris les 125 salariés de Stérilyo. Le site développera aussi ses futurs vaccins conjugués contre la méningite et le vaccin contre la grippe.

 En 2011, plus de 300 millions de doses de vaccins seront produites chaque année à Saint-Amand. Ce site sera l'un des sites de productions de vaccins les plus importants pour GSK avec Rixensart et Wavre en Belgique.

"Parmi les principaux atouts qui ont présidé à la décision" d'implantation en France, figurent "l'implication des autorités nationales en termes d'attractivité, le haut niveau de formation et de capacité de recherche, la tradition et le savoir faire technologique, les infrastructures et le rationnel industriel", a expliqué Christophe Weber, président de GSK France, au cours d'une conférence de presse à Paris.  (La France attire encore des sociétés sur son territoire, tout ne part pas à l'étranger, fort heureusement)

 "C'est une satisfaction pour l'emploi car la région Nord Pas-de-Calais a beaucoup souffert des crises industrielles, notamment dans le charbon et le textile", a commenté le député-maire communiste de Saint-Amand Alain Bocquet. Pour les 300 premiers emplois créés, l'Etat a apporté au titre de la prime d'aménagement du territoire une aide de 3,38 millions d'euros, "le taux maximum possible", selon le ministre délégué à l'Aménagement du territoire, Christian Estrosi. "Je suis fier et heureux que le vaccin (...) Cervarix soit produit dans la région de Valenciennes, qui poursuit ainsi sa redynamisation économique dans un secteur particulièrement porteur d'avenir pour l'emploi", s'est réjoui le ministre de la Cohésion sociale Jean-Louis Borloo dans un communiqué.

 Cet investissement industriel fait suite à l'implantation de Toyota à la fin des années 1990.

 Ndlr: GSK emploie 100.000 personnes dans le monde dont 5.600 en France. Le groupe a dégagé un chiffre d'affaires de 31,7 milliards d'euros en 2005.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2006 7 01 /10 /octobre /2006 01:07

Une équipe du CHU de Bordeaux a réussi mercredi 27 septembre 2006 la première opération chirurgicale en apesanteur, à bord d'un avion de la société Novespace, en retirant "sans aucune difficulté particulière" une tumeur graisseuse du bras d'un patient volontaire.
chirurgie-apesanteur-1.jpg

"On n'a pas cherché à faire un exploit technique mais à réaliser un test de faisabilité. On s'est mis en situation réelle pour opérer dans les conditions spatiales", a indiqué le responsable de l'expérience le professeur Dominique Martin du CHU de Bordeaux au cours d'un point presse.

"Maintenant on sait qu'un être humain pourra se faire opérer dans l'espace sans trop de difficultés", a-t-il ajouté.

L'Airbus A300 de la société Novespace avait décollé à 09H30 de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac, avec à son bord trois chirurgiens et deux anesthésistes qui ont réalisé en "moins de 10 minutes", selon le professeur Martin, l'ablation d'une tumeur graisseuse à l'avant bras d'un patient volontaire de 46 ans. 

Le vol de l'avion, capable de recréer les conditions de l'apesanteur, a duré trois heures. L'appareil a été en situation d'apesanteur au cours de trente-deux phases d'une vingtaine de secondes chacune.
"Ce n'est pas plus impressionnant que ça. Il n'y a pas eu de surprises car on a fait plein de répétitions", a indiqué le patient Philippe Sanchot aux journalistes, notant toutefois avoir "décollé de deux ou trois centimètres de la table d'opération" au cours des périodes d'apesanteur. "Si on avait eu deux heures d'apesanteur continue, on aurait pu opérer une appendicite", a souligné le professeur Martin. 
chirurgie-apesanteur-2.jpg

 

"On a simplement fait la démonstration que notre matériel est adéquat et pouvait être utilisé dans la station spatiale internationale", a-t-il poursuivi, estimant qu'"opérer dans un contexte spatial ne posera pas de problème sauf peut-être en chirurgie vasculaire".

 

L'équipe médicale était équipée de harnais d'alpinistes et arrimée au sol avec des mousquetons fixés sur des rails, tandis que les instruments médicaux devaient être reposés sur de puissants aimants.

 

Le chirurgien a également insisté sur l'intérêt de cette expérience pour la médecine terrestre soulignant qu'"on pourra désormais faire des blocs opératoires pliables pouvant être transportés dans de petits véhicules" notamment dans le cadre d'interventions sur des catastrophes naturelles.

