Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 11:52

La Haute Autorité de Santé a élaboré un projet de rapport sur le transsexualisme et sa prise en charge médicale et souhaite recueillir l’avis de toutes les personnes concernées.

Cette consultation publique débute aujourd’hui et se termine le 31 mai 2009


A la demande du ministère de la Santé et des caisses d’Assurance Maladie, la HAS a rédigé un projet de rapport sur «Situation actuelle et perspectives d’évolution de la prise en charge médicale du transsexualisme en France».

Ce document traite de l’ensemble de la prise en charge du transsexualisme par le système de santé.

Il aborde la prise en charge médicale - diagnostic, hormonothérapie et chirurgie de réassignation - mais également les questions socio-culturelles et juridiques.

Il résulte d’une analyse de la situation au cours de laquelle la HAS a rencontré des transsexuels, des professionnels de santé et des institutionnels.

Afin de recueillir l’avis de tous les acteurs concernés dans la prise en charge du transsexualisme en France, la HAS met aujourd’hui en ligne le projet de rapport (voir documents ci-dessous)


A l’issue de cette phase de consultation publique, qui débute ce jour et se termine le 31 mai 2009, une synthèse et une analyse des commentaires recueillis seront effectuées par la HAS, qui rédigera alors la version définitive du rapport.


«Situation actuelle et perspectives d’évolution de la prise en charge médicale du transsexualisme en France»

La version disponible ci-dessous est une version intermédiaire et provisoire du rapport.

Pour chaque grande partie de ce rapport, nous allons donc vous demander des commentaires.

Ce questionnaire est complet ; vous pouvez répondre à l'ensemble des questions ou seulement à quelques unes.

Tout organisme, association ou institution souhaitant transmettre son avis sur ce projet peut télécharger ces documents, en prendre connaissance, en débattre en son sein, puis répondre au questionnaire en ligne. Un seul avis par association, institution ou organisme sera exploité.
Le questionnaire en ligne vous permet de donner votre avis de manière globale à l'ensemble du projet et de répondre chapitre par chapitre. Vous pourrez formuler des commentaires libres et vous prononcer à l'aide d'une échelle de 1 à 9.

Accès au questionnaire

Contacts
Responsable du service presse
Florence Gaudin

Contacts presse HAS

Virginie Lanlo / Gilles Djeyaramane

Tél : 01 55 93 73 18 ou 01 55 93 73 17

contact.presse@has-sante.fr

 

Consultation publique Transsexualisme

contact.transs@has-sante.fr


Documents

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 19:42

En collaboration entre l'Institut Ipsos et le Conseil National de l'ordre des médecins, l'Observatoire pour la sécurité des médecins a fait paraître le recensement national des incidents pour 2008.

Même si le nombre d'incidents est en 2008 de 535, ce chiffre est encore trop important, se rappochant de ceux de 2004, 2005 et 2006. En 2007, le nombre d'incidents déclarés était de 837. Cependant, il sa'git de déclarations par les praticiens eux-mêmes qui ne reflètent peut-être pas exactement la réalité avec une sous-déclaration.

Si la population médicale est composée à 51% de généralistes et à 49% de spécialistes, les incidents concernent respectivement à 62% la première catégorie et à 35% la seconde.
Les plus touchés sont les ophtalmologistes (37), les psychiatres (26), les gynécologues obstétriciens (25), les dermatologues (12) et les radiologues (10)

Avec 39 incidents, la Seine-Saint-Denis est le département comptant le plus d'incident. Cependant, Paris (22 cas), avec une augmentation de 20 cas en 1 an, prend la quatrième place derrière le Val d'Oise (33) et le Nord (27)

L'incident le plus fréquent est l'agression verbale entre un patient et le médecin (248) suivi du vol et hold-up (99) et des agressions verbales entre le patient et une personne travaillant pour le médecin (57) Les agressions physiques représentent tout de même 61 déclarations et les lettres de menace 14.

Dans 61% des cas, l'incident arrive au cabinet d'exercice en ville.

Dans 8% des cas, une interruption temporaire de travail a été délivrée et dans 4% elle fut supérieure à 8 jours.

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 19:53
En ce moment, une campagne télévisée et des panneaux publicitaires font état d'appels aux dons en lien avce la santé.

