Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
25 septembre 2006 1 25 /09 /septembre /2006 06:03

La Haute Autorité de Santé (HAS) est un organisme chargé d'aider le ministre de la santé dans les choix de remboursement des spécialités médicales en fonction d'un service médical rendu (SMR). Le SMR d'un médicament (apprécié en fonction de son efficacité, effets indésirables, gravité de la pathologie traitée, etc.), peut être insuffisant, faible ou modéré (suffisant), important.

La HAS travaille, depuis le printemps, sur la question du remboursement par l'assurance maladie de 238 spécialités dont le service médical rendu a été jugé "insuffisant" lors d'une première "évaluation" effectuée en 1999.

Une première vague de 82 médicaments jugés en 1999 à SMRI avait été radiée de la liste des médicaments remboursables par la sécurité sociale à l'été 2003, tandis qu'une deuxième vague a été touchée cette année, soit par un déremboursement complet (156 médicaments au 1er mars), soit par un passage de remboursement de 35 à 15% (62 veinotoniques au 1er février).

 

Le 6 septembre, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand avait prévenu qu'il serait "très attentif aux conditions de mise en oeuvre" de cette éventuelle nouvelle vague de déremboursement.

La HAS  va préconiser de dérembourser, à terme, environ 145 médicaments au service médical rendu insuffisant (SMRI), dans un avis au gouvernement qu'elle devrait rendre début octobre. Il devrait s'agir essentiellement de vasodilatateurs, notamment prescrits pour les pathologies du vieillissement, pour les troubles cognitifs, et d'anti-infectieux.

Les avis de la HAS sont consultatifs, et c'est le ministre de la Santé qui décide de suivre son avis ou non. Alors, il n'y a plus qu'attendre le "verdict" du ministre.

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
24 septembre 2006 7 24 /09 /septembre /2006 01:38

¤ IVG: 210.700 en France en 2004

Le recours à l'interruption volontaire de grossesse en France métropolitaine a progressé en 2004, après un léger repli en 2003, avec quelque 210.700 femmes concernées dont 11.500 mineures. "Depuis leur autorisation en 1975, le nombre d'IVG n'a que peu varié en France métropolitaine", fait cependant remarquer la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques(DREES), dans son étude rendue publique. (ndlr: quand on se rappelle les arguments des hostiles à l'IVG !!!

 

Sur 1.000 femmes âgées de 15 à 49 ans, 14,6 ont eu recours à une IVG en 2004, contre 14,1 en 2003, et 12,3 en 1995. Au total, 75% des IVG sont pratiquées chez des femmes âgées de 18 à 35 ans, mais parmi elles, ce sont les plus jeunes, entre 20 et 24 ans, qui y ont le plus souvent recours (27 IVG pour 1.000). Les IVG ont progressé en particulier chez les mineures (+32% entre 1990 et 2004), concernant en 2004 11.500 jeunes filles âgées de 15 à 17 ans, soit une sur 100.

 

La grande majorité des IVG sont réalisées dans le secteur hospitalier public (70%) . Dans près de 90% des cas, l'hospitalisation ne dépasse pas 12 heures et la durée moyenne entre la date de la demande d'IVG déposée auprès d'un établissement de santé et l'acte est d'environ 9 jours, un délai très stable d'année en année. (Ndlr: Il faut donc se méfier des semblants de reportages où l'on montre des délais d'attente de plusieurs mois pour ne pas pratiquer l'IVG demandée et maintes fois réaffirmée).

 

La part des IVG médicamenteuses, qui peuvent être pratiquées jusqu'à sept semaines d'aménorrhée (fin de la cinquième semaine de grossesse), dans un établissement public ou privé autorisé, continue de croître : 42% en 2004 contre 38% en 2003 et 20% en 1998. Cette méthode constitue une alternative médicale à l'IVG par aspiration utérine (méthode instrumentale ou chirurgicale). Depuis juillet 2004, les IVG médicamenteuses peuvent être pratiquées dans le cadre de la médecine de ville, par un praticien ayant passé une convention avec un établissement hospitalier. Au 31 décembre 2005, environ 500 médecins conventionnés ont pratiqué  le nombre de 10 000 IVG médicamenteuses hors hôpital.

 

De fortes disparités régionales dans le nombre d'IVG persistent entre l'Ile-de-France, la Corse, le Languedoc-Roussillon et la Provence-Alpes-Côte-d'Azur et les DOM comme la Guadeloupe et la Guyane.

 

"La tendance à la hausse du nombre d'IVG ne semble pas s'expliquer par une moindre utilisation des contraceptifs", souligne la Drees.

 

¤La contraception demeure
 
En 2005, en effet, 71% des personnes âgées de 15 à 54 ans qui ont eu des rapports sexuels ont utilisé un moyen contraceptif. Chez les jeunes, la contraception est aussi de plus en plus courante: la pilule reste le moyen de contraception le plus pratiqué: 68% des 15-19 ans avec le préservatif: 56% qui disent l'utiliser. Par ailleurs, les femmes connaissent et utilisent de plus en plus (13,9%) la contraception d'urgence, accessible en pharmacie sans prescription médicale depuis juin 1999.
 