 

"On a choisi une opération qui pouvait être interrompue et où l'on n'était pas confronté à de gros saignements car nous ne nous sommes attaqués qu'à des tissus superficiels" de la peau, a-t-il ajouté.

 

Il a souligné que cette étape était nécessaire avant de mettre en place un procédé de téléchirurgie car "il fallait d'abord savoir nous-mêmes quels étaient les problèmes de transfert d'instruments et de monitoring du patient".

 

La prochaine étape de l'équipe médicale consiste à faire réaliser une opération chirurgicale à un robot piloté depuis une base terrestre. Le professeur Martin espère que cette intervention pourra avoir lieu d'ici l'an prochain
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2006 2 26 /09 /septembre /2006 07:29

Saint-Come et Saint-Damien sont les protecteurs des médecins et des chirurgiens. Une célébration en leur honneur est donnée chaque année le 26 septembre en leur honneur pour l'ensemble des professionnels de santé.

Frères jumeaux, nés en Arabie, ils exercent gratuitement la médecine dans la ville portuaire d'Égée (maintenant Haylazli, sur le golfe d'Iskenderun, l'ancienne Alexandrette) en Cilicie (Asie Mineure). Ils atteignent une grande réputation. Ils sont dits « anargyres » ou « gratuits secoureurs » car ils n'acceptent aucune rétribution. Ainsi diffusent-ils la foi chrétienne parmi leurs patients.
Ils passent pour guérir les animaux comme les hommes. C'est ainsi qu'ils guérissent la patte d'un chameau blessé.
Quand la persécution de Dioclétien commence, le proconsul Lysias fait arrêter Côme et Damien et leur ordonne de renier leur foi. 
Ils sont jetés enchaînés dans la mer (comme Vincent de Saragosse), mais un ange rompt leurs liens et les ramène au rivage. 
Lysias les fait attacher à un poteau et ordonne de les brûler vifs ; mais les flammes se retournent contre les bourreaux. On tente de les lapider, de les percer de flèches (comme Sébastien), mais les flèches et les pierres refusent de les frapper. Après tous ces tourments surmontés par une force divine, de guerre lasse, Lysias les fait décapiter. 
Leurs trois frères Anthime, Léonce et Euprepius meurent en martyrs avec eux. 
L'exécution aurait eu lieu un 27 septembre, probablement en l'an 287.

Les restes des martyrs furent enterrés à Cyr, ville épiscopale de Théodoret (en Syrie). 

L'empereur Justinien (527-565) restaura somptueusement la cité en leur honneur. Ayant été guéri d'une dangereuse maladie par l'intercession de Côme et Damien, Justinien, en remerciement, reconstruisit et orna leur église à Constantinople, qui devint un lieu de pélerinage. 
À Rome, le pape Symmaque (498-514) leur dédia un oratoire et Félix IV (526-530) une basilique au Forum, dont les mosaïques sont parmi les plus précieux vestiges de la cité.
Leur culte se répandit dans le monde entier, au point que les Grecs crurent à l'existence de plusieurs Côme et Damien (Arabie, 17 octobre ; Rome, 1er juillet ; Asie, 1er novembre ; ailleurs encore, 25 novembre).
Le culte de Côme et Damien a été diffusé en Europe à partir de la Légende dorée de Jacques de Voragine. Après leur mort, une légende rapporte la greffe miraculeuse d'une jambe empruntée à un Noir défunt au profit du sacristain de l'église Saint-Côme-et-Saint-Damien à Rome, atteint de gangrène gazeuse : il a donc une jambe noire et l'autre blanche.

Représentations
Le miracle de la greffe miraculeuse d'une jambe est représenté pour la première fois par le maître de Rinuccini au XIVe siècle (retable des saints Côme et Damien, Raleigh, North Carolina Museum of Art), puis par Fra Angelico (La Guérison du diacre Justinien, retable de San Marco offert par Côme de Médicis, 1438-1440, Florence, musée de Saint-Marc).
Les épisodes et les miracles principaux des deux saints sont narrés au XVIe siècle (fresques de la voûte du dôme de la cathédrale d'Essen) ; la guérison du chameau, le supplice, la Main de Dieu qui leur tend une trousse de chirurgien.

Côme et Damien sont considérés comme les saints patrons des médecins et des chirurgiens. Il sont représentés avec une robe fourrée, un chaperon ou bonnet cylindrique de médecin, une trousse et des instruments de chirurgien.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2006 2 26 /09 /septembre /2006 03:15

"Halte à l'infarctus !" C'est le maître mot des cardiologues pour la Semaine du Coeur qui débute aujourd'hui. Avec 120 000 infarctus dont un tiers se terminent tragiquement, les chiffres sont malheureusement toujours aussi stables ! Alors que l'on peut les éviter...

"Ne pas fumer, avoir une alimentation équilibrée et pratiquer régulièrement une activité physique diminuent considérablement les risques d'infarctus".  Hypercholestérolémie, hypertension,^diabète et sédentarité favorisent la survenance d'un infarctus.

La Fédération Française de Cardiologie rappellle que l'infarctus n'est pas l'apanage des sujets âgés. Chez les plus jeunes, le tabac est vraiment à proscrire. En effet, 80% des moins de 45 ans victimes d'un accident cardiaque sont fumeurs !  Le tabac tue.

L'autre objectif de cette semaine, c'est d'ancrer dans toutes les mémoires le réflexe du recours au 15, un numéro de téléphone gratuit et indispensable pour une prise en charge efficace ! Actuellement, seules 30% des victimes ou des proches concernés le composent pour faire appel au SAMU. Comme l'affirme le Pr Pierre Carli, chef du service anesthésie-réanimation au CHU Necker, "en cas de douleur dans la poitrine intense et prolongée, il ne faut pas paniquer et ne pas perdre son temps. Faites alors le 15 ! On ne vous reprochera jamais de vous être trompé".

Enfin les Français ne sont pas assez nombreux à connaître les gestes qui sauvent : seulement 7% ! "Si toute la population était formée, il serait possible de sauver 20% à 25% des victimes d'infarctus" estime la FFC. Dans certains pays européens, 30% de la population est en mesure de dispenser les premiers soins... Lors de la journée d'appel à la préparation à la défense, la loi de santé publique d'août 2004 a instauré un module qui initiera les jeunes aux gestes qui sauvent. Cela devrait inviter tous ces jeunes à se former par la suite pour obtenir l'Attestation de Formation aux Premiers Secours (AFPS). Dans la rue, chez vous, dans le métro ou entre amis, cela peut toujours servir. Pensez-y?

A propos, à titre d'information, vous, lecteurs, pouvez-vous indiquer en commentaire si vous possédez ou avez suivi une formation d'AFPS, si quelqu'un dans votre entourage la possède où si vous êtes pour une formation obligatoire, pour faire des statistiques? Merci

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2006 1 25 /09 /septembre /2006 16:33

Plusieurs hôpitaux franciliens sont confrontés à des bactéries résistantes aux antibiotiques, dites "erv", qui ont"colonisé" depuis deux ans 313 personnes dans des établissements de l'Assistance-publique de Paris (AP-HP) et seraient en partie responsables du décès de trois d'entre elles, d'après la Direction générale de la santé.

La bactérie "erv" (entérocoques résistant à la vancomycine) est à l'origine de "313 cas de colonisation (ndr: porteurs) depuis août 2004 dans des hôpitaux de l'AP-HP de Paris, dont 53 avec pathologies, essentiellement des infections urinaires", a indiqué dimanche à l'AFP le Pr Didier Houssin, directeur général de la santé, confirmant des chiffres parus dans Le Parisien. 

"Parmi ces cas, on relève trois décès auxquels on pense que la bactérie a contribué", ajoute-t-il. 

Ces trois décès, survenus à l'hôpital Bicêtre (Val-de-Marne), étaient d'ailleurs signalés dans un point sur cette variété de bactéries résistantes, publié en mars dernier dans un bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'Institut de veille sanitaire (InVS).

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2006 1 25 /09 /septembre /2006 06:03

La Haute Autorité de Santé (HAS) est un organisme chargé d'aider le ministre de la santé dans les choix de remboursement des spécialités médicales en fonction d'un service médical rendu (SMR). Le SMR d'un médicament (apprécié en fonction de son efficacité, effets indésirables, gravité de la pathologie traitée, etc.), peut être insuffisant, faible ou modéré (suffisant), important.

La HAS travaille, depuis le printemps, sur la question du remboursement par l'assurance maladie de 238 spécialités dont le service médical rendu a été jugé "insuffisant" lors d'une première "évaluation" effectuée en 1999.

Une première vague de 82 médicaments jugés en 1999 à SMRI avait été radiée de la liste des médicaments remboursables par la sécurité sociale à l'été 2003, tandis qu'une deuxième vague a été touchée cette année, soit par un déremboursement complet (156 médicaments au 1er mars), soit par un passage de remboursement de 35 à 15% (62 veinotoniques au 1er février).

 

Le 6 septembre, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand avait prévenu qu'il serait "très attentif aux conditions de mise en oeuvre" de cette éventuelle nouvelle vague de déremboursement.

La HAS  va préconiser de dérembourser, à terme, environ 145 médicaments au service médical rendu insuffisant (SMRI), dans un avis au gouvernement qu'elle devrait rendre début octobre. Il devrait s'agir essentiellement de vasodilatateurs, notamment prescrits pour les pathologies du vieillissement, pour les troubles cognitifs, et d'anti-infectieux.

Les avis de la HAS sont consultatifs, et c'est le ministre de la Santé qui décide de suivre son avis ou non. Alors, il n'y a plus qu'attendre le "verdict" du ministre.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2006 7 24 /09 /septembre /2006 01:38

¤ IVG: 210.700 en France en 2004

Le recours à l'interruption volontaire de grossesse en France métropolitaine a progressé en 2004, après un léger repli en 2003, avec quelque 210.700 femmes concernées dont 11.500 mineures. "Depuis leur autorisation en 1975, le nombre d'IVG n'a que peu varié en France métropolitaine", fait cependant remarquer la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques(DREES), dans son étude rendue publique. (ndlr: quand on se rappelle les arguments des hostiles à l'IVG !!!

 

Sur 1.000 femmes âgées de 15 à 49 ans, 14,6 ont eu recours à une IVG en 2004, contre 14,1 en 2003, et 12,3 en 1995. Au total, 75% des IVG sont pratiquées chez des femmes âgées de 18 à 35 ans, mais parmi elles, ce sont les plus jeunes, entre 20 et 24 ans, qui y ont le plus souvent recours (27 IVG pour 1.000). Les IVG ont progressé en particulier chez les mineures (+32% entre 1990 et 2004), concernant en 2004 11.500 jeunes filles âgées de 15 à 17 ans, soit une sur 100.

 

La grande majorité des IVG sont réalisées dans le secteur hospitalier public (70%) . Dans près de 90% des cas, l'hospitalisation ne dépasse pas 12 heures et la durée moyenne entre la date de la demande d'IVG déposée auprès d'un établissement de santé et l'acte est d'environ 9 jours, un délai très stable d'année en année. (Ndlr: Il faut donc se méfier des semblants de reportages où l'on montre des délais d'attente de plusieurs mois pour ne pas pratiquer l'IVG demandée et maintes fois réaffirmée).

 

La part des IVG médicamenteuses, qui peuvent être pratiquées jusqu'à sept semaines d'aménorrhée (fin de la cinquième semaine de grossesse), dans un établissement public ou privé autorisé, continue de croître : 42% en 2004 contre 38% en 2003 et 20% en 1998. Cette méthode constitue une alternative médicale à l'IVG par aspiration utérine (méthode instrumentale ou chirurgicale). Depuis juillet 2004, les IVG médicamenteuses peuvent être pratiquées dans le cadre de la médecine de ville, par un praticien ayant passé une convention avec un établissement hospitalier. Au 31 décembre 2005, environ 500 médecins conventionnés ont pratiqué  le nombre de 10 000 IVG médicamenteuses hors hôpital.

 

De fortes disparités régionales dans le nombre d'IVG persistent entre l'Ile-de-France, la Corse, le Languedoc-Roussillon et la Provence-Alpes-Côte-d'Azur et les DOM comme la Guadeloupe et la Guyane.

 

"La tendance à la hausse du nombre d'IVG ne semble pas s'expliquer par une moindre utilisation des contraceptifs", souligne la Drees.

 

¤La contraception demeure
 
En 2005, en effet, 71% des personnes âgées de 15 à 54 ans qui ont eu des rapports sexuels ont utilisé un moyen contraceptif. Chez les jeunes, la contraception est aussi de plus en plus courante: la pilule reste le moyen de contraception le plus pratiqué: 68% des 15-19 ans avec le préservatif: 56% qui disent l'utiliser. Par ailleurs, les femmes connaissent et utilisent de plus en plus (13,9%) la contraception d'urgence, accessible en pharmacie sans prescription médicale depuis juin 1999.
 
Le message de santé publique et de prévention contre les Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) semble avoir fait son effet. Cependant, à aucun moment, la vigilance ne doit s'affaiblir

SORTEZ COUVERTS.
 

Que cela vous inspire-t-il? Laissez vos comentaires....
Partager cet article
Repost0
21 septembre 2006 4 21 /09 /septembre /2006 12:51

Jeudi 21 septembre, journée mondiale de la maladie d'Alzheimer

Cette maladie a été décrite pour la première fois le 4 novembre 1906 par le Dr Alois Alzheimer. C’est une forme de démence sénile. S’aggravant de façon lente et progressive, elle détruit les neurones du cerveau. Les premières zones du cerveau touchées sont la mémoire, le langage, le comportement, le jugement et le système moteur. Puisqu’elle est évolutive, les symptômes s’aggravent et le malade ne peut plus raisonner, juger, calculer. Il ne reconnaît plus son entourage. A terme, cette maladie se traduit par l’alitement. Le malade ne meurt pas de l’Alzheimer mais de ses complications.

Cette maladie affecte davantage les femmes (70 % des malades) car elles vivent plus longtemps. Les autres facteurs de risque sont une dépression antérieure, l’alcoolisme, un manque d’aluminium et une perte d’oestrogène. Elle n’est pas héréditaire mais familiale dans 1 % des cas et il n’y a pas de guérison possible.

Le plus terrible avec l’Alzheimer, c’est qu’elle est diagnostiquée lorsqu’elle a déjà atteint un stade avancé. D’où le thème de la Journée internationale cette année qui est No Time To Lose.

Pour faire réagir et prendre conscience de la maldie, jeudi 21 septembre, est lancé un plan d’action qui comprendra plusieurs axes dont la sensibilisation par des causeries publiques et la médiatisation, la compilation d’un registre des malades de l’Alzheimer, la formation des parents, du personnel soignant et celui employé dans les maisons de retraite.

Une perte de la mémoire récente chez une personne âgée est un premier signe car le vieillissement physiologique ne comprend pas ce symptôme.  L’Imagerie par résonance magnétique (IRM) confirmera ou infirmera ce diagnostic.

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2006 4 21 /09 /septembre /2006 12:38

Cancer de la protstate: 50 000 nouveaux cas par an . Voici la première maladie et l'une des causes de mortalité les plus fréquentes pour les hommes de plus de 50 ans. Pour équivalence, le cancer du sein représente chez les femmes 52 000 nouveaux cas par an.

Le dépistage dans un cas comme dans l'autre permet de prendre la maldie à ses débuts pour éviter une thérapeutique trop lourde.

Ce jeudi 21 septembre est la journée de dépistage des troubles de la prostate. Un simple dosage lors d'une alayse sanguine du taux de PSA permet, en complément d'un toucher rectal qui vérifiera la glande prostatique, que tout est normal.

Le message passe de plus en plus par les femmes qui prennent rendez-vous pour leurs époux.

Un message fort de santé publique doit donc inviter chaque homme compris dans cette catégorie à aller au moins une fois effectuer ce dépistage, ne serait-ce que pour sa santé. Effectivement, il est assez difficile d'aller voir son médecin pour un dépistage mais cela vaut le coup de savoir et d'être traité à temps pour une maladie relativement invisible.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2006 2 19 /09 /septembre /2006 15:07

L'enquête Obepi (réalisée par TNS Healthcare Sofres auprès de 23.747 adultes de 15 ans et plus est financée par la firme Roche, Institut Roche de l'Obésité, est la 4e après celles de 1997, 2000 et 2003) vient de rendre public ses résultats: la France compte 5,9 millions d’obèses en 2006, soit 2.247.000 de plus qu’en 1998.

En neuf ans, la population a pris en moyenne de 2,1 kilos et grandit 4 millimètres. Leurs ventres s’est arrondi de 3,4 cm en moyenne.
«Toutes les générations sont touchées, mais on devient obèse de plus en plus tôt, ce qui fait craindre des conséquences plus importantes et plus précoces pour les jeunes générations », expliquent Arnaud Basdevant, spécialiste de la nutrition à l’Hôtel Dieu, et Marie-Aline Charles, épidémiologiste à l’Inserm, responsables de l’enquête.

Parmi les 65 ans et plus, la proportion d'obèses est plus importante que dans la population générale.

La fréquence de l'obésité, considérée comme une épidémie par l'Organisation mondiale de la santé(OMS), reste inversement proportionnelle aux revenus. Pour preuve, près de 19 % des obèses disposent de moins de 900 euros par mois, 18 % entre 2.900 et 1.200 euros, contre moins de 5 % à partir de 5.301 euros. Les experts notent également qu’aucune région n’est épargnée par la progression de l’obésité. Dans l’ordre des régions les plus touchées, viennent le Nord - région pauvre (18,1 %), l’Est (14,1 %) puis le Bassin Parisien (13,4 %).

Seul point rassurant :  l’obésité progresse moins vite : + 9,7 % en 2006 par rapport à 2003 contre + 17 % entre 1997 et 2000, et entre 2000 et 2003.
Toutefois, les formes graves d’obésité progressent régulièrement : de 0,3 % en 1997 à 0,8 % en 2006.  "Le système de santé doit s'attendre à accueillir de plus en plus d'obésités graves, y compris parmi les plus de 65 ans », avertit le professeur Basdevant. Selon Marie-Aline Charles, « pour la génération née à la fin des années 70, la fréquence de 10 % d'obèses sera atteinte vers l'âge de 30 ans, alors qu'une proportion similaire a été atteinte vers 45 ans pour ceux nés dans les années 50 et vers 70 ans pour ceux nés dans les années 20"

L'étude montre aussi qu "Un obèse a dix fois plus de risque d'être traité pour trois facteurs de risques vasculaires (diabète, hypertension, anomalies des graisses du sang) qu'une personne de poids normal", vous devriez réflechir avant de manger !!!

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2006 2 19 /09 /septembre /2006 14:46

Une grève des cliniques était prévue par la Fédération de l'Hospitalisation privée (FHP) pour le 19 septembre 2006 suite à une délibération de son assemblée plénière du 7 septembre 2006 en réponse au souhait du ministre de la santé et des solidarités, Xavier Bertrand, de diminuer les tarifs des cliniques privées de 3% des remboursements obtenus par la sécurité sociale (cf article précédent). Cette diminution représenterait 60 millions d'euros pour les cliniques sur un plan d'économie de 350 millions d'euros pour sauver le régime général d'assurance maladie mal en point (cf article sur le rapport de la Cour des comptes) Aucune mesure ne sera faite à l'encontre des assurés sociaux. Elles « entendent ainsi réagir à une décision qu'elles jugent aberrante, qui se révélera au final contraire aux objectifs de maîtrise des dépenses d'Assurance Maladie. » 

La FHP a déclaré à l'AFP que le "mouvement est suivie à 92%" sur les 1 250 cliniques du pays: aussi bien en Médecine, Chirurgie, Obstértique (MCO) qu'en psychiatrie et soins de suite. Pour détail, 100% des cliniques sont en grève en Lorraine, Nord Pas-de-Calais, Picardie, et Champagne-Ardennes. Parmi les déclarations que la FHP a pu faire on peut retenir: "les blocs opératoires sont fermés, aucune opération programmée n'est réalisée, il n'y a pas de consultations" et "seules sont assurés les urgences vitales et les accouchements qui ne peuvent être reportés".

Il est à noter que le secteur privé assure en France la prise en charge d'une hospitalisation sur deux, avec un coût pour l'Assurance Maladie inférieur de 50% à celui de l'hôpital public. Il est aussi à souligner que cette baisse de 3 points demandée aux cliniques n'est que temporaire et n'intervient que pour les 3 derniers mois de l'année 2006. En janvier 2007, les tarifs reviendront à leur niveau.

La Fédération hospitalière de France (FHF), qui représente les hôpitaux publics, a jugé les efforts financiers demandés aux cliniques "anormalement faibles" comparés à ceux imposés aux hôpitaux, touchés par le plan d'économies à hauteur de 115 millions d'euros.

Partager cet article
Repost0

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles

CatÉGories