D'une part, c'est l'Association pour la Recherche sur le cancer (ARC) qui avec le slogan "Ce serait formidable d'en arriver là" et "le Cancer, c'est la recherche qui l'aura" sollicite la générosité pour lutter contre ce fléau.

D'autre part, c'est l'Institut Pasteur qui appelle vos dons avec des affiches décalées comme "Vos dons sont un fléau pour lui", sur une affiche représentant le virus du sida, "Votre argent va s'occuper de son cas" illustrant par le parasite du paludisme en train d'envahir une cellule, "Votre argent va leur rafraîchir la mémoire", pour illuster lesneurones et les maladies neurodégénératives comme Parkinson et Alzheimer ou encore "vos dons ne vont aps l'aider" sur le cancer de l'estomac.
Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 10:09

C'est du 16 au 22 mars 2009 que se déroule grâce à la ligue nationale contre le cancer la semaine nationale de lutte contre le cancer sous le signe de la promotion des activités physiques.

Le solgan retenu attire l'attention:

et le site internet dédié de même www.fautsebouger.fr

Il s'agit d'une véritable campagne d'information de santé publique sur un ton décalé et humoristique.

Selon les mots du Pr Françis Larra, président de la Ligue nationale contre le cancer, "En 2009, la Ligue contre le cancer engage une mobilisation collective sans précédent visant à  faire de la lutte contre le cancer une lutte humaniste, transversale, proche de la population française. Face à  un problème de santé majeur devenu un vrai mal social, la Ligue veut désenclaver la lutte, réduire les inégalités induites par cette maladie et assurer une meilleure qualité de vie pour tous. Et ne laisser personne dans l'indifférence, l'ignorance ou la solitude."

Avec un rappel sur la nécessite d'effectuer 30 minutes d'activité physique par jour, cette campagne se donne 3 objectifs prioritaires:

*Rendre la pratique d'une activité physique très accessible à  une large cible (enfants, adultes et seniors) grâce à  des scènes de la vie quotidienne;

*Sensibiliser et faire adhérer à  la cause : la lutte contre le cancer et

*Ne pas tomber dans un discours stéréotypé ou déjà -vu (culte du corps, jeunesse éternelle, messages moralisateurs et culpabilisants)

Natation, vélo, footing ou simplement marche rapide ou montée d'escalier à pied (au lieu de l'ascenseur) sont des exemples qui permettent d'atteindre cette durée d'exercice nécessaire pour prévenir la survenue et la récidive de cancers et améliorer la guérison pour les personnes atteintes, selon cette campagne (voir
le guide des activités physiques)

La sensibilisation sera d'autant plus efficace qu'elle sera relayée par 300 000 visuels de 4 cartes sur "c'est votre jour de chance", une opération vélo libre service dans de grandes agglomérations et un visuel télévisé dans la série Plus belle la vie.

Retenons donc que la pratique d'une actvité physique contribue au bien-être et à la qualité de vie (relations sociales), permet d’améliorer la condition physique (perte de poids) et intervient dans la prévention et le traitement de nombreuses pathologies à l’âge adulte, comme le  cancer.

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 01:25

L’Afssaps souhaite mettre en garde les personnes infectées par le VIH sur le fait que le protocole expérimental A72 ou JMAR, proposé par l’association Sidaventure par le biais de son site internet, n’a fait l’objet d’aucune autorisation de l’Afssaps à ce jour. Aussi, la participation à ce protocole et en particulier la condition préalable de l’arrêt du traitement antirétroviral, peut entraîner un danger pour la sécurité des patients.

 

L’association Sidaventure propose aux personnes infectées par le VIH un protocole expérimental dénommé « A72 » ou « JMAR ». La participation à ce protocole implique la prise d’un produit qui serait composé de plantes originaires de Madagascar et l’arrêt des traitements antirétroviraux quelques jours avant le début du protocole.


"A ce jour, aucune évaluation de la sécurité et la qualité des produits utilisés au cours de ce protocole pour garantir la sécurité des personnes se prêtant à celui-ci n’a été effectuée par l’Afssaps. De même, ce protocole expérimental ne fait l’objet d’aucune autorisation de recherche biomédicale délivrée par l’Afssaps, ni d’aucun avis favorable d’un Comité de protection des personnes, nécessaires avant la mise en œuvre en France de toute recherche biomédicale.

En l’absence de données soumises à l’Afssaps sur la composition, la qualité, la toxicité du remède et l’éventuelle efficacité du produit utilisé, la participation à ce protocole, qui impliquerait l’arrêt des traitements antirétroviraux prescrits pour le traitement de l’infection par le VIH, pourrait constituer une perte de chance et un danger pour les patients.

L’Afssaps met donc en garde les personnes infectées par le VIH sur les risques pour leur santé de participer au protocole A72 ou JMAR et leur recommande de ne pas interrompre leur traitement antirétroviral."


Contacts presse : Aude Chaboissier - 01 55 87 30 33 / Magali Rodde - 01 55 87 30 22
presse@afssaps.sante.fr

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 07:54

La proposition de loi portant création d'une première année commune aux études de santé et facilitant la réorientation des étudiants est discuté au Sénat le 11 février. Vous trouverez dans cet article la proposition de loi et les amendements qui feront l'objet de discussion en séance plénière le 11 février 2009 dès 15h avec les amenements.
Les liens ici présents permettent d'obtenir l'ensemble des documents de ce dossier législatif: le Texte  n° 146 (2008-2009) déposé au Sénat le 18 décembre 2008 accompagné du
Rapport n° 198 (2008-2009) de M. Jean-Claude ETIENNE, fait au nom de la commission des affaires culturelles, déposé le 4 février 2009 et de l'Avis n° 199 (2008-2009) de M. Gérard DÉRIOT, fait au nom de la commission des affaires sociales, déposé le 4 février 2009 ainsi que des Amendements déposés sur ce texte : voir les amendements sur une page

Discussion en séance publique le 11 février 2009


Vous trouverez également ici le texte initial de
La proposition de loi portant création d’une première année commune aux études de santé et facilitant la réorientation des étudiants (PPL 1182 13ème législature) ainsi que la rapport n°1318 de la commission des affaires culturelles, familiales et sociales à laquelle le texte fut renvoyé et le compte-rendu intégral de la 1ère séance du 16 décembre 2008, et le texte adopté n°217 le 16 décembre 2008 par l'assemblée nationale (voir le précédent article le 16 décembre 2008 lors du vote par l'assemblée nationale de cette proposition de loi)

Ainsi, le seul point de discussion reste, comme à l'Assemblée nationale, la date d'application de cette réforme: 2009 (date prévue par la circulaire du 1er août 2008), 2010 ou au plus tard 2010. Le principe même de la réforme est unanimement adopté. Ce qui, pour l'instant, au vu du seul dépôts de deux amendements ayant même objet, va simplifier le débat.


N° 146

SÉNAT

SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009

Annexe au procès-verbal de la séance du 18 décembre 2008

PROPOSITION DE LOI

ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

portant création d'une première année commune aux études de santé et facilitant la réorientation des étudiants,

TRANSMISE PAR

M. LE PRÉSIDENT DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE

À

M. LE PRÉSIDENT DU SÉNAT

(Renvoyée à la commission des Affaires culturelles, sous réserve de la constitution éventuelle d'une commission spéciale dans les conditions prévues par le Règlement.)

L'Assemblée nationale a adopté la proposition de loi dont la teneur suit :

Voir le(s) numéro(s) :

Assemblée nationale (13ème législ.) :

1182, 1318 et T.A. 217

Article 1er

I. - L'article L. 631-1 du code de l'éducation est ainsi rédigé :

« Art. L. 631-1. - I. - La première année des études de santé est commune aux études médicales, odontologiques, pharmaceutiques et de sage-femme. Les ministres chargés de l'enseignement supérieur et de la santé déterminent par voie réglementaire :

« 1° L'organisation de cette première année des études de santé ;

« 2° Le nombre des étudiants admis dans chacune des filières à l'issue de la première année des études de santé ; ce nombre tient compte des besoins de la population, de la nécessité de remédier aux inégalités géographiques et des capacités de formation des établissements concernés ;

« 3° Les modalités d'admission des étudiants dans chacune des filières à l'issue de la première année ;

« 4° Les conditions dans lesquelles les étudiants peuvent être réorientés à l'issue du premier semestre de la première année des études de santé ou au terme de celle-ci ainsi que les modalités de leur réinscription ultérieure éventuelle dans cette année d'études.

« II. - 1. Des candidats, justifiant notamment de certains grades, titres ou diplômes, peuvent être admis en deuxième année ou en troisième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme.

« 2. Peuvent également être admis en deuxième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou en première année d'école de sage-femme des étudiants engagés dans les études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme et souhaitant se réorienter dans une filière différente de leur filière d'origine ; cette possibilité de réorientation est ouverte aux étudiants ayant validé au moins deux années d'études dans la filière choisie à l'issue de la première année.

« Les ministres chargés de l'enseignement supérieur et de la santé arrêtent le nombre, les conditions et les modalités d'admission des étudiants mentionnés aux 1 et 2.

« III. - Le ministre chargé de la santé est associé à toutes les décisions concernant les enseignements médicaux, odontologiques et pharmaceutiques. »

II. - À la dernière phrase du deuxième alinéa de l'article L. 4111-2 du code de la santé publique, le mot : « premier » est remplacé par le mot : « troisième ».

III (nouveau). - Les arrêtés pris en application du présent article font l'objet d'une publication au Journal officiel.

Article 2

La présente loi entre en vigueur à compter de l'année universitaire 2009-2010.

La réorientation des étudiants à l'issue du premier semestre de la première année des études de santé ou au terme de celle-ci est mise en place au plus tard à compter de la rentrée universitaire 2011-2012.

Délibéré en séance publique, à Paris, le 16 décembre 2008.

Le Président,
Signé : BERNARD ACCOYER



 

Logo : Sénat français

Service de la séance

Proposition de Loi

Etudes de santé

(1ère lecture)

(n° 146 , 198 )

N° 2

5 février 2009


AMENDEMENT

présenté par

C

 

G

 


M. DÉRIOT
au nom de la Commission des Affaires sociales


ARTICLE 2



A la fin du premier alinéa de cet article, remplacer les années :

2009-2010

par les années :

2010-2011



Logo : Sénat français

Service de la séance

Proposition de Loi

Etudes de santé

(1ère lecture)

(n° 146 , 198 )

N° 2

5 février 2009


 

AMENDEMENT

présenté par

C

 

G

 


M. ABOUT
et les membres du Groupe Union centriste


ARTICLE 2

A la fin du premier alinéa de cet article, remplacer les mots :

à compter de l'année universitaire 2009-2010

par les mots :

au plus tard à compter de l'année universitaire 2010-2011

Objet

Pour que le principe constitutionnel d'autonomie des universités soit respecté par le présent texte, il est proposé de permettre aux universités prêtes pour appliquer la réforme de le faire dès maintenant.

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 14:50

Après le décret 2009-29 du 9 janvier 2009 créant le Conseil national de l'urgence hospitalière pour une durée de trois ans réflechissant tant sur les structures, la prise en charge et la formation, les membres ont été désignés dans l'arrêté du 12 janvier 2009 et le président en est Pierre Carli par l'arrêté du 19 janvier 2009.

 

Voici les textes:


JORF n°0008 du 10 janvier 2009 page texte n° 23

DECRET
Décret n° 2009-29 du 9 janvier 2009 relatif à la création et aux missions du Conseil national de l'urgence hospitalière
NOR: SJSH0830548D


Le Premier ministre,
Sur le rapport de la ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative,
Vu le
décret n° 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions administratives à caractère consultatif,
Décrète :

Article 1 Il est créé auprès du ministre chargé de la santé un Conseil national de l'urgence hospitalière pour une durée de trois ans à compter de la date de publication du présent décret.

Article 2 Le Conseil national de l'urgence hospitalière peut être saisi par le ministre chargé de la santé de toute question concernant l'organisation de la permanence de soins et de la prise en charge en urgence des patients au sein des établissements de santé.

Article 3 Le Conseil national de l'urgence hospitalière est chargé des missions suivantes :
1° Emettre toute proposition dans le domaine de la prise en charge en urgence des patients par les structures de médecine d'urgence des établissements de santé et les structures contribuant à la permanence des soins hospitalière afin d'optimiser la cohésion, la fluidité et l'efficience de cette prise en charge ;
2° Proposer des modes d'organisation de la permanence des soins hospitalière permettant la prise en charge de l'urgence au niveau territorial et au niveau des établissements de santé ainsi que des procédures d'évaluation de ces organisations ;
3° Analyser l'impact des organisations sur les conditions d'exercice et la formation des professionnels médicaux et paramédicaux exerçant en établissement de santé ;
4° Contribuer au recueil et à la diffusion des bonnes pratiques et au développement de la recherche et de l'innovation dans le domaine de la réponse à l'urgence en établissement de santé.

Article 4 Un arrêté du ministre chargé de la santé fixe la composition du Conseil national de l'urgence hospitalière.
Le conseil national désigne en son sein un bureau dont les règles de composition sont fixées par arrêté du ministre chargé de la santé.

Article 5 Le secrétariat du Conseil national de l'urgence hospitalière est assuré par la direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins.

Article 6 Le Conseil national de l'urgence hospitalière se réunit au moins deux fois par an. Le bureau du conseil national se réunit autant que nécessaire, soit à la demande du président, soit à la demande du secrétariat du conseil national.

Article 7 La ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative est chargée de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.


Fait à Paris, le 9 janvier 2009.

François Fillon


Par le Premier ministre :

La ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative,
Roselyne Bachelot-Narquin

 

 

 


JORF n°0013 du 16 janvier 2009 page 950 texte n° 37

ARRETE
Arrêté du 12 janvier 2009 fixant la composition du Conseil national de l'urgence hospitalière
NOR: SJSH0830561A


La ministre de la santé et des sports,
Vu le décret n° 2009-29 du 9 janvier 2009 relatif à la création et aux missions du Conseil national de l'urgence hospitalière,
Arrête :

Article 1 Le Conseil national de l'urgence hospitalière comprend les membres suivants :
1° Des membres représentant la médecine d'urgence et l'anesthésie-réanimation :
― le président de la Société française de médecine d'urgence ou son représentant ;
― le président de SAMU de France ou son représentant ;
― le président de l'Association des médecins urgentistes de France ou son représentant ;
― le président du Syndicat des urgences hospitalières ou son représentant ;
― le président du Syndicat des médecins des hôpitaux et des établissements privés ou son représentant ;
― le président du Syndicat national des urgentistes de l'hospitalisation privée ou son représentant ;
― le président du Collège français de médecine d'urgence ou son représentant ;
― le président du Collège national des universitaires de médecine d'urgence ou son représentant ;
― le président de la Fédération des collèges régionaux de médecine d'urgence ou son représentant ;
― le président du Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes-réanimateurs ou son représentant ;
― le président du Syndicat des médecins anesthésistes-réanimateurs non universitaires ou son représentant ;
― le président de la Société française d'anesthésie-réanimation ou son représentant.
2° Des membres représentant les Sociétés savantes, les conseils ou les fédérations des disciplines impliquées dans la permanence des soins des établissements de santé :
― deux représentants du Conseil national de la chirurgie ;
― le président de la Société de réanimation de langue française ou son représentant ;
― le président de la Société française de pédiatrie ou son représentant ;
― le président de la Fédération française de psychiatrie ou son représentant ;
― le président de la Société française de gériatrie et de gérontologie ou son représentant ;
― le président de la Société française de cardiologie ou son représentant ;
― le président de la Société de pneumologie de langue française ou son représentant ;
― le président de la Société française de neurologie ou son représentant ;
― le président de la Société nationale française de gastroentérologie ou son représentant ;
― le président du Conseil professionnel de la radiologie française ou son représentant ;
― le président de la Société française d'hématologie ou son représentant ;
― le président de l'Association nationale des professeurs et des maîtres de conférences biochimistes des unités de formation et de recherche médicales ou son représentant.
3° Des membres représentant la formation des médecins concernés :
― le président de la Conférence des doyens des facultés de médecine ou son représentant.
4° Des membres représentant les transporteurs sanitaires :
― le président de la Fédération nationale des transporteurs sanitaires ou son représentant ;
― le président de la Chambre nationale des services d'ambulances ou son représentant.
5° Des membres représentant les fédérations hospitalières :
― le président de la Fédération hospitalière de France ou son représentant ;
― le président de la Fédération de l'hospitalisation privée ou son représentant ;
― le président de la Fédération des établissements hospitaliers et d'assistance privée ou son représentant ;
― le président de la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer ou son représentant ;
― le président de la Fédération nationale de l'hospitalisation à domicile ou son représentant.
6° Des membres représentant les conférences hospitalières et hospitalo-universitaires :
― le président de la Conférence des présidents des commissions médicales d'établissement des centres hospitalo-universitaires ou son représentant ;
― le président de la Conférence des présidents des commissions médicales d'établissement des centres hospitaliers ou son représentant ;
― le président de la Conférence nationale des présidents de commission médicale des établissements privés à but non lucratif ou son représentant ;
― le président de la Conférence nationale des présidents de commission médicale d'établissement de l'hospitalisation privée ou son représentant ;
― le président de la Conférence nationale des directeurs de centres hospitaliers universitaires ou son représentant ;
― le président de la Conférence nationale des directeurs de centres hospitaliers ou son représentant.
7° Des membres représentant les institutions :
― le président du Conseil national de l'ordre des médecins ou son représentant ;
― le président du Conseil national de l'ordre des infirmiers ou son représentant ;
― le président de la Haute Autorité de santé ou son représentant ;
― le directeur d'une agence régionale de l'hospitalisation désigné par arrêté du ministre chargé de la santé ou son représentant ;
― le directeur général de l'Etablissement public de préparation et de réponse aux urgences sanitaires ou son représentant.
8° Des représentants des services du ministère chargé de la santé et du ministère chargé de l'enseignement supérieur et de la recherche :
― le directeur de l'hospitalisation et de l'organisation des soins ou son représentant ;
― le directeur général de la santé ou son représentant ;
― le directeur général de l'action sociale ou son représentant ;
― le directeur de la sécurité sociale ou son représentant ;
― le directeur de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques ou son représentant ;
― le directeur général de l'enseignement supérieur ou son représentant.
9° Des personnalités qualifiées nommées par arrêté du ministre chargé de la santé.

Article 2 La présidence du Conseil national de l'urgence hospitalière est assurée par une personnalité qualifiée désignée par arrêté du ministre chargé de la santé.

Article 3 Le bureau désigné par le Conseil national de l'urgence hospitalière en son sein comprend, outre le président, neuf membres, dont sept sont désignés comme suit parmi ceux prévus à l'article 1er :
― deux membres parmi ceux mentionnés au 1° ;
― deux membres parmi ceux mentionnés au 2° ;
― deux membres parmi ceux mentionnés au 6° ;
― un membre parmi ceux mentionnés au 7°.

Article 4 Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République française.


Fait à Paris, le 12 janvier 2009.

Roselyne Bachelot-Narquin


 


JORF n°0016 du 20 janvier 2009 page 1292 texte n° 98

ARRETE
Arrêté du 19 janvier 2009 relatif à la désignation du président du Conseil national de l'urgence hospitalière
NOR: SJSH0830563A


Par arrêté de la ministre de la santé et des sports en date du 19 janvier 2009, M. le professeur Pierre Carli, professeur des universités, praticien hospitalier, chef du service d'anesthésie-réanimation, hôpital Necker-Enfants malades (Assistance publique-hôpitaux de Paris) est nommé président du Conseil national de l'urgence hospitalière.

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 19:10
C’est le le don d’organes, le don de sang, le don de plaquettes et le don de moelle osseuse qui a été choisi comme thème de la Grande Cause nationale 2009 par le Premier ministre, François Fillon. L'an passé, l'accent avait été mis sur la maladie d'Alzheimer.

Le label Grande Cause nationale, attribué par le Premier ministre, permet aux organismes à but non lucratif qui organisent des campagnes faisant appel à la générosité publique d’obtenir des diffusions gratuites (Grande Cause nationale) sur les médias publics.


Avec l’attribution du label Grande Cause nationale au don d’organes, de sang, de plaquettes et de moelle osseuse, l’année 2009 permettra aux associations concernées de sensibiliser les Français à cette question.
Malgré les efforts et l’engagement de la société civile, "les besoins non couverts demeurent préoccupants", selon les termes d’un communiqué de Matignon.
Les besoins concernent les produits sanguins pour un million de malades chaque année ; en plaquettes et en moelle osseuse pour des milliers de personnes atteintes de maladies graves comme les leucémies.

Concernant les dons d’organes, le constat n'est pas idéal. L’année dernière, 4 666 malades ont bénéficié de greffes mais 13 000 patients sont encore en attente et 227 personnes sont mortes faute de greffe.

Le don (organes, tissus, moelle, sang) représente un enjeu collossal et pour cela, la Commission européenne a adopté un Plan d'Action pour 2009-2015 qui doit relever 3 défis majeurs : « améliorer la qualité et la sécurité des dons d'organes en Europe », « accroître la disponibilité d'organes » et « rendre plus efficaces les systèmes de transplantation ».

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles