Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Actualités du droit et de la santé ...
  • Actualités du droit et de la santé ...
  • : Ce site fait un lien entre le droit et la santé. Accessible à tout public, des informations juridiques, médicales, de droit médical et des actualités générales sont présentes. Les informations fournies sur [droit-medecine.over-blog.com] sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
  • Contact

Certification HON Code

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Recherche

Visiteurs uniques

   visiteurs uniques

 

Votre empreinte écologique

18 questions entre alimentation, logement, transport et  consommation
L'empreinte écologique moyenne d'un Français est de 56 400 m²/an. Et vous?
26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 20:40

Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, a reçu aujourd'hui, le troisième rapport de l’Observatoire national de la démographie des professionnels de santé (ONDPS) - voir la synthèse générale.
Ce rapport, dont les travaux s’appuient sur des groupes de travail présidés par le professeur Yvon BERLAND associant les professionnels de santé, les représentants des internes en médecine, les services régionaux de l’Etat, l’Assurance-maladie, dresse un état des lieux de la démographie des professionnels de santé (médecine générale, internes, professions médicales et paramédicales…) et préconise une série de mesures.

Les éléments de constat établissent que les effectifs de l’ensemble des professions de santé (972 230) n’ont jamais été aussi élevés (+20.3% entre 2000 et 2007 avec opticien +71%, ergothérapeute +56%, infirmiers +26.2%). Mais l'augmentation des effectifs ne bénéficie pas de manière homogène à l’ensemble du territoire et ne concerne pas toutes les professions.

¤Pour les médecins (208 191)
, voir
le tome 1 du rapport pour la médecine générale, les projections sur les années à venir prévoient des diminutions régulières et prolongées, du fait de la forte baisse du numerus clausus(NC) au cours des années 1990 et du nombre important de départs à la retraite programmés. L’augmentation du nombre de médecins au cours des dix dernières années (+10.8%) n'est pas homogène non plus avec +14.8% pour les spécialistes et +6.9% pour les généralistes. Voir le tome 2 pour les internes sur leur démographie et leur répartition. De plus, une tendance bien installé pour le salariat se confirme avec +18.7% pour les salariés hospitaliers. L'âge moyen des médecins est de 49 ans. Sur quasiment 105 000 médecins généralistes (chiffre inférieur pour ADELI et supérieur selon l'Ordre),  Sans avoir forcément acquis les compétences au sens réglementaire, ou déclaré leur nouvel exercice spécialisé,des généralistes exercent en tant que salarié en oncologie,psychiatrie, néphrologie, gériatrie… Une information pour tous les DCEM4 qui viennent de passer les épreuves classantes nationales (ECN). Former des médecins titulaires du diplôme de médecine générale ne se traduit donc pas par la disponibilité des médecins qui exerceront la médecine générale de premier recours (92.2% des diplômés de médecine générale l'exercent effectivement). Pour cette spécialité, les missions et le statut de ces professionnels posent question. Les conditions d’exercice (91% sont en secteur 1) et la qualité de vie (de 120.1 pour 100 000 habitants dans l'Hérault à 63.2 pour 100 000 en Seine-Saint-Denis avec une moyenne nationale de 89) ces praticiens grèvent également lourdement l’attractivité de la médecine générale libérale. De même, la sensibilisation des étudiants à prendre ce choix à l'issue des ECN et l'exercice non uniforme y sont pour beaucoup.
Le numerus clausus va être constament augmenté jusqu'en 2015 (7100 en PCEM1 avec une augmentation depuis 2001). Cependant, les internes - actuellement plus de 15 000 en formation (dont 2600 en Il-de-France et 95 à La Réunion) et une moyenne de 2.5 pour 10 000 habitants  - sont en formation et participent en même temps à l'offre de soins. Il y aura 608 internes en plus cette année et seront 11 000 de plus en 2015 pour un coût de 20 milions cette année et 368 millions en 2015. S'est donc posée la question du financement de leurs formations (stages et postes) étant donné entre autres qu'il n'y a environ que 1.4 enseignant (PU/MCU PH & CCA/AHU) pour 10 000 habitants, 0.5 par interne et 3.1 senior par interne (on ajoute les PHTP)

Une analyse est présentée pour l'insuffisance rénale chronique, la périnatalité et la prise en charge du cancer.

¤Pour les dentistes (41 444)
, voir
le tome 3, de 1990 à 2006, la densité a diminué en 10 ans (de 67 à 65 pour 100 000 habitants) et l'âge moyen a lui largement augmenté (de 42 à 47 ans pour la même période) Un problème majeur existe dans l'accès à ces professionnels avec un ratio de 1 à 2 entre régions du Nord (40 pour 100 000) et les régions du Sud (entre 80 et 90 pour 100 000) et entre département (Paris avec 136 pour 100 000) et les départements du Centre(avec à peine plus d'une trentaine pour 100 000) Toute évolution de leur numerus clausus n'aura d'effet qu'à partir de 2013, vu la durée des études. Il est donc proposé un NC à 3 000 jusqu'en 2010 puis quasiment 2 000 entre 2010 et 2020, baisse jusqu'à 1300 en 2040 puis stabilité à 1700. Il y a plus de radiothérapeutes en Champagne-Ardennes et en Poitou-Charentes qu'en Franche-Comté et Midy-Pyrénées alors qu'il y a plus de séances de radiothérapie dans le Nord, en Champagne-Ardennes, en Bretagne et en Poitou-Charente et moins en basse-Normandie, en Ile-de-France, Franche-Comté et Midi-Pyrénées
¤Ce même tome aborde la question de la périnatalité de manière régionale à travers 6 professions concernés (gynécologue-obstétricien, sage-femme, pédiatre, puéricultrice, anesthésistes et gynécologues médicaux) La densité moyenne de lits en néonatalogie est de 4 pour 1 000 naissances (la Corse n'est pas à 3) Les lits de soins intensifs et de réanimation néonatales sont respectivement en moyenne de 1.5 pour 1 000 naissances.

¤Pour les cancérologues,
voir
le tome 4, les anato-cuto-pathologistes (1500), les radiologues(7500) et les spécilistes de la médecine nucléaire(450) sont le plus souvent regroupés entre Paris et sud de la France (2 fois mieux dotés de ces professionnels que le Nord) Le vieillissement des professionnels et le peu d'étudiants formés dans cette spécialité dans les régions déjà pauvres de ces spécialités aggraveraient encore l'accès par la population. La radiothérapie s'exerce avec des oncologues-radiothérapeute, des radiophysicien et des manipulateurs en électroradiologie.

Sur la base de ce constat, l’ONDPS préconise une série de mesures qui, pour la plupart ont été confirmées par les
conclusions des états généraux de l’organisation de la santé (EGOS).
On retiendra notamment la nécessaire définition des missions des professions de santé dans le Code de la santé publique, le développement de l’exercice regroupé et des coopérations entre professionnels, la programmation pluriannuelle des numerus clausus et quotas de formation des internes en fonction des besoins de santé régionaux et cohérents avec les capacités de formation, le développement d’une véritable filière universitaire de médecine générale, l’extension des terrains de stages en dehors des CHU et CH au sein des établissements privés à but lucratif ou non, la mise en place du partage des connaissances et de la logique LMD et la nécessité de la généralisation de la formation continue pour tous les professions de santé.
La régionalisation de la santé qui est engagée doit conduire à un changement du niveau de suivi et de diagnostic, mais aussi à une plus grande précision des objectifs de l’observation. Le développement des niveaux régionaux et infrarégionaux d’observation et d’analyse doit se définir de façon articuléeavec le niveau national. Les études médicales doivent mieux identifier et mieux faire connaître la médecine générale de premier recours auprès des étudiants. Pour cela, une véritable filière universitaire spécialisée bien individualisée d’une durée de quatre ans doit être favorisée.
Les horaires du stage actif en formation dentaire dans un cabinet libéral doivent être significativement augmentés.

Ce diagnostic et ces préconisations trouveront une traduction dans le projet de loi « Patients, santé et territoires » que Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, prépare pour l’automne et dont l’un des principaux objectifs est l’amélioration de l’accès de tous à des soins de qualité.

Partager cet article

Repost 0
publié par Olivier SIGMAN - dans Médecine
commenter cet article

commentaires

Traduction

Traduction en 9 langues disponibles