Le message de santé publique et de prévention contre les Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) semble avoir fait son effet. Cependant, à aucun moment, la vigilance ne doit s'affaiblir

SORTEZ COUVERTS.
 

Que cela vous inspire-t-il? Laissez vos comentaires....
Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
21 septembre 2006 4 21 /09 /septembre /2006 12:51

Jeudi 21 septembre, journée mondiale de la maladie d'Alzheimer

Cette maladie a été décrite pour la première fois le 4 novembre 1906 par le Dr Alois Alzheimer. C’est une forme de démence sénile. S’aggravant de façon lente et progressive, elle détruit les neurones du cerveau. Les premières zones du cerveau touchées sont la mémoire, le langage, le comportement, le jugement et le système moteur. Puisqu’elle est évolutive, les symptômes s’aggravent et le malade ne peut plus raisonner, juger, calculer. Il ne reconnaît plus son entourage. A terme, cette maladie se traduit par l’alitement. Le malade ne meurt pas de l’Alzheimer mais de ses complications.

Cette maladie affecte davantage les femmes (70 % des malades) car elles vivent plus longtemps. Les autres facteurs de risque sont une dépression antérieure, l’alcoolisme, un manque d’aluminium et une perte d’oestrogène. Elle n’est pas héréditaire mais familiale dans 1 % des cas et il n’y a pas de guérison possible.

Le plus terrible avec l’Alzheimer, c’est qu’elle est diagnostiquée lorsqu’elle a déjà atteint un stade avancé. D’où le thème de la Journée internationale cette année qui est No Time To Lose.

Pour faire réagir et prendre conscience de la maldie, jeudi 21 septembre, est lancé un plan d’action qui comprendra plusieurs axes dont la sensibilisation par des causeries publiques et la médiatisation, la compilation d’un registre des malades de l’Alzheimer, la formation des parents, du personnel soignant et celui employé dans les maisons de retraite.

Une perte de la mémoire récente chez une personne âgée est un premier signe car le vieillissement physiologique ne comprend pas ce symptôme.  L’Imagerie par résonance magnétique (IRM) confirmera ou infirmera ce diagnostic.

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
21 septembre 2006 4 21 /09 /septembre /2006 12:38

Cancer de la protstate: 50 000 nouveaux cas par an . Voici la première maladie et l'une des causes de mortalité les plus fréquentes pour les hommes de plus de 50 ans. Pour équivalence, le cancer du sein représente chez les femmes 52 000 nouveaux cas par an.

Le dépistage dans un cas comme dans l'autre permet de prendre la maldie à ses débuts pour éviter une thérapeutique trop lourde.

Ce jeudi 21 septembre est la journée de dépistage des troubles de la prostate. Un simple dosage lors d'une alayse sanguine du taux de PSA permet, en complément d'un toucher rectal qui vérifiera la glande prostatique, que tout est normal.

Le message passe de plus en plus par les femmes qui prennent rendez-vous pour leurs époux.

Un message fort de santé publique doit donc inviter chaque homme compris dans cette catégorie à aller au moins une fois effectuer ce dépistage, ne serait-ce que pour sa santé. Effectivement, il est assez difficile d'aller voir son médecin pour un dépistage mais cela vaut le coup de savoir et d'être traité à temps pour une maladie relativement invisible.

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
19 septembre 2006 2 19 /09 /septembre /2006 15:07

L'enquête Obepi (réalisée par TNS Healthcare Sofres auprès de 23.747 adultes de 15 ans et plus est financée par la firme Roche, Institut Roche de l'Obésité, est la 4e après celles de 1997, 2000 et 2003) vient de rendre public ses résultats: la France compte 5,9 millions d’obèses en 2006, soit 2.247.000 de plus qu’en 1998.

En neuf ans, la population a pris en moyenne de 2,1 kilos et grandit 4 millimètres. Leurs ventres s’est arrondi de 3,4 cm en moyenne.
«Toutes les générations sont touchées, mais on devient obèse de plus en plus tôt, ce qui fait craindre des conséquences plus importantes et plus précoces pour les jeunes générations », expliquent Arnaud Basdevant, spécialiste de la nutrition à l’Hôtel Dieu, et Marie-Aline Charles, épidémiologiste à l’Inserm, responsables de l’enquête.

Parmi les 65 ans et plus, la proportion d'obèses est plus importante que dans la population générale.

La fréquence de l'obésité, considérée comme une épidémie par l'Organisation mondiale de la santé(OMS), reste inversement proportionnelle aux revenus. Pour preuve, près de 19 % des obèses disposent de moins de 900 euros par mois, 18 % entre 2.900 et 1.200 euros, contre moins de 5 % à partir de 5.301 euros. Les experts notent également qu’aucune région n’est épargnée par la progression de l’obésité. Dans l’ordre des régions les plus touchées, viennent le Nord - région pauvre (18,1 %), l’Est (14,1 %) puis le Bassin Parisien (13,4 %).

Seul point rassurant :  l’obésité progresse moins vite : + 9,7 % en 2006 par rapport à 2003 contre + 17 % entre 1997 et 2000, et entre 2000 et 2003.
Toutefois, les formes graves d’obésité progressent régulièrement : de 0,3 % en 1997 à 0,8 % en 2006.  "Le système de santé doit s'attendre à accueillir de plus en plus d'obésités graves, y compris parmi les plus de 65 ans », avertit le professeur Basdevant. Selon Marie-Aline Charles, « pour la génération née à la fin des années 70, la fréquence de 10 % d'obèses sera atteinte vers l'âge de 30 ans, alors qu'une proportion similaire a été atteinte vers 45 ans pour ceux nés dans les années 50 et vers 70 ans pour ceux nés dans les années 20"

L'étude montre aussi qu "Un obèse a dix fois plus de risque d'être traité pour trois facteurs de risques vasculaires (diabète, hypertension, anomalies des graisses du sang) qu'une personne de poids normal", vous devriez réflechir avant de manger !!!

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
19 septembre 2006 2 19 /09 /septembre /2006 14:46

Une grève des cliniques était prévue par la Fédération de l'Hospitalisation privée (FHP) pour le 19 septembre 2006 suite à une délibération de son assemblée plénière du 7 septembre 2006 en réponse au souhait du ministre de la santé et des solidarités, Xavier Bertrand, de diminuer les tarifs des cliniques privées de 3% des remboursements obtenus par la sécurité sociale (cf article précédent). Cette diminution représenterait 60 millions d'euros pour les cliniques sur un plan d'économie de 350 millions d'euros pour sauver le régime général d'assurance maladie mal en point (cf article sur le rapport de la Cour des comptes) Aucune mesure ne sera faite à l'encontre des assurés sociaux. Elles « entendent ainsi réagir à une décision qu'elles jugent aberrante, qui se révélera au final contraire aux objectifs de maîtrise des dépenses d'Assurance Maladie. » 

La FHP a déclaré à l'AFP que le "mouvement est suivie à 92%" sur les 1 250 cliniques du pays: aussi bien en Médecine, Chirurgie, Obstértique (MCO) qu'en psychiatrie et soins de suite. Pour détail, 100% des cliniques sont en grève en Lorraine, Nord Pas-de-Calais, Picardie, et Champagne-Ardennes. Parmi les déclarations que la FHP a pu faire on peut retenir: "les blocs opératoires sont fermés, aucune opération programmée n'est réalisée, il n'y a pas de consultations" et "seules sont assurés les urgences vitales et les accouchements qui ne peuvent être reportés".

Il est à noter que le secteur privé assure en France la prise en charge d'une hospitalisation sur deux, avec un coût pour l'Assurance Maladie inférieur de 50% à celui de l'hôpital public. Il est aussi à souligner que cette baisse de 3 points demandée aux cliniques n'est que temporaire et n'intervient que pour les 3 derniers mois de l'année 2006. En janvier 2007, les tarifs reviendront à leur niveau.

La Fédération hospitalière de France (FHF), qui représente les hôpitaux publics, a jugé les efforts financiers demandés aux cliniques "anormalement faibles" comparés à ceux imposés aux hôpitaux, touchés par le plan d'économies à hauteur de 115 millions d'euros.

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
18 septembre 2006 1 18 /09 /septembre /2006 20:03

Le 24 septembre 2006 a lieu les Virades de l'espoir dans toute la France.

Le but est de récolter des fonds pour améliorer le quotidien de personnes atteintes de mucoviscidose. Cette année, les parrains sont Isabelle Carré et François Cluzet. Actuellement, on dénombre plus de 6 000 personnes. Grâce aux dons, l'espérance de vie a été augmenté: de 7 ans, elle est actuellement de 42 ans. Mais il leur faut encore compter 1h30 de soins quotidiens.

Pour Paris, vous pourrez vous rendre sur les jardins du Luxembourg.

Si vous ne pouvez pas vous pouvez adresser vos dons à Vaincre la mucoviscidose, 181 rue de Tolbiac, 75013 Paris ou par internet

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
16 septembre 2006 6 16 /09 /septembre /2006 06:59

Chers patients,

Je vous informe que les 250 cliniques de notre pays se mettront en grève le 19 septembre 2006.

Ne craignez rien: ceux d'entre vous qui doivent subir une intervention urgente ou impérieuse ce jour là l'auront. Les médecins, par le serment qu'il prononce, soignent ceux qui le nécessitent mais uniquement ceux-là. 
Le préfet peut, au pire des cas, les réquisitionner. La santé est un service public qui ne doit en aucun cas s'interrompre. 

Voir la précédente grève.

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles